Home » Lecture » A la place du cœur d’Arnaud Cathrine : entre déception et énervement

A la place du cœur d’Arnaud Cathrine : entre déception et énervement

J’ai visiblement parlé beaucoup trop vite, m’attirant la colère des dieux du livre. Voilà, ma chaîne de coups de cœur s’est brisée. Et elle se s’est pas juste cassée. Non ! Elle a explosée, percutée par une énorme déception. Le fautif ? OU devrais-je dire, les fautifs ? A la place du cœur d’Arnaud Cathrine, saison 1 et saison 2.
      

A la place du coeur, d'Arnaud Cathrine - Saison 1 et 2 - Collection R (Robert Laffont)

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 ou la France bascule dans l’effroi.
// « La fin de l’année 2015 arrive à grands pas. Je me suis souvent demandé ces derniers mois : j’ai quoi à la place du cœur ? À la place du cœur, j’ai toi. »

 

Le sujet de A la place du coeur est sensible : les derniers et divers attentats que Paris a affrontés. Dans la saison 1, Caumes, le personnage principal, vit son premier amour, entre le 6 et le 11 janvier 2015. C’est-à-dire pendant le massacre de Charlie Hebdo, la prise d’otage à l’Hyper Cacher et la marche républicaine qui a suivie. Dans la saison 2, il fait face au Bataclan.

Je vous vois déjà venir, me jugeant sans cœur. Personne ne peut être insensible face aux attentats qui nous ont tous touchés d’une façon ou d’une autre. Et je vous répondrais qu’évidemment, je ne suis pas restée de marbre face à tout ça. Par contre, je suis restée froide face au reste du livre.
Il est là le problème avec A la place du cœur : il parle d’un sujet que nous avons tous ressenti de façon personnelle. Car oui, le plus gros soucis ne vient pas des livres mais de moi. J’ai 30 ans et être dans la tête d’un ado de 17 ans, visiblement, ça ne passe pas. Du moins, pas avec ces livres. Ces événements dramatiques, je ne l’ai pas vécu comme un lycéen et je n’ai pas réussi à imaginer les vivre comme tel. Je l’ai vécu comme une mère qui s’inquiétait pour l’avenir de sa fille. Comme une personne qui s’inquiétait pour l’avenir de notre monde. Et je ne me suis pas retrouvée dans l’histoire de Caumes, Esther & co.

Il y a aussi quelque chose qui m’a profondément révulsé : le langage de la saison 1. Ok, ce sont des jeunes, ils parlent comme des jeunes donc l’auteur écrit comme des jeunes. Mais non, ce n’est pas possible pour moi. Toutes les deux lignes, mes poils de bras se sont redressés et j’avais envie d’hurler aux personnages : « Ok le jeune, c’est bon. Maintenant tu vas fermer ta gueule et t’acheter un putain de Bescherelle, un dico de français, ce que tu veux. Mais s’il te plait, chut. Je ne te supporte pas ». Cela m’a tellement dérangé, que je n’ai pas pu me plonger dans l’histoire,  me laisser imprégner par le destin des personnages.

Passons à la saison 2. Comme par magie, visiblement, le bac en poche, le jeune gagne aussi un vocabulaire. Ce deuxième livre est bien plus supportable dans son écriture. OUF ! Dommage que ce répit n’ai été que de courte durée. Parce que voilà venir le deuxième vrai problème : le jeune est égoïste ! Caumes vit dans sa petite bulle et il n’ouvre pas les yeux au monde qui l’entoure. Bien sûr ce qu’il vit est dur. Mais comme pour beaucoup d’entre nous. J’ai trouvé incompréhensible, pour ne pas dire non crédible, le fait que Caumes et son entourage ne parlent pas plus de la situation sur une dimension mondiale. A cet âge-là, je m’intéressais à comprendre pourquoi. Je ne serais jamais restée simple spectatrice, absorbée tel un zombie derrière mes écrans d’ordinateur, de téléphone et de télévision : « BFM. Baiser. BFM. Fumer. Baiser. BFM ».
         

Je trouve cette saga finalement assez coupée du réel.
J’insiste vraiment sur le fait que c’est un ressenti personnel et ça n’enlève rien aux qualités de cette saga. Beaucoup l’ont adoré et ont été bouleversés. Pas moi. Je pourrais vous parler de ce que j’ai apprécié mais je n’y arrive pas. En réalité, je suis vraiment en colère contre cette saga. Comment l’auteur a t’il pu résumer ces bouleversements par des personnages égoïstes et transparents ? Aujourd’hui, la seule question qui me taraude l’esprit et de savoir si la saison 3 sera encore une fois, reprenant une fois de trop le même principe, une histoire chauvine avec Nice, où si le personnage va s’ouvrir un peu plus à la réalité mondiale ?

 

 

A la place du coeur
D’Arnaud Cathrine
Robert Laffont (Collection R)
*********
Saison 1
Sortie le 15 septembre 2016
252 pages – 16 €

Saison 2
Sortie le 23 mars 2017
306 pages – 15 € 50

Ces livres m’ont été envoyés par la maison d’édition contre rémunération. La prestation comprenait un post Instagram, Twitter et Facebook. J’ai décidé d’en faire également un article pour pour partager mon avis sincère.

Ça devrait te plaire !

Une histoire des abeilles de Maja Lunde, chez les éditions Presses de la cité

Une histoire des abeilles de Maja Lunde : bouleversant !

Une histoire des abeilles imagine, à travers le destin de 3 familles et des relations parents/enfants qui les forgent, la catastrophe qui nous attend si les insectes disparaissaient.

4 p'tits mots doux

  1. Vous ne l’avez pas vécu quelque chose comme ça? Où étiez-vous quand tous les écrans ont montré pendant des semaines 2 Tour effondrement? J’avais 15 ans et il m’a choqué. Et la putain m’a occupé avec le 15 Mais presque personne ne parlait honnête. Et que vous avez évidemment un problème avec le langage des jeunes que je me sens personnellement libéré comme rafraîchissant, mais montre votre attitude.
    Les adolescents sont insensibles et indifférents.
    Mais ce n’est pas vrai et qui est pourquoi il est bon qu’il y ait un tel livre.
    Bien sûr pubère sont souvent égocentriques! Ce qui les rend si épuisante 🙂
    Desole pour ma francaise, je ne parles pas bien.

    • Je suis désolée, j’aimerai beaucoup vous répondre mais je ne comprends pas.
      Je n’ai pas été touchée par le livre car, pour reprendre votre exemple, pour le les tours, je n’ai pas eu cette réaction. Je suis pas contre très contente si ce livre a pu toucher d’autres personnes.

  2. Je voulais lire cette saga mais ton avis me dit que le vocabulaire va vite m’énerver, donc je pense l’emprunter à la médiathèque pour plus de sécurité.
    Très bonne chronique, comme toujours, sincère et honnête !
    Au plaisir de te lire de nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *