Home » Cinéma » Birdman, un chef d’oeuvre signé Alejandro Iñárritu

Birdman, un chef d’oeuvre signé Alejandro Iñárritu

En sortant de la projection de Birdman d’Alejandro Iñárritu, je me suis retrouvée perdue avec tout mon ressenti. Tellement de belles choses pour une vraie claque cinématographique. Traduisez : « Birdman, ce chef-d’œuvre ». Je pourrais vous en parler des soirées entières mais je vais essayer de faire court et d’aller à l’essentiel.

À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego… S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir…

C’est simple, je n’ai rien à dire, rien à critiquer. Birdman est magnifique. Grandiose (oui, préparez-vous aux superlatifs). Peut-être que certains ne comprendront pas tout et auront à redire sur la fin. Mais Birdman fait partie de ces rares films qui vous embarquent et vous captivent jusqu’à leur dernière seconde. Sans vous laisser le temps de reprendre votre souffle, vous vous retrouvez hypnotisés par cet unique plan séquence, rythmé par les tambours d’Antonio Sanchez.
   

Birdman ou la critique d’un génocide culturel

Derrière ses allures de drame existentiel, Birdman cache surtout une excellente comédie au casting incroyable. On ne pourra qu’applaudir la prestation de tous ses acteurs : Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton, Andrea Riseborough, Amy Ryan, Emma Stone, Naomi Watts… Tous. Tous sont incroyables, filmés au plus près de leur talent, de leur sensibilité et de leur réalité Hollywoodienne.

Birdman d’Alejandro G. Iñárritu_Keaton et Norton
Birdman commence d’ailleurs avec une « simple » question : « Comment en est-on arrivé là ? ». En effet, tout cet univers narcissique en prend méchamment pour son grade à grand coups d’humour noir. Les spectateurs, la presse et les critiques, le théâtre, les blockbusters, les réseaux sociaux… et même les bloggeurs. Pas de jaloux. Ça tacle sévère et tout le monde. Mais finalement, rien de gratuit. Se cache derrière cette critique une grande réflexion sur le succès et son caractère éphémère, futile et donc illusoire. Rappelons le titre complet du film : Birdman (ou les vertus insoupçonnées de l’ignorance).

Car plus que les paillettes d’Hollywood, c’est la définition du terme « Divertissement » qui se fait maltraiter. Iñárritu nous en donne une vision assez péjorative en l’associant automatiquement au blockbuster, ce film sans risque et aussi sans prise de tête, régis par les super-héros et les explosions. Vu le prix d’un billet de cinéma, qui a encore augmenté, on ne peut pas blâmer le public de chercher le confort et la sureté plutôt que de taper dans l’inconnu. Résultat, les belles voitures, les robots et les mecs en collants ont un bel avenir devant eux. Iñárritu pose en tout cas une vraie question : pouvons-nous être divertis par des films profonds et porteurs de sens ?

   
En tout cas, j’espère que vous prendrez votre courage à deux mains et que vous laisserez une chance à Birdman ; sorte de film expérimental grand public avec un super héros, des explosions, du sexe et du sang, de vous réapprendre à voir le cinéma. Nous ne sommes qu’au début de cette nouvelle année, mais la prise de risque d’Iñárritu avec Birdman marquera sans conteste 2015 et ses 11 prochains mois.

     

Birdman d’Alejandro G. Iñárritu_affiche

Titre original : Birdman: Or (The Unexpected Virtue of Ignorance)

Sortie cinéma : 25 février 2015

Réalisé par : Alejandro G. Iñárritu

Durée : 1 h 59

Avec : Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton, Andrea Riseborough, Amy Ryan, Emma Stone, Naomi Watts

Plus d’information sur le Facebook de la Fox ou le tumblr du film

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *