Home » Lecture » Captive in the Dark de CJ Roberts

Captive in the Dark de CJ Roberts

Quand j’ai vu la pub de Captive in the Dark sur mon bus, j’ai tout de suite accroché à l’ambiance dégagée par la couverture : très sombre et érotique. A vrai dire, je m’attendais à bouquiner un thriller, une histoire d’enlèvement et de séquestration. Bon, dans l’idée, je n’étais pas loin. Mais d’un autre côté, j’étais aussi très loin de m’imaginer ce que j’allais lire.

Céline Online - Captive in the dark de CJ Roberts chez Pygmalion

La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son «arme» doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera.
Olivia, la fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée… Elle sera sa conquête.
Dans ce huis-clos étouffant, le bonheur est-il encore possible?

         

Captive in the Dark m’a mis une claque, une très grosse claque. Grâce au livre de CJ Roberts, j’ai découvert le Dark erotica. Je n’en n’avais jamais entendu parler avant ma lecture. Vous aussi ? Rien d’anormal car ce genre est très peu développé en France. Nous pouvons donc applaudir les éditions Pygmalion d’avoir pris le risque de publier ce roman.

Mais alors c’est quoi le Dark erotica ? Comme son nom l’indique, c’est de la romance, de l’érotisme (plus ou moins poussé) et surtout, une déviance normalement incompatible avec l’amour. Un sacré mélange qui pour le coup, change des histoires à l’eau de rose.  Le Dark erotica casse tous les codes de la romance, preuve en est avec Captive in the Dark.
J’ai pour ma part, apprécié la violence physique et psychologique du récit. Je suis sortie de ma zone de confort. Plus je tournais les pages et plus j’étais mal à l’aise. Mal à l’aise d’apprécier le malheur des personnages. Pourtant, je n’ai pas détourné les yeux une seule seconde malgré les thèmes abordés comme le viol d’enfants, l’esclavage sexuel et les trafics en tous genres (drogue, arme et humain). Et dans toute cette noirceur, une romance dérangeante mais réelle va naître. Bien loin du syndrome de Stockholm, Caleb et Olivia vont s’unir dans une relation des plus sombres.

« Il était mon bourreau et mon réconfort,
le créateur de mon obscurité et de ma lumière. »

      
Captive in the Dark alterne le point de vue des deux personnages principaux : Caleb et Olivia. Le procédé est intéressant car  il permet de connaître les pensées et sentiments les plus intimes des personnages mais surtout, d’en apprendre plus sur leur passé, pièce maîtresse pour comprendre le présent. Elle, Olivia, la fille aux multiples surnoms (Livie, Poupée, Petite chatte) n’a pas eu une enfance facile. Mais malgré tout ce qui lui arrive j’ai eu du mal à la voir comme une victime. Son personnage est fort et attachant. Tout comme Caleb, que je n’ai pas pu détester.

« – Je vous hais.
– Non, tu ne me hais pas.
Il dit cela comme si c’était une certitude,
comme s’il me connaissait.

– Mais tu espères pouvoir me haïr ».

L’écriture de CJ Roberts est très agréable et réaliste. Son passé dans l’US Air Force a dû lui être d’une grande utilité pour décrire les situations pleines de tension du roman. Plus je lisais et plus j’étais prise d’une sensation d’étouffement. Comme si j’étais, moi aussi, enfermée et sans repère dans le noir. Il me fallait vite terminer et refermer Captive in the Dark pour respirer à nouveau. J’ai vraiment été captivée par l’intrigue, chose que je n’aurais jamais imaginé… Et finalement, j’ai même trouvé ça trop court.

Heureusement, pour nous mettre l’eau à la bouche, le livre se termine avec le 1er chapitre de sa suite : Seduced in the dark. Quelques pages qui nous promettent déjà de nombreux rebondissements. Mais en attendant mai 2016, je reste seule avec mes 15 000 questions : qui est vraiment Vladek Rostrovich ? Est-ce que cette vengeance va fonctionner ? Et Livie va-t-elle y participer… d’elle même ?

         

Céline Online - Captive in the dark de CJ Roberts chez Pygmalion

      
Un seul tome et déjà accro !
Composée de 3 tomes, ce premier livre de la saga Dark duet, est une très bonne surprise. Oui, Captive in the Dark n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais malgré cette violence, je n’ai jamais été choquée. Car qui dit Dark erotica ne dit pas forcément malsain. Captive in the Dark prouve qu’on peut faire de l’atypique sans tomber dans le trash.
Pas étonnant que adaptation pour la télévision soit déjà en cours aux Etats-Unis. Je sens que cette saga va être très addictive, ce qui ne fait que confirmer le slogan inscrit en quatrième de couverture : « Le nouveau phénomène qui va vous faire oublier tous les autres ! ».

      

Captive in the Dark de CJ Roberts
Parution: 21/10/2015
Chez Flammarion éditions, collection Pygmalion
Prix: 14,90 €

Ça devrait te plaire !

Lettres timbrées au Père Noël, de Élisabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol, aux éditions Talents Hauts

Lettres timbrées au Père Noël : le cadeau parfait !

Lettres timbrées au Père Noël de Élisabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol (Editions Talents Hauts) est un album jeunesse parfait, aussi bien avant l'ouverture des cadeaux, que pour l'après !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *