Home » Lecture » Carnet de routes de Marie Lopez : Encouragements !

Carnet de routes de Marie Lopez : Encouragements !

J’ai acheté Carnet de routes sans attente. Attention, cela ne veut pas dire que j’étais pleine de préjugés. En achetant ce livre, j’ai totalement fait abstraction de deux choses :

  • #EnjoyMarie, le premier livre de Marie. J’avais apprécié sa démarche de témoignage. Un peu moins sa plume. Carnet de routes est donc son premier roman. Une fiction.
  • EnjoyPhoenix. J’ai tout oublié de la YouTubeuse pour ne me concentrer que sur Marie Lopez.
          

Carnet de route_EnjoyPhoenix / Marie Lopez_bandeau

Une étudiante en architecture, une YouTubeuse, un jeune homme trop tranquille nommé Marco, un moniteur d’auto-école et un professeur d’université… Cinq personnages aux destins dissemblables vont former un groupe hétéroclite et fantasque à la faveur du permis de conduire.
Tandis que trois générations se mêlent et s’apprivoisent, une camaraderie surprenante grandit entre les candidats ; chacun va se livrer aux autres bien plus qu’il ne l’aurait imaginé. Le passé, les doutes, les regrets, les espérances s’invitent dans l’habitacle de la voiture à doubles commandes.

   
Malheureusement, très vite au fil des pages, EnjoyPhoenix et #EnjoyMarie sont revenus à la charge. Vraiment, j’aurais voulu m’en détacher mais je crois que l’auteur elle-même en a été incapable. Carnet de routes est loin d’être une fiction. Vous me direz, tout écrivain s’inspire forcément de sa vie. D’ailleurs Marie (vous noterez, c’est étrange, je dis Marie et non Marie Lopez, comme si c’était une intime… La magie YouTube) ne s’en est jamais caché : il y a un peu d’elle dans ce roman. Ce qui m’a gêné dans ma lecture c’est que tout ce qu’elle raconte, elle en avait déjà fait part sur sa chaîne YouTube. Résultat : impossible de me détacher de la YouTubeuse pour en faire un écrivain à part entière. Entre la ville de Lyon, l’Inde, les personnages YouTubeur ou fraîchement célibataire, le permis & co, j’ai eu l’impression d’être encore une fois devant l’une de ses vidéos… Pour ne pas dire devant #EnjoyMarie tome 2.

Bon, tout ça, c’est du ressenti. Parlons un peu plus de ce Carnet de routes.

Carnet de routes m’a plutôt surprise au début. Et dans le bon sens du terme. J’ai beaucoup accroché au style de Marie : des phrases très courtes, très poétiques. Mais dès que les personnages se mettent à parler, toute cette bonne impression sa casse rapidement la gueule. Adieu poésie et jolis mots. Bonjour « Sweety », « Boyfriend » et slam. C’est vraiment dommage parce que cette vulgarité vient cacher et gâcher de très jolies phrases. Et les dialogues des personnages sont à la hauteur de leur personnalité, c’est-à-dire cliché ! Je vous donne un exemple : parce qu’on est jeune, on écoute forcément de la musique H24, des écouteurs greffés aux oreilles, tout ça pour s’isoler du monde. Sans parler des réseaux sociaux qui nous empêchent toute relation sociale.
Du coup je m’interroge : Suis-je trop vieille pour m’y attacher ? Suis-je déjà trop déconnectée de cette jeunesse ? Huit petites années nous séparent mais je suis restée insensible à tous les personnages. Non vraiment, comment s’attacher quand Carnet de routes se transforme en manuel du code de la route ou en guide touristique pour Lyon ? Marie ne prend jamais le temps de nous parler réellement de ses personnages. Il aurait peut-être été plus simple de ne nous proposer qu’un ou deux personnages attractifs plutôt qu’une galerie fade.
      

Carnet de route_EnjoyPhoenix / Marie Lopez_portrait

         
Passons à l’histoire.
Le résumé est quand même loin d’être sexy : un questionnement existentiel sur fond de permis de conduire. Sans parler de l’idée conductrice de Carnet de routes, comme quoi nous sommes tous connectés. Qu’un événement en amène un autre. Ok… Bon… J’ai du mal avec ce postulat de départ. Plus particulièrement car ici il n’apporte rien. Enfin je veux dire, à partir de là, nous pouvons tous nous trouver un lien et ça n’aura rien de magique. Ça sera juste sans intérêt. Une succession de « Comme par hasard ».
Bon clairement, Carnet de routes ne présente pas d’intrigue. Je vois ce roman comme une tranche de vie. Quelque chose que nous retrouvons souvent dans le cinéma indépendant et que j’aime beaucoup d’habitude. Pour vous dire que Carnet de routes avait beaucoup de potentiel !

       

Vous allez trouver ça paradoxal après tout ce que je viens d’écrire d’assez négatif mais je voulais vraiment aimer ce roman. Marie a beaucoup travaillé dessus et cela se sent. Carnet de routes est très sincère et très mature dans son ensemble. Le style de Marie reste très simple mais son récit s’éparpille en voulant tester plein de choses (l’insertion du fantastique… Pourquoi ?). Alors oui, je n’ai pas du tout été touchée par cette réflexion naïve sur la vie, sur la mort et le destin. Peut-être que le livre aurait mérité un peu plus de travail d’écriture, le temps de le laisser mûrir un peu. Mais comme sa couverture, Carnet de routes n’est ni tout blanc, ni tout noir. C’est un livre qui montre que son auteur a grandi et qu’elle veut faire les choses bien. Il faut maintenant qu’elle se persuade à son tour qu’elle n’est plus « une midinette de 21 ans qui parle de maquillage sur YouTube ».
Carnet de routes est finalement un livre qui ne mérite que des encouragements.

 Carnet de route_EnjoyPhoenix / Marie Lopez_livre

Carnet de routes de Marie Lopez
Sortie le 3 novembre 2016
263 pages – 18 €
Editeur : Anne Carrière

Ça devrait te plaire !

Je redécouvre les livres de mon enfance !

Je redécouvre les livres de mon enfance !

Attention ceci est une vidéo 100 % bonne humeur ! Un retour en arrière d'une vingtaine d'années bourré de nostalgie mais surtout de rires et de beaux souvenirs.

4 p'tits mots doux

  1. J’aime bien Marie en tant que Youtubeuse mais j’avoue que j’ai beaucoup de mal à la trouver crédible en auteur. Je trouve qu’il y a un peu ce côté comme tout ce que je fais se vend, je le fais. Oui, je sais je suis assez dur mais je suis aussi de nombreuses créatrices de contenus qui reste fidèle à elle même malgré le succès. Après, je pense que son âge y est pour beaucoup aussi on a tendance à l’oublier mais elle a tout juste 20 ans,.

    • C’est vrai que pour 20 ans c’est pas mal. Après, clairement, si elle n’avait pas son statut de Youtubeuse, je ne pense pas qu’une maison d’édition aurait souhaité publier son roman (mais je peux me tromper).

  2. Je ne pense pas que je vais lire ce livre, mais j’ai entendu beaucoup de choses positives sur ce nouveau roman contrairement au précédent 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *