Home » Cinéma » [Critique cinéma] L’Odyssée de Pi d’Ang Lee

[Critique cinéma] L’Odyssée de Pi d’Ang Lee

Céline Online a pu voir le prochain film du réalisateur Ang Lee : L’Odyssée de Pi. Adapté du roman de Yann martel, que penser de ce long métrage qui part déjà favoris pour la prochaine édition des Oscars ? Critique by Céline Online de L’Odyssée de Pi  vu en avant-première et dans des conditions … aquatiques !

Pi Patel a passé son enfance à Pondichéry en Inde dans un lieu étonnant, ses parents étant propriétaires d’un zoo. Malheureusement à 17 ans la situation du pays se dégrade et toute la famille, animaux compris, doit embarquée pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais le destin du jeune homme est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo les transportant. Il se retrouve seul survivant à bord d’un canot de sauvetage. Seul, ou presque… Richard Parker est également du voyage. Sauf que, petite particularité, Richard Parker n’est pas le père de Spiderman mais un splendide et féroce tigre du Bengale. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra faire preuve d’un courage insoupçonné pour essayer de survivre à cette aventure incroyable.

Céline Online a eu la chance, que dis-je, l’honneur de pouvoir visionner LOdyssée de Pi en avant-première lors d’une séance un peu particulière. En effet, Céline Online a pu tester la première séance de cinéma sur l’eau.
L’expérience se déroule à la magnifique piscine Pailleron à Paris qui est d’ailleurs classée monument historique. [Zappons le moment où Céline Online apprend le retard pris par l’organisation et qu’elle va donc devoir attendre 1 heure dans le froid au combien glacial pour pouvoir rentrer.] A l’intérieure ambiance ! Lumière rose tamisée, fleurs de lotus, musique indienne et hôtesses en sari nous accueillent et nous réchauffent instantanément. Dans le bassin de la piscine flottent une vingtaine de canots de sauvetage. C’est donc dans ces instables embarcations que nous allons admirer L’Odyssée de Pi. Autant dire en immersion totale, en croisant les doigts pour que l’immersion ne soit pas aquatique. Gilet de sauvetage enfilé, lunettes 3D sur le nez et surtout équilibre de la barque trouvé, que plus personne ne bouge, le film peut commencer. Voguons matelots !

Céline Online_L'Odyssée de Pi avant-première_Twentieth Century Fox 2012             Céline Online_L'Odyssée de Pi avant-première_Twentieth Century Fox 2012  Céline Online_L'Odyssée de Pi avant-première_Twentieth Century Fox 2012

      

      

            

                 
                 
Avant de pouvoir voir à son tour l’Odyssée de Pi, Céline Online avait pu lire de nombreux éloges à propos du long-métrage. De quoi la laisser perplexe. Encore des journalistes et blogueurs qui encensent un film pseudo intellectuel juste pour faire genre « je suis bobo-intello-swag-critique au Cahier du cinéma ». Bon autant dire que Céline Online avait tort de A à Z. Il y a des films comme ça qui vous laisse sans voix à la fin de leur projection et vous retournent littéralement le cerveau. Ils sont rares, très rares et L’Odyssée de Pi en fait clairement partie.

Ang Lee réussi ici un tour de maître : adapter au cinéma le petit miracle littéraire de Yann martel, L’histoire de Pi. Un livre que bon nombre de personnes  considérait comme non transposable à l’écran tant son univers visuel est complexe et philosophique. Mais il suffit de survoler la filmographique du réalisateur pour comprendre qu’Ang Lee était l’homme de la situation : Le secret de Brokeback Moutain, Titre et Dragon, Hôtel Woodstock, Lust Caution, Raison et sentiments … (Ne pas citer Hulk est grandement volontaire) On y retrouve des films intimistes, des films spectaculaires, le tout régulièrement parsemé d’effets spéciaux. Aidé de David Magee au scénario, Ang Lee a su rendre hommage à l’imaginaire et la fantaisie contenu dans le roman de Martel.

Céline-Online_LOdyssée-de-Pi_Livre de Yann Martel

Le scénario parlons-en. Ou plutôt, parlons de l’histoire de ce film, fidèle à l’histoire du livre. Un homme et un tigre naufragés sur un canot peuvent t’ils tenir en haleine plus de deux heures les spectateurs ? Les talents de conteur d’Ang Lee viennent à bout de cette interrogation sans grande difficulté. On se laisse transporter dès le début par la poésie qui nous est racontée. Car L’Odyssée de Pi est bien plus que l’histoire d’un naufrage. Grâce aux nombreux à-côtés de cette fortune de mer, L’Odyssée de Pi est avant tout l’histoire d’une introspection, d’une recherche identitaire. Les croyances ont une place centrale dans le film. Aussi bien celles du personnage principal qui celles du spectateur. Sans trop en dévoiler, L’Odyssée de Pi est un film ouvert qui permet de longues discutions sur sa propre compréhension et interprétation de l’histoire.

Mais la véritable qualité de L’Odyssée de Pi est son image. On y voit un cauchemar qui se transforme en rêve visuel. Le personnage principal souffre et le spectateur ne trouve que le moyen de s’en émerveiller. L’Odyssée de Pi est donc un film cruellement beau. Cette pellicule est d’une beauté rare et nous la devons à Claudio Miranda, Directeur de la photographie. Cocorico également à nos frenchy de BUF pour les effets visuels.

Céline Online_L'Odyssée de Pi_Twentieth Century Fox 2012  Céline Online_L'Odyssée de Pi_Twentieth Century Fox 2012  Céline Online_L'Odyssée de Pi_Twentieth Century Fox 2012
Céline Online_L'Odyssée de Pi_Twentieth Century Fox 2012  Céline Online_L'Odyssée de Pi_Twentieth Century Fox 2012  Céline Online_L'Odyssée de Pi_Twentieth Century Fox 2012

       

           

             

            

           

         

             
                
Le ciel et la mer se mélangeant pour ne faire qu’unissons sont probablement les plus belles images de L’Odyssée de Pi. Dans des jeux de reflets, la mer se retrouve être le miroir des âmes. Nous sommes dans un rêve tant les images sont belles et irréelles. Le tigre est juste magnifique de réalisme et la scène du naufrage spectaculaire (encore plus dans une barque !). Et pour parfaire ce tableau déjà au combien agréable, la musique de Mychael Danna finie de nous transporter.

Le point le plus important de cet esthétisme est bien évidemment l’utilisation faite par Ang Lee de la 3D. Ce qui fait la différence ? La technologie est mise au service de l’histoire et non l’inverse. L’Odyssée de Pi est un film en 3D. Pas un film tout court, non un film en 3D. Jusqu’à présent Céline Online détestait la 3D. Pire, elle crachait dessus. Aucun film ne l’avait convaincu de l’utilité de cette technologie au cinéma. Même pas Avatar. C’est chose faite avec L’Odyssée de Pi. En parlant de ça, James Cameron a quand même dit :

« L’Odyssée de Pi casse l’idée reçue qui veut que la 3D doive être réservée aux gros films d’action ou aux films de super-héros. Le film est visuellement incroyable, inventif et il propose des choses que vous n’avez pas l’habitude de voir. Il vous entraîne dans une aventure et – à moins que vous ayez lu le livre, ce qui n’est pas mon cas – vous ne savez jamais où l’histoire va aller. Et le relief est bon, dans le sens où vous oubliez que vous êtes devant un film 3D. » Pas mal !

Petit bémol, L’Odyssée de Pi contient quelques longueurs. Mais cela est peut-être du aux conditions de visionnage. Rester assise plus de deux heures dans une barque a fait découvrir à Céline Online des muscles dont elle n’imaginait même pas la présence dans son fessier.

L’Odyssée de Pi est sans aucun doute LE film de fin d’année. De là à dire qu’Ang Lee a réalisé un Chef-d’œuvre ? Céline Online vous laisse vous faire votre propre avis, dans les salles obscures évidemment. Ou pourquoi pas, en lisant le livre.

Céline Online_L'Odyssée de Pi affiche_Twentieth Century Fox 2012
Titre original : Life of Pi

Réalisation : Ang Lee

Sortie cinéma française : 19/12/2012
Durée : 125 minutes
Avec : Suraj Sharma, Irrfan Khan, Tabu, Rafe Spall, Gérard Depardieu …

L’Odyssée de Pi sur internet : Site officielFacebook officiel

                    

        

Ça devrait te plaire !

Happy Birthdead_Christopher Landon_bandeau (Céline Online)

Happy Birthdead : une sacrée dose d’horreur et d’humour

Happy Birthdead de Christopher Landon est un film complètement décomplexé qui nous fait passer un bon petit moment divertissant et 100 % série B assumé. Et ça, j'aime !!

5 p'tits mots doux

  1. Ouh là là, tu donnes furieusement envie!!!
    Cette projection était pour le moins insolite, je trouve l’idée très sympa même si visiblement ça aurait pu être plus confortable… ;o)
    Je n’ai pas lu le livre mais tu m’as convaincue de ne pas rater le film, merci!

  2. Je suis allée le voir en avant-première également mais dans une salle de cinéma et non dans une barque et je dois dire que j’ai été agréablement surprise.

    Le personnage principal Suraj Sharma interprète le jeune Pi de façon incroyable.
    Les images sont magnifiques, j’ai même été surprise par la 3D.

    C’est vrai qu’il est long : 2h quand même ! Mais l’univers proposé dans ce film était tellement magique et attachant que j’ai eu envie que le film dure encore et encore …

    Enfin en conclusion, un super film, une magnifique histoire dont le dénouement n’est pas du tout prévisible et donc rempli de surprises.

    Belle expérience cinématographique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *