Home » Cinéma » [Critique cinéma] 9 mois ferme d’Albert Dupontel

[Critique cinéma] 9 mois ferme d’Albert Dupontel

Encore un film qui parle de maternité ?! Non, non, avec 9 mois ferme vous ne pleurerez pas toutes les larmes de votre corps comme avec Alabama Monroe… ou alors, promis, ce n’est que parce que le dernier film d’Albert Dupontel vous fera pleurer de rire.

Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression globophage ! Ariane qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Une comédie, rien qu’une comédie ?

Le scénario de 9 mois ferme est teinté de justice. Que ce soit les personnages (une juge, un délinquant et toute une ribambelle de seconds rôles), les lieux ou les histoires secondaires, tout est lié à ce milieu. Et c’est loin d’être un hasard. L’idée du film a germé dans l’esprit d’Albert Dupontel à la suite du visionnage de 10ème chambre, instants, un documentaire de Raymond Depardon sur le quotidien de la justice. Mais attention, pas de fausses idées. 9 mois ferme n’est pas une critique de notre système judiciaire, loin de là. Albert Dupontel l’explique d’ailleurs lui-même : la justice se critique très bien toute seule avec toutes ses erreurs. Alors oui, c’est vrai, quand on y réfléchi, la thématique de fond n’est pas franchement rigolote. Il faut donc voir en 9 mois ferme une stature de film « drame rigolo » plutôt que de comédie. Car quand tout devient dramatique (Ariane va quand même tenter de s’auto avorter à plus de 5 mois de grossesse), la solution  est très souvent un petit gag.

Et de l’humour, il y en a à foison. 9 mois ferme, c’est 1h20 sans s’ennuyer une seconde. Beaucoup de scènes sont hilarantes et de nombreuse autres sont tout simplement cultes. De base, cette idée de voleur globophage (qui mange les yeux) présage en toute logique un sérieux bordel. Alors quand le personnage de Dupontel tente de s’innocenter à base d’hypothèses loufoques – particulièrement celle du batteur – impossible de ne pas hurler de rire. Céline Online insiste. De l’humour il y en a tellement, qu’une seule projection de 9 mois ferme ne peut suffire à tout absorber. C’est une grande force, car nous avons toujours quelque chose de nouveau à nous mettre sous la dent. Soyez attentifs, les seconds plans sont excellents. Céline Online vous conseille de zyeuter les scènes de journaux Tv. Vous y verrez passer de nombreux visages connus (Yolande Moreau, Terry Gilliam ou Jean Dujardin) mais également défiler une quantité de conneries inimaginables !

 Céline Online_9 mois ferme un film d'Albert Dupontel avec Sandrine KiberlainCéline Online_9 mois ferme un film de et avec Albert Dupontel

Céline Online_9 mois ferme un film d'Albert Dupontel avec Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel

Nous avons donc un scénario au top de l’humour. Mais rien ne sert d’écrire sans un casting pour interpréter. Sandrine Kiberlain nous livre une Ariane touchante grâce à sa prestation tout en douceur et drôlerie. A son opposé, Dupontel est génial en décalé social, limite « taré et débile » mais finalement, le plus humain de toute une galerie de personnages loufoques. Tous les seconds rôles du film mériteraient d’être sur le haut de l’affiche : Nicolas Marié et son horrible bégaiement, Philippe Uchan, Philippe Duquesne, Bouli Lanners, Chritian Hecq, Michel Fau

Bref, nous ne sommes que début octobre 2013 mais 9 mois ferme peut déjà fièrement arborer les couleurs de la meilleure comédie française de l’année.
Une pépite comique. Du grand Dupontel. A voir et revoir.
       

Céline Online_9 mois ferme un film d'Albert Dupontel_afficheTitre original : 9 mois ferme

Réalisé par : Albert Dupontel

Sortie cinéma : Le 16 octobre 2013

Durée : 1 heure 22

Avec : Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel, Nicolas Marié, Philippe Uchan, Philippe Duquesne, Bouli Lanners, Chritian Hecq, Michel Fau…

Distribution: Wild Bunch Distribution

9 mois ferme sur internet :  Facebook Fr

       

         

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

Un p'tit mot doux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *