Home » Cinéma » [Critique cinéma] Django Unchained de Quentin Tarantino

[Critique cinéma] Django Unchained de Quentin Tarantino

Cette semaine au cinéma sort un film qui va faire beaucoup de bruit, le dernier bébé de Quentin Tarantino: Django Unchained (The D is silent). Découvrez l’avis de Céline Online sur ce film digne d’une chevauchée fantastique !

Parler d’un Tarantino n’est pas chose facile pour Céline Online. Difficile d’être objective devant le travail d’un de ses réalisateurs préférés. Mais prenant son objectivité à deux mains, elle tapota ces quelques lignes pour vous donner son avis sur Django Unchained. Un avis qui va droit au but. Pas besoin de faire un détour de 10 kilomètres pour vous le dire : Django est un putain de bon film ! (En toute objectivité bien sûr.)

Django Unchained, what’s your story ?

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz (Christoph Waltz), un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django (Jamie Foxx), un esclave. Cette bonne action est loin d’être désintéressée. Schultz souhaite que Django l’aide à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. En échange de cette capture (morts ou vifs), Schultz promet à l’esclave de lui rendre sa liberté. Mais Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda  (Kerry Washington), sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves et qui se trouve sur les plantations de Calvin Candie (Leonardo DiCaprio).

Un western à la sauce panzani

Céline Online_Quentin Tarantino réalisateur de Django UnchainedA de nombreuses reprises, le talent de Quentin Tarantino a été la cible de critiques. D’un côté, certains le considèrent comme un génie à la caméra et de l’autre, comme un homme aux influences si fortes qu’elles enlèvent toute personnalité à ses films. Vous imaginez donc bien que Django Unchained était attendu au tournant avec son hommage clairement assumé aux westerns spaghettis. Haa ce western, un genre dans lequel nous attendions Tarantino, les nombreuses références dans ses autres films nous ayant fait languir d’impatience. Nous retrouvons dans Django Unchained tous les codes du genre : titrage, cadrage, musique …  Il suffit juste de regarder la scène d’introduction pour s’en convaincre. Pour enrichir encore plus ce style western, Tarantino nous sert sur un plateau d’argent une multitude de caméos et clins d’oeil plus ou moins faciles à découvrir pour les amateurs du genre.
Mais il serait réducteur de limiter Django Unchained à un sous-genre du western. Non, Django Unchained c’est avant tout l’histoire d’une vengeance (thématique chérie du réalisateur) coiffée d’une histoire d’amour. L’amour qui est d’ailleurs le moteur central de l’action du film. Django Unchained est drôle, violent, émouvant et encore beaucoup d’autres choses. Mais c’est encore Tarantino qui en parle le mieux : « Django Unchained est un récit d’aventure féroce avec des passages marrants ». Certes Django Unchained nous délivre de l’hémoglobine par litres entiers mais c’est surtout un film esthétique. Le voir, c’est ressentir le plaisir pris par Tarantino à écrire et filmer son long métrage.

Casting quatre étoiles pour scénario sans faute

Voilà les deux points forts de Django Unchained : un casting qui brille par son talent et qui est magnifié par un scénario à vous faire pleurer.
Enfin quand Céline Online vous parle de casting, elle veut surtout parler de Christoph Waltz. L’acteur porte le film à lui tout seul. Sa présence est juste incroyable. Déjà fortement acclamé dans Inglourious Basterds (pour la petite anecdote, avec ce rôle de nazi, il a remporté 30 prix pour 31 nominations), ici, Waltz écrase tout le monde. Une pluie de récompenses ne devrait pas tarder à arriver. Attention, les autres acteurs sont loin d’être mauvais, Samuel L. Jackson en chef de file. Jamie Foxx et Kerry Washington sont également très justes. Petit bémol pour DiCaprio qui livre avec Django Unchained une prestation moyenne. Léo n’est pas spécialement convainquant dans son rôle de Bad guy, la personnalité de Candie restant très académique.

Céline Online_Leonardo DiCaprio est Monsieur Candie dans Django Unchained Céline Online_Jamie Foxx et Kerry Washington dans Django Unchained Céline Online_Jamie Foxx est Django dans Django Unchained Céline Online_Christoph Waltz et Jamie Foxx dans Django Unchained

      

            

            


Mais voilà, ce qui rend ces acteurs aussi bons est sans aucun doute l’écriture de Tarantino qui encore une fois nous livre des dialogues à couper le souffle. De nombreuses répliques vont rester dans les annales. Et quand on parle de mythique, Céline Online est obligée de citer la scène des cagoules/ Ku Klux Klan style avec la participation de Jonah Hill. A vous pisser dessus tellement c’est bon !
Le film peut paraitre long (2h40 tout de même) mais il est important que tout Tarantino se termine par une tuerie digne de ce nom !

Pour finir de vous convaincre, Céline Online rajoutera que Django Unchained possède une bande son anachronique mais excellente. Les morceaux de Luis Bacalov, Django et Freedom d’Anthony Hamilton/Elayna Boynton résonneront longtemps dans votre esprit… Pour ne citer qu’eux. Sans en rajouter, c’est probablement la meilleure bande originale d’un Tarantino. Surement car pour la première fois des morceaux ont été composés pour le film (Ennio Morricone et John Legend entre autres).

Céline Online_Django Unchained_Affiche       
Titre original : Django Unchained

Réalisation : Quentin Tarantino

Sortie cinéma française : 16/01/2013

Durée : 2 heures 44

Avec : Jamie Foxx, Christoph Waltz, Leonardo DiCaprio, Kerry Washington, Samuel L. Jackson…

Django Unchained sur internet : Site officiel –Facebook français officiel

 

Mais sinon Quentin, ta période fétichiste des pieds, elle est finie ?

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

6 p'tits mots doux

  1. J’attends avec impatience de le voir, probablement cette semaine ! J’espère les mêmes ingrédients qui m’avaient fait aimer Kill bill 2 : de la violence avec une dimension graphique, une bande son bien choisie, et les pointes d’humour vues dans la bande-annonce.

  2. Viens d’aller voir le film et ai vraiment apprécié sa version de western spaghetti. Les acteurs sont bons à l’exception, je trouve , de la prestation même de Tarantino qui est peu crédible. Musique appropriée, plans de paysages superbes. Pour continuer dans le genre anachronique, l’histoire se passe dans les années 1848-1849 et ils vont dans un saloon appelée « antique »; s’y trouve le buste de Nefertiti en grande taille, or celui-ci n’est découvert en Egypte que 60 ans plus tard !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *