Home » Cinéma » [Critique Cinéma] Zulu de Jérôme Salle

[Critique Cinéma] Zulu de Jérôme Salle

De plus en plus de scénarios de films sont directement tirés de romans. La liste est tellement longue qu’il serait impossible de tous les énumérer. Le prochain en date est inspiré du livre éponyme du grand Caryl Ferey : Zulu. Réalisé par Jérôme Salle faut-il classer cette adaptation dans la catégorie « Poubelle » ou « Réussite » ? Céline Online vous donne son avis sur Zulu en toute objectivité. Et non, y voir Orlando Bloom complètement nu n’est pas pris en compte… ou presque pas…

Zulu : à l’origine, un livre

Paru en 2008, Zulu de Caryl Ferey a reçu pas moins de sept prix littéraires dont le Grand prix littérature policière. Le roman propose une histoire sombre et des personnages incroyablement forts : une matière brute d’une qualité indéniable. Lourde tâche pour Jérôme Salle que de s’atteler à son adaptation sur grand écran, particulièrement quand on sait que ce dernier est le coupable des Largo Winch et d’Anthony Zimmer.

Dans une Afrique du Sud encore hantée par l’apartheid, Brian et Ali, deux policiers pourchassent le meurtrier d’une jeune adolescente. Des Townships de Cape Town aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête est bien plus que ce qu’elle semble être…

      

« Pas d’avenir sans pardon » (Desmond Tutu)

Zulu c’est l’histoire de deux flics, un noir et un blanc, que tout oppose mais qui sont pourtant liés par une véritable amitié. Tous deux se retrouvent à enquêter sur un affaire qui, en les contraignant à affronter leurs démons intérieurs, va bouleverser leurs vies passées et futures. Mais Zulu n’est pas pour autant un film « de flics » résolvant un meurtre. Bien plus profond, le film fait résonner en chacun de nous une question : « Pouvons-nous pardonner ? ». Tel un film conducteur, Zulu parle de la difficulté et de la nécessité de pardonner pour aller de l’avant. L’Afrique de Sud et son apartheid n’est-elle pas le meilleur endroit pour traiter du sujet ? Tout comme Brian et Ali, le pays est un personnage à part entière qui cherche à avancer malgré le poids du passé.

Zulu_Jérôme Salle_Forest Whitaker et Orlando Bloom

L’Afrique de Sud est filmé tout en contradictions. D’un côté nous avons ses paysages de carte postale et de l’autre, l’image sale de Cape Flats et son misérable quotidien. Tout ce que les touristes ne voient pas ou ne veulent pas voir. Que ce soit visuel ou scénaristique, Zulu est donc baigné en permanence d’une incroyable violence.

Côté casting, Zulu frappe également fort, très fort. Si Forest Whitaker est parfait en force tranquille hantée par son douloureux passé, la surprise vient surtout d’Orlando Bloom. Oublions toutes les étiquettes collées à cet acteur. Violent, alcoolique, homme à femmes, divorcé avec un fils qui le considère comme un étranger… Autant dire que dans Zulu, Orlando Bloom s’amuse à malmener son image de beau gosse. Et ça marche.

Zulu_Jérôme Salle_Orlando Bloom Zulu_Jérôme Salle_Forest Whitaker

Deux belles performances formant un duo fonctionnant à la perfection. Chose qui peut sembler paradoxale car si nous y regardons de plus près, Whitaker et Bloom n’ont que très peu de scènes ensemble. Mais voilà, il se dégage des deux acteurs une osmose qui fait de Zulu un film humainement authentique.
     

Baignant dans l’héritage de l’apartheid, Zulu est extrêmement violent. Bien plus qu’un simple thriller, Zulu est un drame social, un film de fantômes qui offre la plus belle des courses poursuite qu’il a été donné de voir à Céline Online : poignante et douloureuse, comme son film.

     

Zulu_Jérôme Salle_afficheTitre original : Zulu

Réalisé par : Jérôme Salle

Scénario : Julien Rappeneau et Jérôme Salle, adapté du roman Zulu de Caryl Férey

Sortie cinéma : Le 4 décembre 2013

Durée : 1 h 50

Avec : Orlando Bloom, Forest Whitaker, Conrad Kemp…

Distribution : Pathé Distribution – Film de clôture du Festival de Cannes 2013

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *