Home » Cinéma » Dear White People de Justin Simien

Dear White People de Justin Simien

Entre polémique américaine et Prix Spécial du Jury au Festival du Film de Sundance (2014), le moins que l’on puisse dire, c’est que Dear White People sait se faire remarquer. Pour son premier film, Justin Simien s’est tout simplement inspiré de sa propre scolarité passée dans une université peuplée d’étudiants blancs. Confronté aux regards des autres, Simien en est arrivé à se demander « Quel type de noir je doiss être ». Devait-il être ce noir qui pour s’intégrer doit rentrer dans un moule bourré de clichés et de poulet frit, rap, baggy et coupe afro ?

Voici donc le questionnement qui donna naissance à Dear White People.

La vie de quatre étudiants noirs dans l‘une des plus prestigieuses facultés américaines, où une soirée à la fois populaire et scandaleuse organisée par des étudiants blancs va créer la polémique.

Dear White People est raconté à travers quatre étudiants noirs. Justin Simien explique que ses protagonistes « représentent des versions de nous à différentes étapes de la vie. Il arrive toujours un moment où l’envie de se ressembler culturellement et d’appartenir à un groupe se fait ressentir. ». Il y a Samantha (Tessa Thompson), la métisse rebelle qui n’assume pas sa double identité (un père blanc et une mère noire). Lionel (Tyler James Williams), noir, gay et à la coupe afro, c’est un peu le candide du film. Coco (Teyonah Parris), qui n’assume pas sa couleur et qui pour s’intégrer aux blancs, se copie sur eux. Enfin, Troy (Brandon P Bell), le leader qui tente de faire sa propre histoire dans l’ombre de son père et de sa réussite.

Dear White People de Justin Simien_Sam White est joué par Tessa Thompson Dear White People de Justin Simien_Lionel est joué par Tyler James Williams Dear White People de Justin Simien_Coco est joué par Teyonah Parris Dear White People de Justin Simien_Troy Brandon joué par Brandon P Bell


Une satire mais pas seulement

Pendant la projection de Dear White People vous allez rire de bon cœur. Le film est drôle, ça ne fait aucun doute. Justin Siemens s’amuse comme personne avec les clichés. Puis, en sortant, vous aller ressentir des effets secondaires assez troublants. Comme une sensation de malaise. C’est là toute l’intelligence de Simien. Car à rigoler de tous ces clichés nous plongeons tête la première dans un « racisme accidentel », celui que la liberté d’expression tente de justifier et d’adoucir. Mais ne nous voilons pas la face. Toutes ces « petites choses » restent du racisme et les phrases de l’émission radiophonique de Sam mettent le doigt là où ça fait mal :

Dear White People de Justin Simien_Sam White_Radio

   
«Dear white people, le nombre d’amis noirs désormais requis pour ne pas sembler raciste vient de passer à deux. Et désolée, cela n’inclut pas Tyrone, votre dealer de cannabis…».

« Dear white people, sortir avec une personne noire pour faire chier tes parents est une forme de racisme ».

   

Le générique de fin en est d’ailleurs le plus bel exemple : impossible de poursuivre le divertissement quand nous découvrons ce défilé de photographies, prisent lors de vraies soirées d’Halloween où des jeunes se déguisent en noirs.

Mais tout ne tourne pas autour de la morale. Dear White People pose aussi une question sur l’identité culturelle. Face à une nouvelle génération qui ne connait que Beyoncé et Obama, que reste-t-il de l’histoire et du combat de tout un peuple ? Justin Siemens le rappelle très justement : le succès d’un homme ne fait pas le succès de tous les hommes. Avoir un président noir ne doit pas occulter les problèmes raciaux qui semblent ne jamais avoir été aussi présents aux Etats-Unis. Le film tente de montrer la situation complexe dans lequel se trouve un pays qui tente encore de prouver qu’être noir ne résume pas un être humain.

Le message est fort et travaillé. Je ne vais pas trop développer ces aspects techniques, mais Dear White People offre une photographie très recherchée avec une composition des cadres toujours soignée. La mise en scène est maîtrisée et nous prenons plaisir à voir évoluer cet impeccable casting aux répliques cinglantes. Enfin, la musique classique qui rythme l’histoire vient à contre sens et essaye d’apaiser les mœurs.

Dear White People de Justin Simien_groupe

 
En utilisant la satire, Justin Simiens réussi à combiner avec réussite, divertissement et réflexion. Que vous soyez blanc, jaune, noir, vert, marron, violet ou je ne sais de quelle couleur, Dear white people vous fera rire et réfléchir. Peut-être que vous n’aimerez pas le film. Peut-être qu’il vous dérangera. Ou au contraire, peut-être allez-vous l’adorer. Une chose est sure, il ne vous laissera pas indifférent. Alors profitez-en pour en débattre sereinement !

   

Dear White People de Justin Simien_affiche

   
Titre original : Dear White People

Sortie cinéma : 25 mars 2015

Réalisé par : Justin Simien

Durée : 1 h 48

Avec: Tyler James Williams, Tessa Thompson, Kyle Gallner, Teyonah Parris, Brandon P. Bell  et Dennis Haysbert.

Plus d’information sur le Facebook officiel Fr du film

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *