Home » Cinéma » [Critique cinéma] Les mondes de Ralph des studios Walt Disney

[Critique cinéma] Les mondes de Ralph des studios Walt Disney

Céline Online a eu la chance d’être invitée à l’avant-première du dernier film des studios Disney, Les mondes de Ralph. Oui oui, on peut être une maman de bientôt 26 ans et toujours prendre autant de plaisir devant un film d’animation. Place à une critique vraiment personnelle d’un Disney pas comme les autres …

Après Raiponce et sa princesse à la crinière interminable, Disney nous propose avec Les mondes de Ralph un film radicalement différent. Le studiotouche sans grande difficulté la corde sensible de Céline Online en surfant sur la vague du « le rétro c’est beau. Le geek c’est chic ». Haaa ce doux souvenir de sa tendre jeunesse à jouer des heures entières à Bubble Bobble dans la salle d’arcade du quartier. Tout ça, ça manque. Raison principale de Céline Online pour se précipiter voir Les mondes de Ralph.

Juste avant la projection des Mondes de Ralph, vous aurez le droit à un très beau court-métrage en noir et blanc (et une pointe de rouge) : Paperman. Ne loupez surtout pas ce moment poétique. Ça vaut le détour, alors arrivez à l’heure à votre séance !

L’histoire
Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu plutôt old-school. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être un gentil héros que tout le monde aimerait. Un peu jaloux et envieux de son camarade Félix Fixe et de ses médailles, Ralph va se mettre en tête de voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver que les méchants peuvent être gentils.
C’est dans le monde de Sugar Rush, un jeu édulcoré de course de voitures que Ralph va rencontrer Vanellope Van Schweetz. Son gros défaut : être une erreur de programme. Pour cette raison, elle est interdite de course et rejetée de tous. Pourtant Vanellope le ressent au plus profond d’elle : elle possède une âme de pilote.
Une amitié improbable va naître de cette rencontre. Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves?

**********

Les mondes de Ralph se veut être un Disney très contemporain. Aucune princesse cucul la praline ou d’animaux qui poussent la chansonnette. Il ne faut pas pour autant coller aux Mondes de Ralph une étiquette « jeux vidéo ». Ici, et cela devrait en décevoir plus d’un, les jeux vidéo servent juste de décors. Les Mondes de Ralph nous raconte la relation et l’amitié de deux êtres mis sur le côté. Tous les deux cherchent quelque chose dans leur vie. Ils vont se rencontrer et s’entraider. C’est cette relation le véritable sujet du film.
Alors oui le film dégouline de niaiserie sucrée et collante couleur barbe à papa mais n’est-ce pas finalement ça l’âme des studios Disney : le cœur et l’émotion ?

Visuellement Les mondes de Ralph est très beau et le monde de Sugar Rush est tellement réussi que vous prendrez facilement trois kilos rien qu’en dévorant des yeux les images.

Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Sugar Rush // ©Disney

Le traitement de l’image est pointilleux. Chaque personnage semble avoir une résolution et une attitude différentes en fonction de leur époque d’origine.  Inspirés d’un autre jeu ou non, tous sont drôles et attachants. Bien évidemment on aurait aimé voir plus de Sonic, Browser ou Pac-Man mais encore une fois le jeu-vidéo n’est pas le thème des Mondes de Ralph. Céline Online a une grosse préférence pour la pastille à sucer Sour Bill qui rappelle tellement le robot dépressif de H2G2.

Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Ralph la casse // ©Disney  Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Felix Fixe // ©Disney  Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Gene // ©Disney  Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Sergent Calhoun // ©Disney

Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Vanellope Von Schweetz // ©Disney
  Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Sa sucrerie // ©Disney  Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Sour Bill // ©Disney  Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Wynnchel et Duncan // ©Disney

    

    

    

         

Une chose risque peut-être de vous choquer – quoi que nous sommes de plus en plus habitués à cela – il y a du placement de produit dans Les mondes de Ralph. Cela fait réellement bizarre dans un Disney. Imaginez Cendrillon faire le ménage avec des lingettes Swiffer : dur !  Que ce soit un gobelet Subway ou une chanson ventant les gâteaux Oréo, préparez-vous à la révolution marketing de Disney.

Mais trêve de blabla inutiles autours d’une pseudo critique cinématographique. La seule chose dont vous avez besoin pour apprécier Les mondes de Ralph c’est de votre âme d’enfant. Céline Online l’a retrouvée sans problème et est retombée en enfance !
[Flash-back] Focus sur le premier souvenir estampillé Disney de Céline Online. Elle à 8 ans et est toute impatiente d’aller voir Le Roi Lion au cinéma avec ses parents. [Retour dans le présent] 18 ans ont passé et à présent c’est à elle d’emmener sa Polly Pocket voir le dernier Disney. Enfin pas tout de suite, six semaines ça fait un peu jeune. En tout cas, cette idée, cette hâte ne l’a pas quitté de toute la projection.

Parce que finalement les Disney c’est ça : une histoire de famille, une tradition, un partage. Les mondes de Ralph est certes ciblé jeune enfant mais il reste un bon divertissement que tous les membres de la famille pourront apprécier. Relâchez la pression, Disney s’occupe de tout !

                   

Céline Online_Disney_Les mondes de Ralph_Affiche // ©DisneyTitre original : Wreck-It Ralph

Réalisation : Rich Moore

Sortie cinéma française : 05/12/2012

Durée : 101 minutes

Avec les voix de : John C. Reilly (VF : François-Xavier Demaison), Sarah Silverman (VF : Dorothée Pousséo), Jane Lynch (VF : Isabelle Desplantes) …

Le film sur internet : Site officiel et sur Facebook 

                                                

En tout cas, si nous ne devions retenir qu’une chose des Mondes de Ralph : ne jamais faire tomber de Mentos dans du soda light !

            

Ça devrait te plaire !

Happy Birthdead_Christopher Landon_bandeau (Céline Online)

Happy Birthdead : une sacrée dose d’horreur et d’humour

Happy Birthdead de Christopher Landon est un film complètement décomplexé qui nous fait passer un bon petit moment divertissant et 100 % série B assumé. Et ça, j'aime !!

2 p'tits mots doux

  1. Cette fin d’année est chargée en film d’animation, mais celui-là me tente bien du coup !

  2. J’ai bq aime ta critique et suis entièrement d’accord avec ton analyse. Plusieurs autres blog « orienté geek » ont raté ce point crucial que cible Disney: la famille. Geek c bien, les kif en famille aussi ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *