Home » Lecture » Gatsby le magnifique : Luhrmann achève Fitzgerald par KO

Gatsby le magnifique : Luhrmann achève Fitzgerald par KO

Il y a des bandes annonces qui ne donnent pas envie.  C’est le cas de Gatsby le Magnifique de Baz Luhrmann.  Non parce qu’en trois minutes nous comprenons quoi de l’intrigue ? Juste un film qui va nous raconter, sur un air de jazz, les histoires de cœur et de cul d’un mec blindé en plein dans les années folles… Merci, mais très peu pour Céline Online

Ces images de Gatsby le Magnifique de Baz Luhrmann sonnent un peu trop comme une ode à l’excès. Trop de vulgarité, trop de guimauve, trop de bling-bling, trop de 3D et trop de trop.
Voilà après c’est beau visuellement et ça sonne bien au niveau de la musique (No Church In The Wild est juste LE morceau bonne découverte). En même temps, replaçons Gatsby le Magnifique dans son contexte : nous parlons d’un film de Baz Luhrmann. Les scéanrii, ce n’est pas trop son truc. Regardons de plus prêt sa filmographie. Entre Roméo + Juliette et Moulin rouge, à part l’esthétique et la musique, les films étaient quand même à chier, non ? Des comédies romantiques justes bonnes à draguer un soir de la Saint-Valentin. (Excusez Céline Online pour le raccourci, il a aussi réalisé le mauvais Australia et l’inconnu Ballroom dancing).

Mais voilà, Gatsby le Magnifique est annoncé en ouverte du 66e Festival de Cannes. Le film déclenche une montagne déloges et cela, pré-projection. Les festivaliers se déchaînent pour y assister tandis que la foule se bouscule aux premières séances à sa sortie.

Pourquoi ?

C’est face à ce constat que Céline Online a voulu comprendre. Pourquoi autant d’engouement autour de Gatsby le Magnifique, un film qui semble plus bling bling qu’intéressant ? Un film qui a été de nombreuses fois adapté au cinéma, à la télévision et même à l’opéra, sans pour autant un grand succès à la clé ? Oui, pourquoi ?
La réponse se trouve sans doute, du moins espérons le, à la genèse de l’œuvre : dans le roman éponyme de F. Scott Fitzgerald. Gatsby le Magnifique en étant l’adaptation.

Céline Online_Gatsby le magnifique_ F. Scott Fitzgerald_Livre

New York, années folles… Dans sa somptueuse demeure de Long Island, Jay Gatsby organise de fastueuses réceptions où les invités se pressent en foule. Mais leur hôte ne cherche à éblouir qu’une seule personne : Daisy Buchanan. Elle est élégante, riche, séduisante, mais elle est la femme d’un héritier millionnaire…

Et bien non. Soyons rapide, pas comme ce roman, aussi soporifique que Derrick présentant un épisode de Chasse et pêche. Quel gâchis ! Cette histoire d’amour avait pourtant tous les ingrédients pour être une magnifique tragédie. Malheureusement, ça ne prend pas. Problème de cuisson probablement. A trop laisser mijoter, le lecteur s’endort et se perd dans un monologue narratif. Céline Online s’est ennuyée d’un ennui mortel. C’est long à se mettre en place et finalement, il ne se passe pas plus de chose après. En deux secondes top chrono l’histoire est bouclée. Fitzgerald  a mis 223 pages à le faire,  Luhrmann, lui, 2h30.

Tout dans Gatsby le Magnifique, version roman est superficiel et creux. Les personnages, leurs vies, les fameuses soirées de Gatsby … Aucune de ces choses n’est touchante. Nous sommes dans un interminable cliché. Aucune émotion, aucun ressenti face à cette soi-disant belle histoire d’amour. On tourne la dernière page de Gatsby remplit d’exaspération mais aussi et surtout de soulagement : enfin ! Rangeons ce livre sur une étagère et oublions-le. Par chance, l’ouvrage n’a coûté que 2,80 euros… le seul lot de consolation de Céline Online !

C’est donc un énorme et définitif « NON ». Non, Céline Online ne mettra jamais les pieds dans une salle de cinéma pour y voir Gatsby le Magnifique de Baz Luhrmann. Aucune envie de voir la mise à mort filmée d’un roman déjà si souffrant.

Ça devrait te plaire !

Moi, Cali, Faucheuse de Sophie Cole (éditions Nouvelles Plumes)

Moi, Cali, Faucheuse de Sophie Cole : rebondissements et humour !

Dead like me, vous connaissez ? Cette série, c’est l’idée que faucheur est un métier. Du coup, lire Moi, Cali, Faucheuse de Sophie Cole était une évidence.

6 p'tits mots doux

  1. Ça ne donne … pas envie 🙂

  2. Eh bah justement tu devrai voir le film car il est différent du roman et moins soporifique ^^. Gatsby avait déjà été adapté en film mais là c’est vraiment différent et tu t’ennuie pas sur 2h30 ( et pourtant ça aurait pu). Lurhman fait un condensé de « Roméo + Juliet » et « Moulin Rouge » dans ce film. Et le film vaut pour l’interprétation de DiCaprio et Maguire.

  3. Je suis d’accord avec toi sur le manque d’intérêt de l’histoire de Gatsby, mais tout l’intérêt du roman est dans l’écriture de Fitzgerald (qui reste l’un des plus grands auteurs américains) et l’atmosphère qu’il recrée très subtilement, avec ses bulles de champagne, ses voilages blancs et ses frou-frous.
    Et justement, c’est ce que le film a totalement sacrifié, en imposant une atmosphère bling bling et en prenant le spectateur pour un abruti incapable de se projeter dans une époque si on ne la modifie pas à la sauce 21ème siècle. C’est vulgaire, rempli d’effets spéciaux inutiles, saturé de travellings qui donnent la nausée et la bande son achève de tuer l’esprit du roman. C’est simple: il ne reste rien. Si, quand même: Carey Mulligan est assez fidèle au personnage de Daisy, à la fois cruel et faussement naïf. Je pense sincèrement que le roman est inadaptable (parce que son histoire est assez ennuyeuse) mais de là à le massacrer…

  4. Gatsby ne me tente pas mais je ne suis pas du tout d’accord sur Luhrmann! J’adore ce réalisateur, son esthétique me fascine et j’ai trouvé Roméo + Juliette génial comme réécriture de Shakespeare.
    Australia était moyen dans son scénario mais il y avait quand même quelque chose. Et Ballroom Dancing est principalement un film australien, d’où le fait qu’il est moins connu, un peu bizarre mais intéressant à regarder.

    Après je n’ai entendu que des mauvaises critiques sur Gatsby contrairement à toi et comme je n’ai pas aimé DiCaprio en milliardaire bling dans Le Loup de Wall Street, je n’ai pas envie de le revoir en milliardaire. Par contre dire que Roméo + Juliette était « à chier » ça non, je ne peux pas le laisser dire! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *