Home » Télévision » GLOW : les filles squattent le ring !

GLOW : les filles squattent le ring !

Bénissez-moi, mon Père, parce que j’ai péché. Oui, j’ai vraiment péché, j’ai binge watché sur Netflix toute le saison 1 de GLOW en deux soirées. C’était tellement, tellement bien. Je n’ai pas réussi à m’arrêter. Impossible. J’ai eu comme un coup de foudre pour ce programme, et si c’était à refaire, je le referais de la même façon. GLOW est juste parfaite !
      

       
GLOW est inspirée de faits réels. Je l’ai découvert en écrivant cet article. Ou plus exactement, GLOW est inspirée de « Gorgeous Ladies of Wrestling » (Catcheuses magnifiques), une émission très populaire dans les années 80 aux Etats-Unis sur des femmes catcheuses. Ça vous semble kitch ou sans intérêt ? Détrompez-vous ! Pour vous prouver le contraire, je vous propose un article en cinq rounds. Et croyez-moi, installez-vous bien car je vais vous mettre KO dans votre canapé, convaincu de tout lâcher pour GLOW.

 

Round 1 : L’histoire

En plus de nous faire découvrir les coulisses de la création de ce mythique show TV américains, GLOW, c’est surtout l’histoire de 14 femmes qui décident de reprendre possession de leur corps et de leur force, en apprenant à avoir confiance en elles. Oui, GLOW montre des nanas en justaucorps mais ça n’a rien de sexualisé. Le catch n’est pas ici montré pour son sexisme ou ses spectateurs obsédés. Pour tout vous dire, en nous montrant cette galerie de personnages féminins s’émancipant, GLOW est même une série très féministe. Elles utilisent leur corps pour prendre le pouvoir et non pour rechercher l’approbation d’un regard masculin.
Pas étonnant finalement quand on sait que la série est produite par Jenji Kohan, également maman de Weed et Orange is the new black, deux séries qui font elles aussi la part belle aux femmes évoluant dans des milieux masculins.
    

Round 2 : Les personnages

Vous vouliez des personnages féminins ? Et bien avec GLOW vous aller être servis ! Vous allez découvrir des héroïnes drôles au caractère bien trempé, parfois bizarres mais toujours touchantes et complexes. Sur nos 14 catcheuses en devenir, pas une n’est mise à l’écart. Elles ont toutes une personnalité bien travaillée et développée. C’est agréable après les 10 épisodes de 30 minutes que composent cette première saison d’avoir cette sensation de les connaitre.
Mais il ne faut pas oublier les hommes de cette série qui sont tout aussi incroyables (et représentatifs de la société des années 80 et de ses médias) : Sam Sylvia, le réalisateur cocké de série B et le Sebastian , le producteur friqué, fils à maman.
Tout ce beau petit monde évoluent devant nos yeux et ont chacun une histoire à nous raconter.
    

Round 3 : Le casting

Derrière cette galerie de personnages incroyables, il y évidemment un casting qui assure à tous les niveaux, Alison Brie (Ruth) en tête. J’ai une vraie obsession avec cette actrice que j’adore, et ça me fait vraiment plaisir de la voir dans un rôle un peu plus complexe. GLOW c’est aussi l’occasion de découvrir de sacrés charismes comme Betty Giplin (Debbie), Britney Young (Carmen), Gayle Rankin (Sheila), ou de vous laissez surprendre par une Kate Nash (Rhonda) méconnaissable ! Ces quatorze nanas sont un véritable concentré de talents mais surtout, d’hétéroclisme. Ce choix de casting nous montre qu’il n’y a pas qu’une féminité mais tout un éventail : petite, grande, ronde, mince, blanche, asiatique, jeune, vieille et tellement d’autres.

GLOW, série Netflix - casting

         
Round 4 : L’humour

Voilà le moment où je dois vous parler de l’humour de GLOW. C’est simple, cette série transpire l’humour. Qu’est-ce que j’ai pu rire quand Sam (le réa) explique le scénario de son prochain film Mothers and Lovers. Ou encore cette scène surréaliste avec le KKK. Oh oui et puis la fête Russe ! J’ai tellement d’exemple à vous donner. Mais je ne veux pas vous gâcher ce plaisir addictif.
Vous allez vous bidonner devant les préjugés du scénario. La cambodgienne est Fortune cookie, l’iranienne une terroriste, la mama black, La reine des allocs, la blonde à forte poitrine, Miss America… GLOW arrive à s’amuser de tous ces clichés sexistes et racistes pour mieux les briser. Sans oublier les dialogues sous acide. Cette série est incontestablement une pépite hallucinante d’humour.
       

Round 5 : L’ambiance

Sortez vos permanentes, vos justaucorps à paillettes et vos rollers parce que GLOW va vous faire vivre un retour dans le passé, directement dans les 80’s… Et pas n’importe où. Direction Los Angeles et Hollywood ! Tout y est : c’est dingue, c’est pop, c’est acidulé, c’est drôle, c’est fluo et ça vous donne envie de vous refaire Flashdance avec le maquillage de Ziggy Stardust, tout en faisant des Body slam sur du Irene Cara. Et comme dirait cette dernière : What a feeling !
Bref, autant d’authenticité, ça fait du bien et il est même conseillé d’en abuser.

 

Vous êtes encore là ? Je ne sais pas ce que vous fait encore sur ce site. Vous souhaitez vraiment que je termine de vous convaincre en vous faisant un Armbreaker suivi d’un Back Body Drop ? Malheureusement, mes vieilles articulations ne me le permettant pas, la seule solution pour vous de voir du catch féminin, c’est de FONCER REGARDER GLOW !

 

GLOW, série Netflix - Affiche


GLOW
Série créée par Liz Flahive et Carly Mensch
Diffusée sur Netflix – 1 saison de 10 épisodes (30 mn)
Avec : Alison Brie, Betty Gilpin, Sydelle Noel, Britney Young,
Marc Maron, Chris Lowell, Rebekka Johnson, Kate Nash, Ellen Wong… 

Ça devrait te plaire !

The Handmaid’s Tale / La servante écarlate - Bandeau

The Handmaid’s Tale : série intemporelle et glaçante

Lire La servante écarlate de Margaret Atwood a été un véritable choc. Ce livre m’a hanté jours et nuits et son adaptation ravive cette obsession : et si cela arrivait demain ?

Un p'tit mot doux

  1. Haa, heureusement que ton article passe sous mes yeux ! J’ai eu la notification Netflix mais leur image promo ne m’a pas du tout parlé. Je n’avais pas remarqué que c’était du catch ni reconnu ni Alison Brie (que j’adore aussi ^^)
    Bref merci, je vais me regarder ça au plus vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *