Home » Cinéma » Harmony Korine, who’s that boy ?

Harmony Korine, who’s that boy ?

Harmony Korine, retenez bien ce nom. Jusqu’ici inconnu du grand public, l’homme (non, non, ce n’est pas une femme), devrait faire exploser son exposition médiatique avec la sortie de son prochain film, Spring Breakers. Mais voilà, Harmony Korine est loin d’être le réalisateur d’un seul film. Son travail ayant bercé l’adolescence de Céline Online, il était normal pour elle de vous le présenter.

Rendons à César ce qui lui appartient

S’il te plait lecteur, souviens-toi que Spring Breakers, c’est avant tout Harmony Korine. Il y a fort à parier que le film va faire parler de lui car il permet à de jeunes actrices (Ashley Benson, Vanessa Hudgens et Selena Gomez) de décoller leur étiquette proprette de pouliche Disney. Le film risque donc, malgré sa probable interdiction aux moins de 16 ans, d’attirer une foule d’ados en chaleur qui ne cherchera qu’à voir leur idole du moment, ou mater un peu de boobs bien frais. Et ça, Céline Online ne peut pas le tolérer. Ce serait totalement réducteur du travail d’Harmony Korine !
Harmony Korine n’a pas une filmographie longue comme le bras de Céline Online, mais plus qu’un réalisateur, c’est un artiste aux multiples talents. L’homme réalise du court et du long métrage, des spots publicitaires, des clips vidéo, de temps en temps il passe devant la caméra, il écrit des scénarii (Kids et Ken Park de Larry Clark), des romans et s’illustre beaucoup dans la photographie.

Voyons de plus prêt quelque unes de ses réalisations cultes. Celles qui permettent d’affirmer que la griffe « Made in Korine » est une valeur cinématographique sûre.

Céline Online_ Harmony Korine_GummoGummo (1997)

Le premier long-métrage d’ Harmony Korine part d’une histoire très simple. Nous pouvons même dire qu’il n’y a pas réellement d’histoire. Non, pas besoin. Avec Gummo (film composé d’une série de sketches), nous suivons la vie d’un groupe de jeunes marginaux vivant dans le trou du cul du monde en Ohio. Ces derniers ne se sont jamais remis de la tornade qui, 20 ans auparavant, a dévasté leur ville de Xénia.
Harmony Korine nous montre une Amérique pauvre et bien loin de l’American way of life que nous avons l’habitude de voir dans les séries Tv. Ses habitants sont flippants, même carrément barjots. Mais là où le film est accrocheur, c’est qu’il ne fait aucun jugement. Gummo est juste une peinture de ces laissés pour compte. Paradoxalement, le film est crade dans son esthétique et son contenu mais reste pourtant beau, très beau, même poétique. Au premier visionnage, comme une envie de vomir. Puis le film reste dans notre esprit, nous le re visionnons mentalement, le repensons pour finalement mettre les pièces du puzzle dans le bon ordre. Si la liberté fait l’Homme, nous sommes alors tout sauf humain. Nous sommes des monstres, pas eux. Ce qui est beau serait-il moche et inversement ? Bref, beaucoup de réflexion sur notre société, avec au final, la naissance d’un nouveau regard sur cette dernière. Que retenir de Gummo ? Beaucoup de choses : c’est musical, beau, moche, poétique, hallucinogène, révoltant, intense, réaliste, dégueulasse, indépendant, trash, freak et culte. C’est du Harmony Korine ! Gummo est un premier film qui fait mouche et qui donne envie de revoir Harmony Korine très vite !

Céline Online_ Harmony Korine_Julien Donkey BoyJulien Donkey-Boy (2000)

Julien Donkey-Boy n’a plus de mère. Il vit avec un père dépressif, un frère obnubilé par son ambition sportive et une grand-mère renfermée sur elle-même. Pour couronner le tout, Julien Donkey-Boy est un garçon solitaire, atteint de schizophrénie. Seule lumière dans son existence : sa sœur, qui lui voue de l’intérêt et s’inquiète de son sort.
Avec son deuxième long-métrage, Harmony Korine confirme et signe ! Son style se dessine nettement. Un genre de poésie cinématographique mélangeant le beau et le moche afin d’éclater les normes de notre société.  Julien Donkey-Boy est tourné selon le Dogme95. Il met en avant la simplicité, le réel sans artifice. Il en ressort une œuvre brute et réaliste, très documentaire. (Wikipédia vous en dira plus sur le Dogme95.) Julien Donkey-Boy propose un très beau traitement d’une maladie évoluant en plein dans le chaos d’une famille américaine hors-norme.

Céline Online_ Harmony Korine_Mister LonelyMister Lonely (2007)

Un sosie de Michael Jackson vivant seul à Paris fait la rencontre du double de Marilyn Monroe dans un asile. Celle-ci lui propose de l’accompagner dans un petit village d’Ecosse où se tient un gala de sosies. La pop-star accepte. C’est parti pour un voyage remplit de rencontre improbables : Abraham Lincoln, la Reine d’Angleterre ou encore le petit chaperon rouge.
Ce genre de rassemblement de sosies existant vraiment, il y a encore avec Mister Lonely un très fort côté documentaire. Harmony Korine réalise un film sur la nature obsessionnelle des gens qui en imitent d’autres. Doit-on vraiment les prendre pour des monstres, des gens bizarres dénués de personnalité ? Qui se cache derrière ces costumes et ce maquillage ? Pourquoi vont-ils plus loin que le simple fan au point de se dire « je vais faire de ma vie sa vie et gagner de l’argent pour vivre de cette façon » ? Cependant avec Mister Lonely, Harmony Korine marque un tournant. Même si nous avons toujours notre dose de freaks, l’esthétique est beaucoup moins sale et tire plus vers le surréalisme. Nous nous retrouvons encore une fois en plein paradoxe : un film drôle et triste.

Céline Online_ Harmony Korine_Trash humpersTrash Humpers (2009)

Nashville, Tennessee. Des vieux tout moches maltraitent tout ce qui leur passe sous la main (surtout les poubelles), hurlent et tuent sans raison apparente après avoir récité des vers de poésie foireuse.
Nous pouvons le dire, ce film est véritablement de la merde ! Mais de la merde sur VHS (la qualité d’image est vraiment, vraiment vieillie) ! Trash Humpers est probablement le long-métrage le plus artistique d’Harmony Korine, mais pas forcément le plus dur à comprendre. Le message est clair : notre société est une belle bouse bonne  à jeter à la poubelle et ce film en est le reflet. Une jolie provocation pas forcément intéressante à regarder … Comme notre société ?

     
Céline Online_ Harmony Korine_Spring breakersSpring Breakers (2013)

Pour financer leur Spring Break, quatre filles aussi fauchées que sexy décident de braquer un fast food. Et ce n’est que le début… Lors d’une fête dans une chambre de motel, la soirée dérape et les filles sont embarquées par la police. En bikini et avec une gueule de bois d’enfer, elles se retrouvent devant le juge, mais contre toute attente, leur caution est payée par Alien, un malfrat local qui les prend sous son aile…
Dernier film en date, Spring Breakers sortira le 6 mars 2013 sur nos écrans. Dans quelle direction est allé Harmony Korine ? Il n’y a plus très longtemps à attendre avant de le savoir, et Céline Online se fera une joie de vous le chroniquer.

Harmony Korine, un réalisateur bien rare

Il serait bien trop rapide et réducteur d’associer Harmony Korine à Larry Clark ou encore Gus Van Sant ou Lars Von Trier. Oui, Harmony Korine est indéniablement un artiste de l’underground américain. Mais il est, quand nous prenons le temps de bien regarder et de bien lire son œuvre, un provocateur déprimant qui filme la déroute white trash comme personne. Sa différence vient du fait qu’il ne dénonce jamais (pas comme Moore). Non. Il narre, il montre, sans aucun engagement. Et c’est bien là que le bât blesse, car nous ne voyons qu’une Amérique violente sur le point de s’effondrer. Personne n’y trouve sa place. Un pays qui a perdu toute innocence et qui ne pourra jamais la retrouver car il est perdu dans le chaos de notre société …Une constatation qui est de nos jours plus que d’actualité.

Voilà, Céline Online vous a donné toutes les bases pour apprécier comme il se doit Spring Breakers. Faites en bon usage, en espérant que le film tiendra toutes les promesses de la filmographie d’ Harmony Korine.

 

–> Harmony Korine sur le Web <–

 

 

Ça devrait te plaire !

Happy Birthdead_Christopher Landon_bandeau (Céline Online)

Happy Birthdead : une sacrée dose d’horreur et d’humour

Happy Birthdead de Christopher Landon est un film complètement décomplexé qui nous fait passer un bon petit moment divertissant et 100 % série B assumé. Et ça, j'aime !!

9 p'tits mots doux

  1. Fichtre. En voici un article dense au cours duquel j’aurai découvert moult films dont je n’avais jamais entendu parler (pardonne mon ignorance). À te lire néanmoins, j’ai l’impression que Spring Breakers est en rupture avec ses films précédents… Qui vivra verra ?

    • C’est un peu un paradoxe : d’un côté c’est bien ça fera un peu plus connaitre Korine mais de l’autre ça risque de rabaisser son travail à quelque chose d’assez grand public. On verra les premiers retours spectateurs. Peut-être que ça permettra de belles éditions Dvd de ses films.

  2. Et bien moi je suis pressé de voir ce film ! Hâte d’être au 6 Mars. Harmony Korine nous emmène dans un monde avec des actrices qui valent le coup. Certaines personnes n’iront pas le voir à cause des préjugés sur les filles, hors ce n’est pas comme cela qu’on évalue un film pour ma part. Il faut l’avoir vu ! Les acteurs et actrices peuvent surprendre et puis si elles veulent faire d’autre chose, il faut bien allez faire d’autre film un jour ! Hors j’ai l’impression qu’on ne veut pas leur donner leur chance !

    Moi je vais allez le voir pour elles et pour Harmony Korine

    • Je suis bien d’accord avec toi ! Il ne faut pas coller trop vite une étiquette à ces actrices. Elles vont surprendre beaucoup de gens, c’est certain, et j’ai hate de voir cela !
      Ce qui est dommage (je pense), c’est que beaucoup de gens iront pour les actrices mais pas le réalisateur.

  3. Oui je pense aussi ! Moi personnellement j’y vais en priorité pour Vanessa Hudgens et Ashley Benson et puis les autres après mais j’avoue que j’ai lu certaines choses sur le réalisateurs et j’y vais aussi pour son travail.

    C’est aussi comme ça qu’on peut connaître un réalisateur. Je pense que certains seront surpris après je pense que des fans très jeunes peuvent être déçu car je pense que certains cinéma feront passé deux de 12 ans, certains le font. Il risque d’être déçu, c’est pas de leur âge. On verra bien ! Mais les étiquettes sont vraiment nul !

    :).

    En tout cas j’aime bien ta critique et c’est la première fois que je viens ici, je vais donc visiter le site ! 🙂

  4. Oh la chance ! Oui dis-moi :). Je ne pouvais pas y aller à cause d’un devoir, examen on va dire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *