Home » Cinéma » It Follows : n’oubliez pas de regarder derrière vous !

It Follows : n’oubliez pas de regarder derrière vous !

Je ne sais pas si c’est moi qui ai une imagination débordante ou si j’ai la psychose facile, mais marcher seule dans les rues désertes de ma ville francilienne est toujours une grande aventure. Un bruit, un courant d’air, une ombre puis cette sensation de présence. Il est très facile de se faire des films tant la peur d’être observée ou suivie est une sensation primaire, pour ne pas dire universelle.
Pour preuve, David Robert Mitchell, le réalisateur de It Follows est parti d’un cauchemar qu’il faisait régulièrement jeune, où il avait l’impression d’être suivi par une présence, pour le postulat de départ de son second film.

Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d’étranges visions et  l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper…

It Follows est intéressant pour un film catégorisé « Horreur » car il ne cherche pas à nous perdre avec des explications hasardeuse sur la genèse, le pourquoi ça arrive. Ne vous attendez donc pas à avoir de réponse sur ces questionnements. Par contre, préparez-vous à voir des heures de débat sur la double lecture de cette lente menace : réelle ou imaginaire ?

It Follows : l’horreur de la réalité

Avec It Follows, nous sommes rapidement happés dans un monde d’adolescents remplit de découvertes. Pas que sexuelles. Pour moi, il faut y voir la terreur du processus de croissance, c’est-à-dire, le passage à l’âge adulte. Ces jeunes coupés de tous repères sont en plein malaise face aux possibilités effrayantes que l’avenir, vers lequel ils marchent lentement, va leur offrir. C’est l’inconnu qui approche, doucement mais surement. Puis ils vont prendre les choses en mains, tentés de contrôler la situation en apprenant les règles.

Mais It Follows n’est pas que symbolique. L’horreur est là, bien présente, physique et visuelle. Ce mélange est d’ailleurs assez troublant.

It Follows de David Robert Mitchell avec Maika Monroe

David Robert Mitchell impose efficacement son climat de terreur réelle baignée d’onirisme. On y retrouve beaucoup de références comme Todd Hido, Carpenter ou Coppola fille. L’esthétique y est photographique, poétique et mélancolique… En un mot : magnifique. Les plans, comme son récit, sont lents et alternes panoramiques et effets de zoom pour nous perdre toujours un peu plus entre réalité horrifique et rêve. La sensation est renforcée par la musique oppressante de Disasterpeace. D’ailleurs, la psychose qui envahie les personnages est tellement forte que nous arrivons à rire de certaines situations. Les nerfs lâchent. Mais le répit est toujours de courte durée.
   

It Follows fou la frousse. Sans gore et sans artifice. Porté par un casting incroyable, il réussit le pari de mélanger film d’horreur et d’auteur. Unique. Une claque cinématographique.

It Follows de David Robert Mitchell avec Maika Monroe_L'affiche   
Titre original : It Follows

Sortie cinéma : 4 février 2015

Réalisé par : David Robert Mitchell

Durée : 1 h 40

Avec : Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto, Jake Weary, Olivia Luccardi, Lili Sepe

Plus d’information sur le Facebook officiel Fr du film

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

2 p'tits mots doux

  1. J’aimerai beaucoup le voir, mais je ne pense pas que j’irai au ciné, parce qu’à mon avis mon copain ne voudra pas m’accompagner et ce genre de films, je ne peux pas le voir seule, à la maison à la rigueur en pleine journée :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *