Home » Cinéma » [Critique cinéma] Killer Joe de William Friedkin

[Critique cinéma] Killer Joe de William Friedkin

Céline Online tenait absolument à vous parler d’un film. Il était une fois, un réalisateur de cinéma qui souhaitait faire un remake de Cendrillon. Quelques coups de baguette magique plus tard et William Friedkin nous présentait Killer Joe, un conte de fées tordu avec un prince à l’accent texan pas très charmant …

Killer Joe est un film au pitch simpliste. Chris (joué par Emile Hirsch), est un mec complètement paumé et criblé de dettes qui va marchander sa mignonne petite blondinette de sœur Dottie (Juno Temple) auprès d’un flic véreux/tueur à gages (Matthew McConaughey) pour éliminer sa mère et ainsi pouvoir toucher son assurance vie.

(Sachez, même si cela n’a pas été mis en avant pendant la promo du film, que l’histoire est quand même tirée d’un fait divers qui a eu lieu en Floride.)

Très franchement, je ne connaissais Friedkin que pour sa réalisation de L’exorciste (la version de 1973, pas celle avec Billy Crawford !). Sa filmographie est pourtant plutôt intéressante. Je vous laisse la découvrir par vous-même –> Ici <–

So WTF ?! Un conte de fées ? Céline Online aurait-elle perdue toute notion de la réalité ? Que nenni ! Comme son réalisateur l’a exprimé lors d’une multitude d’interviews, Killer Joe est je cite : « une version un peu tordue de l’histoire de Cendrillon. Dottie est une jeune fille négligée par ses parents, dont sa belle-mère et qui cherche le prince charmant. Elle le trouve mais c’est un tueur à gages. Un homme qui lui seul pourra l’aider à se libérer de cette famille« .
A la première lecture du film, l’allusion ne saute pas vraiment aux yeux mais avec le recul, je suis obligée de m’accorder à ce discours.

Killer Joe, un film d’une incroyable justesse

L’expression parfaite d’une vision réaliste de notre monde. Il n’y a pas de gentil ou de méchant, nous avons tous une part des deux. Ça ne sert à rien de le nier, ne soyons pas hypocrites, les Bisounours et autres Télétubbies n’existent pas ! Désolée de vous décevoir.
C’est l’histoire d’un piège qui va se refermer très fermement et violemment sur ses protagonistes. Tous se retrouvent piégés par leurs illusions et se prennent de plein fouet une déferlante de sensations, tout comme nous, simple spectateur. Un savant mélange de sexe, violence, trahison, frustration  et cruauté. Mais surtout, le film prend des risques (interdit au moins de 17 ans aux States) … Si seulement c’était plus souvent le cas au cinéma de nos jours. Moi je vous le dis, y’en a pas mal qui auraient des leçons à prendre avec papi Friedkin (oui oui 77 ans quand même).
Les scènes sont longues ce qui nous met incroyablement mal-à-l’aise, en particulier le huit-clos final dans le mobile-home. (Un conseil, n’allez pas voir ce film si vous ne voulez pas être traumatisés par le poulet ou KFC.)

En réalité, il est vraiment très dur de parler de ce Killer Joe. On reste plutôt sans voix à sa sortie et actuellement, je reste aussi sans mot pour vous en parler plus en détail. Que l’on aime ou pas, je pense que Killer Joe est un film à voir, il ouvre  le débat et c’est pour moi la principale qualité d’une pellicule.

En tout cas, il y a une chose incontestable dans ce film. Une prestation. Un rôle. Un acteur. Un homme : Matthew McConaughey. Il n’a peut-être pas le rôle principal, mais ses apparitions à l’écran nous obnubilent. On retient son souffle, on se tait et on regarde : jusqu’où sa prestation peut-elle aller ? McConaughey est un méchant comme on aimerait en croiser plus souvent : tellement crédible et flippant !

Celine Online _ Killer Joe_Matthew McConaugheyMatthew Mc Conaughey, un talent 100% texan !

En effet, l’acteur a suffisamment donné dans les rôles gnangnans de multiples comédies romantiques ou polars sans intérêt. Même si j’adore Tonnerre sous les tropiques de Ben Stiller, le grand tournant se fait en 2011. Regardez un peu le palmarès : mai 2011 La défense Lincoln (de Brad Furman), suivi en 2012 de Killer Joe, Magic Mike (de Soderbergh), Paperboy (de Lee Daniels) et enfin Mud (de Jeff Nichols). Il sera aussi à l’affiche du prochain Scorsese, The Wolf of Wall Street … Excusez du peu, mais McConaughey est entrain de devenir LE grand méchant à la mode !

L’acteur explique les raisons de ce tournant dans une interview accordée au magasine Trois couleurs : « Ma carrière était sur de bons rails, mais les scénarios que je recevais commençaient à se répéter. C’était toujours les mêmes histoires, avec les mêmes personnages, juste un nom différent sur la page de garde. Alors j’ai pris une année sabbatique en 2009, je me suis posé, j’ai réfléchi à ce que je voulais vraiment faire. Et je me suis dit que j’avais envie de jouer dans des films que j’irais voir en salles, de jouer des personnages plus ambigus, plus singuliers. Surtout, j’ai eu la chance de recevoir des propositions de la part de très bons réalisateurs, qui m’ont permis de prendre ce tournant ».

En tout cas, cela convient à Céline Online qui a hâte de pouvoir voir ses prochaines prestations sur grand écran, McConaughey ayant réussi sa métamorphose de prince charmant en grand méchant loup.

Et vous, avez-vous vu Killer Joe ? Qu’en avez-vous pensé ?

Celine Online _ Killer Joe_Affiche

      
     
    
Titre original
 : Killer Joe

Réalisation : William Friedkin
     
Sortie cinéma française : 05/09/2012
 
Durée : 1h42
  
Avec : Matthew McConaughey, Emile Hirsch, Juno Temple, Thomas Haden Church, Gina Gershon…

 

       

Ça devrait te plaire !

Happy Birthdead_Christopher Landon_bandeau (Céline Online)

Happy Birthdead : une sacrée dose d’horreur et d’humour

Happy Birthdead de Christopher Landon est un film complètement décomplexé qui nous fait passer un bon petit moment divertissant et 100 % série B assumé. Et ça, j'aime !!

2 p'tits mots doux

  1. Humm ça semble bizarre mais intéressant comme film … Pourquoi pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *