Home » Cinéma » La Belle et la Bête : Histoire éternelle

La Belle et la Bête : Histoire éternelle

Que je vous refasse la scène.
Mardi 14 février. Je rentre du taff, tard, car mon copain travaille du soir donc pas de soirée Saint-Valentin. Je suis claquée. Dégoûtée. J’aimerai déjà être vendredi soir. Je sens venir la soirée, seule, dans mon lit avec un livre. Et puis je jette un coup d’œil à mon téléphone quand un mail attire mon regard. Je le regarde deux, trois puis quatre fois pour ne pas me faire de fausse joie. OH-MON-DIEU je suis invitée à la projection de La Belle et la Bête qui a lieu quelques jours plus tard ! Je lâche tout et avant de foncer répondre « OUI » (on ne sait jamais, qu’en moins de 10 minutes, la projection soit complète) j’effectue une véritable danse de la joie, complètement ridicule et ponctuée de « Oh putain» et de petits cris hystériques. Oui clairement, ceux qui me suivent sur Twitter le savent : La Belle et la Bête est juste le film que j’attends le plus en ce début d’année 2017. Alors cette invitation, pour moi, c’est genre le Saint-Graal absolu !

Mais si vous êtes sur cet article, je pense que c’est plus pour lire des choses sur le film que sur ma vie sans intérêt. Alors revenons à nos moutons : La Belle et la Bête.
     

        
Je me suis longtemps posée la question : pourquoi vouloir refaire ce qui est déjà bien fait ? Pourquoi Disney a entreprit de ressortir en film ses plus grands classiques ? En fait, j’ai fait un mini boycotte. Je n’ai jamais voulu voir aucun des nouveaux films Disney (Le livre de la jungle, Cendrillon & co). Mais voilà, La Belle et la Bête fait partie, pour moi, du panthéon des dessins-animés. Celui que j’ai vu plusieurs fois au cinéma, que j’ai usé en VHS, que j’ai dévoré en livre et que je ne me lasse pas de regarder en DVD avec ma fille. C’est devenu une histoire de famille maintenant.

Alors oui, pour La Belle et la Bête, j’ai changé mon fusil d’épaule. Et sincèrement, j’étais loin de m’imaginer qu’il était possible de me faire encore plus rêver. C’est simple, ce film à toute la magie du dessin-animé mais avec plus de détails et de profondeur.

Vous êtes fans du dessin-animé ? Et bien préparez-vous à baigner dans la nostalgie. Ce film reprend tout ce qui aura pu vous marquer dans la version animée. Des scènes entières, et cela, plan par plan. J’en ai eu des frissons. Et puis, évidemment les chansons, ces classiques que nous connaissons tous par cœur. Rassurez-vous, elles y sont également, accompagnées de titres inédits, créés pour cette nouvelle version. L’ensemble, par moment, m’a donné l’impression de regarder une comédie musicale de plus de 2 heures. Mais avec Alan Menken derrière les partitions, vous vous imaginez bien que c’est un plaisir.

La Belle et la Bête_Disney_La bête (Dan Stevens) et Belle (Emma Watson)

         
Vous tiltez sur la durée ? Le dessin-animé faisait moins d’1 h 30. Alors qu’est-ce qui peut bien se passer de nouveau pendant presque 40 minutes ? Le film apporte énormément d’éléments supplémentaires. Les personnages sont beaucoup plus développés, aussi bien au niveau de leur histoire que de leur personnalité. Celui qui en a le plus bénéficié est Belle. Plus moderne et volontairement féministe, nous en apprenons plus sur sa jeunesse et donc sa mère. Tout comme la Bête : qui était-il avant cette fameuse tempête ? Avait-il une famille ? Même Gaston gagne en profondeur. D’ailleurs, si vous avez regardez la presse ces derniers jours, vous avez dû lire que Disney a fait de Le Fou, Le premier personnage ouvertement homosexuel du studio. C’est subtil. C’est un très beau moment. Donc BRAVO !

Gaston et Le Fou sont d’ailleurs les personnages que j’ai préféré retrouver, et ça, je le dois aux deux acteurs qui surpassent le reste du casting. Luke Evans et Josh Gad forment un binôme tellement drôle et délicieux. A contrario, j’ai trouvé Emma Watson assez transparente au niveau des émotions de son personnage (même si je le trouve sublime en Belle) et surtout, le gros fail final : Dan Stevens est juste une blague en prince… Mais ça, c’est la faute à Gaston !
Par contre, c’est un sans-faute pour tout le reste des acteurs secondaires (Ewan McGregor, Ian McKellen, Emma Thompson, Stanley Tucci et Audra McDonald) qui offrent des performances vocales incroyables (et certains un accent français à leur personnage) ainsi que Kevin Kline parfait en papa Maurice.

La Belle et la Bête_Disney_Gaston (Luke Evans) et Le Fou (Josh Gad)

 

Bref, rajoutez à tout cela une image magnifique, des décors à couper le souffle, des robes magiques et vous obtiendrez une version magnifiée de La Belle et la Bête. Le film fait vraiment honneur au dessin-animé. J’ai vécu un rêve éveillé et maintenant, je n’ai plus qu’une envie, le voir au cinéma avec ma fille ! (Et accessoirement en français pour enfin pouvoir chanter les chansons. Grosse frustration de la version originale ^^)

 

La Belle et la Bête_Disney_affiche

 

 La Belle et la Bête
Réalisé par : Bill Condon
Sortie le 22 mars 2017
Durée : 2 h 10
Avec : Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans, Kevin Kline,
Josh Gad, Ewan McGregor, Stanley Tucci, Audra McDonald…

Page Facebook française de La Belle et la Bête

 

Ça devrait te plaire !

Happy Birthdead_Christopher Landon_bandeau (Céline Online)

Happy Birthdead : une sacrée dose d’horreur et d’humour

Happy Birthdead de Christopher Landon est un film complètement décomplexé qui nous fait passer un bon petit moment divertissant et 100 % série B assumé. Et ça, j'aime !!

3 p'tits mots doux

  1. L’attente est si looooongue, mais mon dieu, que j’ai hâte !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *