Home » Cinéma » [Critique cinéma] Le Labyrinthe de Wes Ball

[Critique cinéma] Le Labyrinthe de Wes Ball

Non, Le Labyrinthe n’est pas un remake du film psychédélique avec David Bowie, mais l’adaptation du premier tome de la série de best-sellers de James Dashner, L’Épreuve. Rien de surprenant donc à ce que Céline Online parte explorer ce mystérieux dédale et vous en cause quelques mots.

Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D.
En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

Céline Online ne s’attendait pas à autant apprécier ce film de Wes Ball… elle ne s’attendait pas à grand-chose d’ailleurs. Un énième film tiré d’une saga pour jeunes adultes, tout au plus. Impossible de tous les lister tellement ce genre de film nous envahi : Hunger Games, Divergent… et donc, le petit dernier en date : Le Labyrinthe.

Bien, c’est ce qu’on appelle se prendre une claque. Une bonne dérouillée même.
La grande force du film est de traiter le scénario avec sérieux. Voyez-y la rencontre du roman Sa Majesté des mouches de William Golding avec la série Lost.

Vous allez découvrir les blocards, ces garçons qui composent une sorte de nouvelle société primaire, très rudimentaire. Déconnecté de toute technologie, chacun à son rôle, sa place et tout se passe très bien dans le presque meilleur des mondes. Voyez-y une réflexion sur notre société hypra connectée, où règne l’e-esclavage et la règle du métro-boulot-dodo. Puis Thomas débarque de nulle part. Il pourrait rester dans ce confort mais sa curiosité va être bien plus forte. Affronter le labyrinthe va créer deux camps et une interrogation : la recherche de la connaissance et de l’évolution est-elle une menace à la survie de la société ?

THE MAZE RUNNER

Tout comme Thomas, dès le début du film, nous sommes balancés en totale immersion dans le labyrinthe. Nous n’avons aucune idée de ce qui va bien pouvoir se passer mais le rythme fou de l’histoire ne nous laisse pas une seconde de répit pour vraiment y réfléchir. Autre chose à laquelle il ne faudra pas trop offrir de votre temps et de vos sentiments, ce sont les personnages. Leur avenir est incertain, tous, et la violence du labyrinthe peut n’en épargner aucun. Il y a de grosses bêbêtes bien méchantes, crado et sans pitié qui viennent faire le ménage sans concession.
Autant vous dire qu’avec toutes ses surprises et ses rebondissements, nous apprécions encore plus les courts moments d’humour du Labyrinthe. Et nos nerfs nous disent merci !

Pourquoi Le Labyrinthe n’est pas un Teen-movie comme les autres ?

Parce que nous y croyons vraiment. En plus de l’ambiance oppressante et de la réalisation quasi sans défaut de Wes Ball, le casting masculin apporte encore plus de crédibilité à l’intrigue (désolée pour Kaya Scodelario qui ressemble à un mini double de kristen-stewart-zéro-émotion).  En incarnant Thomas, Dylan O’Brien (Teen Wolf) se voit offrir un rôle sur mesure. Nous retrouvons également avec plaisir Thomas Brodie-Sangster (le garçon trop mimi dans Love Actually, qui a bien grandi puisque c’est aussi Jojen Reed dans Game of Thrones), Will Poulter (Les Miller, une famille en herbe) et Ki Hong Lee.

celine-online_labyrinthe_dylan-o-brie_thomas celine-online_labyrinthe_ki_hong-lee_minho celine-online_labyrinthe_thomas-brodie-sangster_newt celine-online_labyrinthe_will-poulter_gally

          

       

   

Mais aussi parce que les décors sont incroyables ! Tout, y compris le labyrinthe a été érigé en décors naturels et prolongé avec un coup de baguette magique post-production. Un réalisme visuel qui offre une crédibilité encore plus poussée à l’histoire. Cette zone dévastée entre béton et nature qui reprend ses droits, impose une esthétique aussi apocalyptique que magnifique.
 

Le Labyrinthe tisse sa toile et nous attire dans son captivant mystère. Et à la fin, alors que nous croyons avoir trouvé sa sortie, nous nous rendons compte ce n’était que l’entrée.
La suite arrive… mais pas tout de suite.

celine-online_labyrinthe_affiche

Titre original : The Maze Runner

Sortie cinéma : 14/10/2014

Réalisé par : Wes Ball

Durée : 1 h 54

Avec: Dylan O’Brien, Aml Ameen, Will Poulter, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Ki Hong Lee…

Plus d’informations sur la page Facebook officielle 

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

11 p'tits mots doux

  1. J’avais déjà envie de le voir mais là j’ai encore plus envie ! 🙂

  2. Entièrement d’accord avec ton avis.
    Thomas est un personnage intéressant, Alby également et petit coup de coeur pour Minho.
    Comme tu dis, la demoiselle ne sert à rien et est un double de Stewart, dommage!
    Hâte de voir le prochain, le final m’a laissé sur le c…

  3. Je ne suis pas totalement d’accord… Certes, Thérèsa est une réplique question morphologie de Kristen Stewart, mais elle a son importance… On ne s’en rend peut-être pas assez compte à l’écran, mais elle est un personnage clé du livre. 🙂 Sinon, je suis complètement d’accord avec le reste… 🙂 Un gros gros coup de cœur également pour Minho et sa personnalité, mais également pour Thomas, Chuck et Albi… Un Hunger Games certes, mais en infiniment mieux! 😀

  4. géniale j’ai vue le film top !!! minho classe , je vais acheter le livre ! Il a détroner mon film préfèré DIVERGENTE

  5. Après j’ai pas trouver la sorti du cinoche ^^

  6. Trop d’accord avec vous…moi j’adore newt Thomas minho …quekq’un connait l’adresse de wes ball svp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *