Home » Télévision » Love, il était une fois des opposés qui s’attiraient

Love, il était une fois des opposés qui s’attiraient

Love, c’est le dernier bébé de Judd Apatow, le grand maître de la comédie américaine. Grande fan de Freaks and Geeks, j’étais très curieuse de découvrir sa nouvelle série. En plus, bonne nouvelle, elle est diffusée sur Netflix donc les 10 épisodes de la saison 1 nous sont livrés d’un coup, c’est-à-dire depuis le 19 février 2016.
  

Love suit Gus (Paul Rust) et Mickey (Gillian Jacobs) tandis que leur relation naissante les expose à l’euphorie et aux vicissitudes propres à l’intimité, à l’engagement et autres tracas qu’ils cherchaient à fuir. Après des déboires sentimentaux, Gus et Mickey tentent de ramasser les miettes de leurs égos et de leurs cœurs brisés lorsqu’une rencontre fortuite les pousse l’un vers l’autre.

Avec des épisodes de 30 minutes, voir toute la saison 1 de Love est comme une balade. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le quotidien de ces deux paumés. Elle ; canon, un peu folle et complètement shootée. Lui : Passe partout, geek et trop gentil. Autant dire, deux opposés de toute beauté qui vont se rencontrer de façon complètement absurde mais tellement drôle. Je vous le dis, dans cette série, tout est une question d’opposés et de contradictions.

Love, la série de Judd Apatow sur Netflix avec Gillian Jacobs et Paul Rust

Love, c’est une série anti comédie romantique. Il suffit de voir le premier épisode et cette scène où Gus va balancer ses DVD pour s’en convaincre. Entre un jeté de Pretty Wowan et un de Fashion Victime, deux classiques de la romance, il dira : « Tous ces films ne sont qu’un tissu de mensonges ». Et c’est vrai. Que ça fait du bien de voir enfin un programme qui nous dit la vérité. Quand vous rencontrez quelqu’un, coup de foudre ou pas, vous n’aurez jamais les violons et les ralentis avec ventilateurs. L’amour s’est compliqué. C’est violent. Et c’est ce qui le rend intéressant. Voilà, c’est ça la réalité. Désolée mais les contes de fée et le prince charmant n’existent pas. Tout ça, ça donne à Love un petit côté film indé. D’ailleurs, Judd Apatow parle de Love comme d’une série sur « ce qui empêche les gens de se connecter entre eux ».

J’aime beaucoup le casting, Gillian Jacobs (Community) et Paul Rust (Parks and Recreation) sont parfaits. Ils incarnent leurs personnages et dégagent beaucoup d’alchimie. Un duo que j’aime beaucoup d’amour. Petit focus aussi sur deux personnages secondaires qui se démarquent et limite, mériteraient leur propre série : Bertie (excellente Claudia O’Doherty), la colocataire australienne complètement barrée et Arya (Iris Apatow), la jeune star que coache Gus sur le tournage d’un Charmed pour gamins.

Love, la série de Judd Apatow sur Netflix avec Claudia O'Doherty Love, la série de Judd Apatow sur Netflix avec Iris Apatow

       

           

       
Cette série, dopée au soleil californien et à la bande son qui décoiffe, est un plaisir coupable 100 % adulescent. En plus d’être drôle (c’est bourré de très bonnes répliques), Love est aussi cynique. Le fait de faire travailler Gus dans le milieu d’une série Tv, tout en sachant que la gamine est jouée par Iris Apatow, qui n’est autre que la fille de papa Apatow et de Leslie Mann, ça créé une dimension parallèle à la série comme une deuxième lecture très intéressante.


Love,
c’est tout simplement une histoire ordinaire qui pourrait nous faire chier mais qui par sa vision sans censure nous accroche et nous fait pétiller comme au premier rendez-vous.
   

Love, la série de Judd Apatow sur Netflix avec Gillian Jacobs et Paul Rust _ Affiche

    

Love

Créée par : Paul Rust, Lesley Arfin et Judd Apatow

Avec : Paul Rust, Gillian Jacobs, Claudia O’Doherty, Iris Apatow, Charlyne Yi, Brett Gelman…

Tous les épisodes de la saison 1 sont disponibles sur Netflix depuis le 19 février 2016. Une saison 2 est d’ores et déjà commandée.

Ça devrait te plaire !

The Handmaid’s Tale / La servante écarlate - Bandeau

The Handmaid’s Tale : série intemporelle et glaçante

Lire La servante écarlate de Margaret Atwood a été un véritable choc. Ce livre m’a hanté jours et nuits et son adaptation ravive cette obsession : et si cela arrivait demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *