Home » Cinéma » Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton : un rêve éveillé

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton : un rêve éveillé

S’il y a bien une adaptation cinématographique que j’attendais, c’est bien celle de Miss Peregrine et les enfants particuliers. Cela doit bien faire une bonne année que je vous en parle. C’est simple, je vous bassinais déjà avec avant que le film ne soit annoncé. Le livre de Ransom Riggs avait été un énorme coup de cœur et pour moi, il n’y avait que le seul et l’unique Tim Burton pour réussir à transposer ce récit Young Adult sur grand écran. Alors je vous laisse imaginer à quel point l’attente a été (trop) longue et l’excitation à son comble quand la salle de cinéma fut plongée dans le noir pour laisser apparaître les premières images de Miss Peregrine. Agrippée à mon fauteuil, le souffle retenu, j’allais enfin pouvoir découvrir le dernier bijou de Monsieur Tim Burton.
       

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

          
Tiens d’ailleurs, pourquoi Tim Burton ? Tout simplement parce que je pense qu’il est le seul réalisateur, le seul esprit créatif à pouvoir retranscrire l’univers magique et si visuel que Ransom Riggs a réussi à créer avec ses trois livres (Miss Peregrine et les enfants particuliers est le premier tome de sa saga. Viennent ensuite Hollow City et La bibliothèque des âmes). Un monde fantastique et fascinant, un peu effrayant mais en même temps, tellement poétique. La définition même du style de Tim Burton.

Et bien j’ai été comblée et cela à bien des niveaux. C’est assez émouvant de voir en images le récit d’une aventure qui m’a tant fait voyager et rêver. Et pour cette réussite, j’ai envie de dire : merci monsieur Burton. J’ai encore des étoiles plein les yeux, juste en repensant à la scène de la confrontation des deux poupées d’Enoch (sa particularité étant de donner la vie de façon temporaire). Une bagarre qui a été réalisée en stop-motion, un procédé typique des films que j’aime de Tim Burton (par exemple, dans L’étrange Noël de M. Jack).

Il y a autre chose d’évident avec Miss Peregrine : Eva Green pour interpréter Miss Peregrine. Telle une princesse gothique, elle a ce côté énigmatique, froid mais tellement attirant. Je pense que n’importe qui regardant la série d’épouvante Penny Dreadfull aura compris de quel charisme je parle. Je suis juste folle amoureuse d’elle.

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton (adaptation des livres de Ransom Riggs) - Eva Green

         
Mais ne vous attendez pas à trouver un long métrage horrifique. Il ne faut pas oublier que la matière première de ce film, les livres de Ransom Riggs, sont destinés à un public adolescent / jeunes adultes. Miss Peregrine et les enfants particuliers pourra donc décevoir pas mal de monde qui attendait peut-être quelque chose de plus sombre venant de la part de Burton. Ce dernier déploie son art tout en délicatesse pour traiter de son sujet fétiche : la différence.

Chaque enfant vivant avec Miss Peregrine possède un « don » : force, feu, invisibilité, clairvoyance… mais aussi des capacités plus étranges comme une bouge à l’arrière du crâne et un enfant roi des abeilles. Ils sont certes différents mais ce ne sont pas des monstres pour autant. Ici pas de freak-show.

C’est donc là le sujet principal de Miss Peregrine et les enfants particuliers : savoir accepter ce que chacun d’entre nous peut avoir d’original et de particulier. En un mot : d’être différent. Je trouve qu’à une époque où tout le monde veut ressembler à tout le monde, être unique est quelque chose de génial. Je dirais même que c’est essentiel pour survivre. Surtout que nous cherchons tous notre place, particulièrement en plein passage à l’âge adulte.
Le film fait aussi le parallèle avec les enfants juifs et le nazisme mais comparé au livre, le sujet est malheureusement sous-traité.

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton (adaptation des livres de Ransom Riggs) - Le casting des enfants particuliers

     
Alors oui je ne devrais pas mais je suis obligée de faire la comparaison livre/film car il y a eu pas mal de modifications effectuées. Certains personnages échangent leurs particularités, le méchant est remodelé (un point sur lequel j’ai eu beaucoup de mal. Samuel L. Jackson est insupportable à force de surjouer). Vous allez me dire, rien de bien terrible. C’est le lot de toute adaptation. Cependant, j’ai été gênée par un grand changement au niveau de l’intrigue. Miss Peregrine et les enfants particuliers ne se contente pas seulement d’adapter le premier tome. Il va aussi piocher dans le 2e et dernier livre. Un choix justifié par Tim Burton lui-même qui a annoncé que le film serait unique et donc sans suite. Le 1er tome ayant une fin ouverte, les scénaristes ont du traficoter pour donner au film une conclusion ferme. Une très bonne fin de surcroît mais il n’empêche que cela supprime énormément d’élément importants et magnifiques imaginés par Ransom Riggs… et cela révèle tout simplement l’histoire aux gens qui n’auraient pas encore lu toute la saga.

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton (adaptation des livres de Ransom Riggs) - Asa Butterfield et Ella Purnell

         
Les avis divergeront, je n’en doute pas. Ransom Riggs lui-même a déclaré qu’assister au tournage de Miss Peregrine, « C’était comme marcher sur des pages de mon livre ». J’ai moi-même ressenti cette impression, particulièrement avec la maison des particuliers. La demeure est parfaite. Même mon imagination n’aurait pu rêver mieux. Rajoutons à cela le reste des décors, les costumes, le casting, les monstres, les effets spéciaux… Tout est maîtrisé pour réussir à ancrer le fantastique dans le réel. Mon imagination dans mon réel.

Miss Peregrine et les enfants particuliers est un conte familial qui vous embarquera dans une aventure pleine de magie. Un film qui a su me faire rêver même si malheureusement, il me laisse un très léger arrière-goût de déception.

        

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton (adaptation des livres de Ransom Riggs) - Affiche du film         
Titre original : Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children

Réalisateur : Tim Burton

Date de sortie : 5 octobre 2016

Durée : 2 h 07

Avec : Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson, Judi Dench, Rupert Everett, Allison Janney, Ella Purnell…

Page Facebook de Miss Peregrine et les enfants particuliers

   

A lire aussi sur Céline Online

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

4 p'tits mots doux

  1. J’ai bien envie de le voir!!

  2. J’ai justement publié ma critique aujourd’hui et je suis plutôt d’accord avec toi ! Quelle merveille ce film et mon Dieu Eva Green ! Par contre comme toi j’ai eu du mal avec l’humour de Samuel Lee Jackson même si je le trouve quand même plutôt effrayant !
    Et je suis contente que Tim Burton n’en fasse qu’un film à la place de quatre, par exemple, comme le font beaucoup de trilogie aujourd’hui… (même si les enfants particuliers vont me manquer, qu’est-ce qu’ils sont attachants !)

  3. J’ai l’intention de le voir car cet univers m’intrigue et surtout Eva Green ! Cette femme est magnifique!

    Par contre je n’ai pas lu les livres , je ne savais pas qu’il avait pioché dans les 3 tomes, et que le film serait unique ; j’espère que ça ne me gâchera pas ma lecture de la saga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *