Home » Cinéma » [Critique cinéma] Mister Babadook de Jennifer Kent

[Critique cinéma] Mister Babadook de Jennifer Kent

Mister Babadook, un film d’horreur ? Pfff, même pas peur ! Céline Online approche à petits pas de la trentaine et a bien passé l’âge de sursauter dans les salles obscures ou de vérifier les monstres sous son lit… Du moins, c’est ce qu’elle croyait.

Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu’elle n’arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé Mister Babadook se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le Babadook est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations…

     

Une chanson douce que me chantait ma maman…

Mister Babadook est la preuve filmique qu’il existe différents types de peur. Le film de Jennifer Kent joue plus sur l’émotion et le ressenti que sur de véritables scènes de Scare jumping. Evidemment, en fonction de votre sensibilité, vous serez plus ou moins réceptif à l’horreur que la réalisatrice australienne vous propose. Autant vous dire que pour Céline Online, cela a plutôt bien fonctionné, sa Polly Pocket l’aidant grandement à se transposer en Amélia, cette mère qui cherche comment aimer son enfant. Mais c’est finalement là où le bât blesse. Mister Babadook est plus thriller psychologique que film d’horreur. L’aspect horrifique est seulement apporté par la psychologie des personnages… ce qui pourra en dérouter plus d’un devant ce film.

Céline Online_Mister Babadook de Jennifer Kent - Noah Wiseman est Samuel Céline Online_Mister Babadook de Jennifer Kent - Essie Davis est Amelia

La relation mère/fils, quasi inexistante au début du film, va petit à petit se forger grâce à Babadook et l’exutoire qu’il leur offre. Qui est ce monstre ? Que veut-il ? Si un semblant de puzzle semble se dessiner nous avons à la fin la sensation d’avoir perdu quelques pièces en route. L’explication de Mister Babadook est beaucoup trop subjective et en tombe presque dans le ridicule. Nous attendons beaucoup pour ne finalement rien voir arriver. Étouffé par leurs introspections respectives, le climax ne peut exploser.

Pourtant, Mister Babadook a tout ce qu’il faut pour fonctionner. L’esthétique est maîtrisée et rend un bel hommage à l’expressionnisme Allemand. Babadook fait incontestablement penser à cette ombre menaçante dans M le maudit et Nosferatu. L’atmosphère est angoissante : nous étouffons dans ce huit clos où règne en permanence la confrontation. Bravo au travail réalisé par Alex Holmes (chef décorateur), Radek Ladczuk (chef opérateur) et surtout à Alexander Juhasz, l’illustrateur du livre de Babadook à l’univers graphique très malsain mais au combien plaisant. Le duo d’acteurs fonctionne et est convaincant. Que demander de plus ?

Céline Online_Mister Babadook de Jennifer Kent - Essie Davis et Noah Wiseman

Céline Online se retrouve donc le cul entre deux chaises. Les ¾ du film sont top, rien à redire. Mais cette fin…Quel vide ! Jennifer Kent ne semble pas bien savoir où elle veut nous amener. Cette histoire d’amour naissante refoulée nous captive mais la psychanalyse persistante de cette famille nous perd dans notre recherche de quelques bon vieux frissons. S’il y a de la frustration elle est cependant très vite oubliée par la pressente envie de découvrir le prochain film de Kent, qui avec Mister Babadook provoque déjà une sorte de fascination inexplicable auprès de son public.

Un mot, un regard ne suffira pas. Le Babadook, tu ne chasseras pas.

     Céline Online_Mister Babadook de Jennifer Kent, l'affiche
Titre original
 : The Babadook

Sortie cinéma : 30 juillet 2014

Réalisé par : Jennifer Kent

Durée : 1 h 34

Avec: Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall, Hayley McElhinney, Barbara West, Ben Winspear

En savoir plus sur la page Facebook Fr de Mister Babadook et sur le site du film

Ça devrait te plaire !

Happy Birthdead_Christopher Landon_bandeau (Céline Online)

Happy Birthdead : une sacrée dose d’horreur et d’humour

Happy Birthdead de Christopher Landon est un film complètement décomplexé qui nous fait passer un bon petit moment divertissant et 100 % série B assumé. Et ça, j'aime !!

2 p'tits mots doux

  1. J’ai seulement vu la bande annonce, et à elle toute seule, elle m’a fait peur, bon je suis plutôt du genre trouillarde devant ce genre de film, et j’aimerai beaucoup le voir, je n’ai pas lu la totalité de ton article, parce que je veux pas trop en apprendre, même s’il n’y a peut être pas de spoiler.

    • Tu as raison, même s’il n’y pas pas de spoiler ça te donne la tonalité et la direction du film. Mieux vaut ne rien lire avant de voir un film de toute façon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *