Home » Lecture » Paranoïa, le premier roman de Mélissa Bellevigne

Paranoïa, le premier roman de Mélissa Bellevigne

Ma lecture de Paranoïa de Mélissa Bellevigne fut très étrange. Elle se déroula en deux temps me faisant passer par deux ressentis complètement différents. Dès l’annonce de ce livre, je n’avais qu’une envie : apprécier Paranoïa comme j’apprécie lire Mélissa sur son blog Golden Wendy. Evidemment, je savais très bien que son roman n’avait rien à voir avec son activité sur le web. Et pour tout vous dire, tant mieux. Je n’avais aucune envie de lire un énième roman de blogueuse/youtubeuse nous parlant de son petit monde d’influenceuse. Ce concept, j’en suis proche de l’overdose. Alors je le redis (enfin réécris), Paranoïa est un roman, une fiction, pensée par Mélissa depuis plus de 7 ans et cette dernière, n’a absolument aucun lien avec le blogging.
      

Paranoïa de Mélissa Bellevigne (Golden Wendy)_un livre publié chez Hachette Black Moon_ la cléLisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.
Paranoïa de Mélissa Bellevigne (Golden Wendy)_un livre publié chez Hachette Black Moon_ la clé

       
J’avais donc une vraie appréhension en commençant Paranoïa. C’est bizarre, c’est comme si je lisais le livre d’une copine. La force, la magie du web est vraiment impressionnante dans la création de lien. Il suffit d’un clic de souris pour vous donner l’impression de connaître quelqu’un. Et Melissa Bellevigne, depuis que je la lis sur son blog Golden Wendy, et bien, j’ai un peu cette sensation de proximité à sens unique.

Paranoïa de Mélissa Bellevigne (Golden Wendy)_un livre publié chez Hachette Black Moon
                                     Mélissa Bellevigne aka Golden Wendy

         
Je vais commencer avec ce qui m’a le plus gêné. En refermant Paranoïa, j’ai ressenti une vraie déception. Absolument pas dans la qualité du texte mais plus dans ma vision personnelle, dans mes attentes face à ce livre. Aidée du résumé et de la baseline, je me suis fait une certaine idée de Paranoïa. J’imaginais une histoire très centrée sur la maternité avec un gros penchant psychologique, racontée du point de vue de Lisa, psychiatre et pour moi, personnage principale.
Mais j’ai eu tout faux. Même pas la moyenne. Non. Il n’y avait rien à garder de cette vision non prémonitoire. Alors automatiquement, en tournant les pages, plus l’histoire de Paranoïa s’éloignait de ma réalité, plus ma déception grandissait.

Je n’ai pas compris tout de suite le traitement du personnage de Lisa. Pourquoi le mettre en second plan ? Au résultat, nous avons un personnage à la limite de l’inutile, facilement remplaçable. J’ai trouvé que son apport à l’intrigue restait minime. Elle est là pour écouter. Une plante verte avec Bac + 8. Pourtant il y a une volonté de nous faire rentrer dans son intimité mais ces passages n’ont pas réussi à trouver leur place dans ce récit. Paranoïa, ce n’est pas l’histoire de Lisa. Malgré les aspects intéressants de ce personnage, je n’ai pas eu le temps de m’attacher à elle. Alors j’ai préféré voir en Lisa un double du lecteur : tout deux écoutent et doivent faire un choix.

Vous l’aurez donc compris, Lisa n’est pas le sujet du livre. Le vrai et l’unique sujet de Paranoïa est l’histoire de Judy, cette jeune femme internée pour cause de paranoïa et d’hallucinations. Nous apprenons à la connaitre à travers ses séances de travail avec Lisa. Pourquoi est-elle internée ? Quelle est son histoire ? Qui est le père de son enfant ? Et qui est ce fameux ami « imaginaire » Alwyn ? Il y a beaucoup de mystère autour de cette patiente. Normal donc, comme Lisa, que nous soyons intrigués. Petit à petit, Judy va se livrer, s’ouvrir à nous, passant de son enfance à sa récente quête sur ses racines familiales en Angleterre. Une histoire qui n’aura de cesse de fusionner avec celle d’Alwyn, son gardien.
     

Vous savez quoi ? Pour moi, le plus gros défaut du livre n’en est pas vraiment un. Je crois être juste victime de frustration aiguë. Paranoïa n’est pas assez développée. J’en voulais tellement plus. Il y a certains aspects qui méritaient un traitement plus approfondi. Dieu sait que j’aurai aimé que cette partie dans le Londres de 1899 soit plus développée. Je rêverai de lire des dizaines et des dizaines de pages empreint de cette époque. (Cela me donne une idée : une suite Spin-off centrée sur Alwyn… LE RÊVE !! Mélissa, si tu passes par-là ^.^).

J’en viens donc sur les belles qualités de Paranoïa. L’univers créé par Mélissa Bellevigne est très intéressant et captivant. L’imagination est maître est j’ai adoré cet aspect. J’espère que vous n’êtes pas trop terre-à-terre car il va falloir ouvrir votre esprit. Paranoïa est un livre fantastique doublé d’un aspect très surprenant : de la romance. C’est pour moi son plus gros point fort. L’histoire entre Judy et Elwyn est magnifique. Le lien qui les unit est très fort et Mélissa Bellevigne a trouvé les mots parfait pour nous décrire cette relation unique. Vraiment, à un moment, mon petit cœur s’est brisé en mille morceaux.
        

Il y a toujours un peu de folie dans l’amour, mais il y a toujours un peu de raison dans la folie.
Friedrich Nietzsche

         
Même si je reste assez mitigée, j’ai aimé découvrir et m’immerger dans l’univers du premier roman de Mélissa Bellevigne. La blogueuse vient officiellement d’entrer dans la cours des jeunes auteurs. Même si certains aspects auraient mérité un traitement plus approfondi, la jolie plume de l’auteur m’a permis de passer un moment très agréable. Paranoïa j’en suis sûre, ne laissera personne indifférent et chacun pourra avoir sa lecture de cette histoire. Réalité ou imagination, à vous de trouver la clé qui vous permettra d’ouvrir la porte de votre vérité.
       

Paranoïa de Mélissa Bellevigne (Golden Wendy)_un livre publié chez Hachette Black Moon

 

Paranoïa
de Melissa Bellevigne
320 pages – 17 €
Sortie : 30 mars 2015 – Hachette Black Moon

******

Site de Melissa Bellevigne (GoldenWendy)

******
Site / Facebook / Twitter des éditions Hachette Black Moon

Ça devrait te plaire !

Une histoire des abeilles de Maja Lunde, chez les éditions Presses de la cité

Une histoire des abeilles de Maja Lunde : bouleversant !

Une histoire des abeilles imagine, à travers le destin de 3 familles et des relations parents/enfants qui les forgent, la catastrophe qui nous attend si les insectes disparaissaient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *