Home » Cinéma » Le Paris International Fantastic Film Festival (PIFFF) se dévoile

Le Paris International Fantastic Film Festival (PIFFF) se dévoile

La programmation de la deuxième édition du Paris International Fantastic Film Festival (le PIFFF pour les intimes) vient d’être dévoilée. Enfin !!  Alors, faut-il oui ou non prendre rendez-vous du 16 au 25 novembre au cinéma Gaumont Opéra Capucines ? Céline Online vous détaille un programme qui s’annonce au combien réjouissant.

Pour Céline Online, le Paris International Fantastic Film Festival c’est un peu l’alternative idéale au Festival de Gérardmer. Souvenez-vous de mes fameuses aventures cinématographiques au pays du froid relatées dans un ancien post.
En gros le PIFFF, c’est des transports en commun, un climat normal et du cinéma fantastique : que demander de plus ?!

La programmation 2012 du PIFFF : un grand cru !

Pour nous mettre l’eau à la bouche, le Paris International Fantastic Film Festival nous a préparé une petite bande-annonce.

Cette année vous pourrez trouver au PIFFF des raretés, des avant-premières, une nuit spéciale dédiée au grand Clive Barke, des séances rétrospectives, des rencontres, des dédicaces, des débats et toujours la compétition longs et courts-métrage.

La compétition longs-métrage est plutôt une bonne surprise avec beaucoup de découvertes qui proviennent des quatre coins du monde.

  • Citadel de Ciaran Foy
  • Crave de Charles de Lauzirika
  • Doomsday Book de Kim Jee-Woon et Yim Pil-Sung
  • Here comes the devil d’Adrián García Bogliano
  • In their skin de Jeremy Power Regimbal
  • Modus anomali de Joko Anwar
  • Stitches de Conor McMahon
  • The body d’Oriol Paulo
  • The Butterfly Room de Jonathan Zarantonello
  • The cleaner d’Adrian Saba

(Plus d’information sur le site officiel du Paris International Fantastic Film Festival)

A côté, vous pourrez voir dix films hors compétition, dont la petite pépite ABC’s of Death qui revisite l’horreur sous la forme d’un abécédaire: 26 lettres pour 26 réalisateurs et 26 façons de mourir. Vous y retrouverez également le plutôt Bling-bling Silent Hill Revelation ou le survival féministe ultra violent The seasoning house de Paul Hyett (rape and revenge forever !).
Céline Online_Paris International Fantastic Film Festival_Films

Pour sa programmation La séance interdite, le festival nous propose le très attendu (en tout cas pour Céline Online) V/H/S de Ti West, Adam Wingard et beaucoup d’autres. Les zigotos surfent sur la mode du found footage en le mixant aux sketchs. Le film fait le buzz, ou plutôt les films, puisqu’il s’agit en réalité de cinq scénarii différents. C’est un peu la curiosité du festival qu’il ne faut pas louper.
Céline Online_Paris International Fantastic Film Festival_VHS

Deux films pour La séance culteBad taste de Peter Jackson… Rien à rajouter, ce film est tellement culte que c’est un crime de ne pas l’avoir vu, so Monthy Pythonesque !! Il y a également Quatre mouches de velours gris de Dario Argento, présenté pour la première fois dans sa version restaurée à l’occasion de sa sortie prochaine en vidéo chez Wild Side.
Céline Online_Paris International Fantastic Film Festival_Films2

Pour la Rétrospective / nuit Clive Barker, vous pourrez voir : Candyman de Bernard Rose. Je l’avoue, ce film m’a tellement traumatisé des miroirs quand j’étais plus jeune que je ne l’ai jamais revu … et je ne me suis pas encore décidée à la revoir. (Oui, ça s’appelle du courage, exactement !). Hellraiser 2 : les écorchés de Tony Randel, Hellraiser le pacte de Clive Barker et Nightbreed: The Cabal Cut de Clive Barker également.
Céline Online_Paris International Fantastic Film Festival_Films3

On n’oublie pas que le Paris International Fantastic Film Festival c’est aussi 8 courts-métrage français plus 9 internationaux, tous en compétition ainsi que six hors compétition. Bref tout ça nous vend du rêve. Et cadeau, cette année le festival a lieu sur 10 jours au lieu de 5 l’année dernière. C’est donc une double dose de jouissance fantastique !!

Bon évidemment, Céline Online aime se la jouer difficile.
Primo. Il est quand même dommage, en comparaison au Festival de Gérardmer, de ne proposer qu’une seule diffusion de chaque film. Peut-être que dans les années à suivre le festival s’étendra sur plusieurs salles de projection (ho oui, douce mélodie à mes oreilles).
Deuxio. Le prix du pass festival qui est un peu cher : 140 euros ! (encore plus pour une programmation unique). Ou alors, il faut avoir la chance de se voir attribuer une accréditation presse… mais cela n’est pas le cas de Céline Online. Doublé par le fait de n’avoir qu’une carte illimitée UGC/MK2 et non Gaumont/Pathé, la place revient tout de même à 7,90€. A ce prix là, il va bien falloir choisir ses séances. Peut-être penser à prévoir des alternatives comme un pass 1 journée, 5 séances …

En même temps Céline Online dois l’avouer (mais ça reste entre vous et moi) quand on a un Polly Pocket de tout juste un mois, ça ne vous laisse pas forcément le temps de glander des journées entières au cinéma. Faites des gosses qu’il disait ^^
Voilà, conclusion, Céline Online c’est juste une rageuse qui ne pourra probablement pas aller mater des bons films comme elle les aime à côté de chez elle ! Bande de veinards  profitez en bien !

Céline Online_Paris International Fantastic Film Festival_Affiche
 [Plus d’information et planning : http://www.pifff.fr/]

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

2 p'tits mots doux

  1. Nous non plus, nous n’avons pas été accrédités, dommage. Du coup on fait l’impasse, ça sera sans nous.
    Le pass est clairement hors de prix, c’est aussi cher qu’un festival de musiques, faut pas pousser.

    J’ai pas bien compris leur stratégie de donner des pass au compte-gouttes, notamment avec les supports online où se trouvent clairement leur public (du moins c’est notre avis).

    Et j’ai réclamé à maintes reprises un dossier de presse, impossible de recevoir qqchose de complet et correctement exploitable. Pas très sérieux tout ça.

    • Et oui, mais Paris c’est sooo chic ! On mélange pas les torchons et les serviettes. C’est certain, la presse écrite à par quelques titres ne représente pas le plus large de leur public. Mais comme tu dis : pas sérieux. Et bien tant pis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *