Home » Cinéma » Road of the Dead (Wyrmwood) : Zombies australiens

Road of the Dead (Wyrmwood) : Zombies australiens

Qui a dit que le film de zombie était mort ? En tout cas, pas moi. Au moment où je croyais avoir tout vu avec ce genre, un film vient me prouver le contraire, direct en plein dans ma face (mais aussi en DVD) ! Imaginez un peu le mélange de Mad Max, du Jour des morts-vivants mais aussi de Braindead et d’Evil Dead. Ça semble complètement barré et impossible ? Et bien non, c’est juste Road of the Dead (Wyrmwood).

Une météorite s’est écrasée sur la planète. Elle est à l’origine d’une épidémie qui a transformé la population en zombies. Barry et sa soeur Brooke font partie des survivants. Elle se fait kidnapper par un groupe de paramilitaires. Barry part à sa recherche à travers le désert infesté de morts-vivants, au volant de sa voiture de combat.

Le début de Road of the Dead m’a un peu foutu la frousse… et pas pour de bonnes raisons. Il ressort un côté complètement cheap du premier quart d’heure du film : les maquillages et les effets spéciaux sont moyens et l’image semble brute, pour ne pas dire filmée avec la mini DV du voisin.

Bon, je précise quand même que Road of the Dead (Wyrmwood) est une production indépendante qui s’est montée sur trois années avec le tout petit budget de 160 000 $. La post-production a même été financée par une campagne de Crownfunding… Autant vous dire que quand je l’ai appris, une seule phrase m’est venue : « bordel que c’est réussi ! ».Car passé cette introduction un peu foireuse, le film, le vrai, s’installe durablement. Et là, je peux vous dire que vous n’allez pas décrocher de votre écran.

Céline Online - Road of the Dead (Wyrmwood) - Jay Gallagher

Voilà donc venir le moment où je peux vous assommer avec les (nombreuses) qualités de Road of the Dead.

Australie aidant, les décors naturels du film sont magnifiques mais surtout, bien filmés. L’esthétique saturée du film et les plans très mouvants, feraient presque penser à un jeu de FPS. Le scénario est bon et bourré d’humour. Les dialogues souvent à côté de la plaque donc cultes.

Road of the Dead (Wyrmwood) ne perd pas son temps à nous narrer le pourquoi des zombies, rapidement balayé avec l’explication des météorites. Le film se concentre surtout sur la survie de Barry et Brooke avec toutes les sacrées étapes quelle comporte.
Les frères Roache-Turner (au scénario et à la réalisation) s’en sont donnés à cœur joie niveau originalité. J’ai adoré le traitement réservé aux zombies, ici, transformés en vulgaire carburant. Le fuel zombie, doublé d’une petite idée de complot gouvernemental, fallait quand même y penser. Sans oublier le personnage de Brooke et son côté X-men. Ou le scientifique fou. Ou l’un des nombreux autres survivants. Bref, tous ont un petit quelque chose de complètement défoncé, ce qui les place au summum de la coolitude des personnages de film de zombies. Mais s’il fallait n’en choisir qu’un, ça serait sans hésitation Brooke, joué par une Bianca Bradley ultra convaincante et badass. Et moi, les nanas comme ça, j’adore !

Céline Online - Road of the Dead (Wyrmwood) - Bianca Bradey

 

Donc oui, Road of the Dead (Wyrmwood) peut être vu comme un film de série B mais un de ceux qui sort du lot en proposant un renouveau du genre. Son succès modial à travers les festivals est justifié. Il y a une vraie atmosphère, où l’action rencontre l’hémoglobine, et la violence, l’humour.
Comme on dit par chez moi : ça s’laisse regarder plutôt pas mal, vous m’en r’donnerez des nouvelles.
D’ailleurs, si vous avez aimé, sachez qu’une suite risque de pointer le bout de son nez. Et si les frèrots Roache-Turner arrivent à gommer les petits défauts de leur 1er opus, je crois qu’on pourra dire qu’ils auront trouvé la recette d’un putain de bon film !

       

Céline Online - Road of the Dead (Wyrmwood) -afficheTitre original : Wyrmwood

Réalisateurs : Kiah Roache-Turner

Date de sortie : 17 novembre 2015 – en DVD

Durée : 1 h 38

Acteurs : Jay Gallagher, Bianca Bradey, Luke McKenzie, Yure Covich, Keith Agius, Berryn Schwerdt…

Road of the dead sur Facebook ou sur son site officiel

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *