Home » Télévision » Salem… que la chasse aux sorcières soit ouverte !

Salem… que la chasse aux sorcières soit ouverte !

Une série ? Avec des sorcières ? OK ! Il n’en faut pas plus à Céline Online pour se décider à regarder Salem, diffusée sur WGN America. Présentée avec ces quelques mots, Salem pourrait honteusement ressembler à la génialissime American Horror Story : Coven. Mais non, il n’en est rien. Avec ses petits défauts et ses multiples qualités, Salem s’avère être une série qu’il serait dommage de ne pas regarder. Retour sur les deux premiers épisodes.

Salem nous plonge dans le Massachussets du XVIIeme siècle. La mythique ville est noyée dans le puritanisme qu’on lui connait. John Alden décide de fuir cette hypocrisie et part à la guerre en laissant sur place son amante, Mary. 7 Ans plus tard, il revient à Salem et découvre une ville dominée par la peur des sorcières. Une peur dont sa tendre et chère semble bien proche.

Si la thématique a déjà convaincu Céline Online à 95%, il ne manquait plus que les magnifiques affiches promotionnelles pour grappiller les 5 derniers pourcents. L’ambiance glauque dégagée est juste sublime. Mais rentrons dans le vif du sujet : Salem.

Céline Online_Salem sur WGN America_Affiche 1 Céline Online_Salem sur WGN America_Affiche 2 Céline Online_Salem sur WGN America_Affiche 3

v
gggg

Effectivement, la thématique de la série est belle et bien les sorcières. La critique du puritanisme américain n’est pas principale. Salem est avant tout une série fantastique. Pas de temps à perdre avec toutes ces questions d’existence. Oui, les sorcières existent, elles sont en colère et elles sont bien décidé à prendre le pouvoir total sur la ville (et plus si affinité), peu importe ce qui leur en coûte.

La romance Mary Sibley et John Alden, même si elle est quelque peu lourdingue, va bien évidemment semer le trouble dans les plans maudits et secrets de nos sorcières. Elle est sorcière, il est chasseur : que la traque commence ! C’est rapide et ça plonge le spectateur dans l’ambiance. Nous ne pouvons que souhaiter un début rapide des procès de Salem. Peut-être que la série y trouvera alors son souffle historique, axe manquant en ce début de saison.

Un air de sorcellerie flotte dans l’air de Salem

Déjà amorcée par sa campagne publicitaire, les décors, les effets visuels et la musique confirment l’atmosphère malsaine et perverse de Salem. Certaines scènes sont vraiment marquantes. Particulièrement celle de la chasse aux sorcières, où une femme enragée et possédée est utilisée comme chien renifleur. Rien n’est oublié (torture, sabbat…) et surtout, rien n’est censuré. Ce qui confirme que Salem est une série pour adultes. Ne cherchez pas d’humour, vous n’en trouverez pas.

Salem, c’est aussi un générique… un sacré bon générique signé Marilyn Manson. Sa chanson Cupid carries a gun illustre à merveille l’ambiance glauque de la série. A retrouver en intégralité dans son prochain album et en attendant, en version générique ci-dessous.

Seul bémol, le casting qui n’est pas des plus convaincants. Ashley Madekwe (Tituba) avec son accent anglais, à son rôle de peste/assistante dans Revenge qui lui colle à la peau. Janet Montgomery (Mary Sibley) et Seth Gabel (Cotton Mather) sont parfaits. Le reste est pour le moment quelconque.

Céline Online_Salem sur WGN America_Casting

Et la magie apporta l’audience

Autant dire que Céline Online n’avait jamais, au grand jamais, entendu parler de cette chaîne câblée, WGN America. Normal, elle n’est distribuée que dans 62,3% des foyers outre-Atlantique. Salem, est d’ailleurs sa première série. Et bien autant dire que le choix s’est avéré gagnant. La chaîne récolte sur trois jours (1ère diffusion + différée) un montant total de 2.145 millions de téléspectateur, soit sa meilleure audience depuis 2003 ! Et pour finir sur un chiffre spectaculaire, Salem dépasse de 996% (oui, oui, 996%), l’audience du créneau !

Si la thématique des sorcières est vu et revu des millions de fois (et ce n’est pas prêt d’être terminé), force est de constater que Salem sort un minimum du lot. Un intérêt qu’il va cependant falloir confirmer dans les 11 prochains épisodes. Car si la première impression est plutôt bonne,les deux premiers épisodes présentes quelques facilités. Les scénaristes, Céline Online compte sur vous !

Ça devrait te plaire !

The Handmaid’s Tale / La servante écarlate - Bandeau

The Handmaid’s Tale : série intemporelle et glaçante

Lire La servante écarlate de Margaret Atwood a été un véritable choc. Ce livre m’a hanté jours et nuits et son adaptation ravive cette obsession : et si cela arrivait demain ?

2 p'tits mots doux

  1. Très bon article ! Je tenais à le souligner avant de lancer mon commentaire 😉
    Je n’aime pas trop les trucs glauques en général, séries ou autre… les affiches ne me donnent pas envie de regarder… mais ton article pique ma curiosité et je crois que je vais essayer de me dépasser et de regarder au moins les premiers épisodes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *