Home » Cinéma » Suicide Squad : tout est dans le titre…

Suicide Squad : tout est dans le titre…

Je n’avais pas prévu de vous faire cet article mais comme j’ai eu la bonne mauvaise idée d’aller voir Suicide Squad en avant-première, je me suis dit qu’il était à présent de mon devoir de vous faire économiser quelques euros. Alors je m’excuse par avance si ce retour ressemble à un défouloir mais sérieux, c’est quoi ce fucking bordel de film ?!
     

Face à une menace aussi énigmatique qu’invincible, l’agent secret Amanda Waller réunit une armada de crapules de la pire espèce. Armés jusqu’aux dents par le gouvernement, ces Super-Méchants s’embarquent alors pour une mission-suicide. Jusqu’au moment où ils comprennent qu’ils ont été sacrifiés. Vont-ils accepter leur sort ou se rebeller ?

     
Tous les ingrédients étaient pourtant réunis pour faire de Suicide Squad une tuerie intergalactique. Mais non. J’ai assistée impuissante à un patchwork de scènes mises bout à bout et collées avec des morceaux de musique pour faire joli. Mais c’est tout sauf joli. Il n’y a aucun rythme, aucune harmonie. Rien ne va ensemble. C’est froid. C’est mou.

Un exemple parmi tant d’autre : quand Without Me d’Eminem se met à retentir, je me suis dit : Yeah, ça y est, les badass sont dans la place…. Pschiiiit…. Non. Rien. Juste une séquence sans saveur. Comme un enfant qui doit ranger sa chambre un dimanche aprem, Suicide Squad nous balance un plan à gauche, un plan à droite. Tiens un plan sur le cul de Margot Robbie, une petite réplique « rapiécée » et encore un plan venu de nulle part.

Et ça parle. Mon Dieu qu’est-ce que ça cause. J’ai cru que Viola Davis (qui interprète Amanda Waller) n’arrêterait jamais de nous expliquer son projet secret de team vilains (ou officiellement Task Force X). Comme si le film cherchait aussi à nous justifier son existence. De longues minutes de blabla pour au résultat ne même pas tout comprendre et avoir 30 000 contre arguments pour lui dire que son idée, elle est franchement naze. Absurde.

Suicide Squad. Avec : Adewale Akinnuoye-Agbaje, Jai Courtney, Jay Hernandez, Joel Kinnaman, Karen Fukuhara, Margot Robbie et Will Smith.

Dommage aussi d’avoir voulu mettre autant de personnages pour finalement en abandonner les 3/4 en cours sur le bord de la route. Surtout que le casting est assez exceptionnel. C’est donc un mini RIP pour Katana, Boomerang, El Diablo et Killer Croc. De temps en temps, pour nous nourrir, Suicide Squad nous balance un bout de leur bio. Mais ce n’est pas assez pour nous rassasier.
Il nous reste donc Harley Quinn (et les plans sur son cul), Deadshot et Rick Flag.
Je mettrai le Joker à part qui semble venir s’incruster de temps en temps comme pour annoncer « Hey, vous me kiffez bien mais je ne fais que passer. Retrouvez-moi dans mon propre film en 2018 ».
Cara Delevingne m’a bien fait rire en Enchanteresse. J’ai cru revoir La reine des damnés : une danseuse dans un clip de Disturbed.

Voilà, vous avez toutes les personnes présentes dans Suicide Squad. Ne me demandez pas où est passée la population américaine, la ville est vide, comme par magie.

Ah oui, et vous savez quoi ? Il y a un happy hadding dans Suicide Squad. UNE PUTAIN DE FIN HEUREUSE dans un sombre film de méchants !
      

Bon, je vais arrêter le massacre. Finalement, dans un soucis marketing, Warner nous a vendu Suicide Squad comme un film pop-psyché. C’est à dire comme le film que tout le monde aurait voulu voir. Je ne comprends vraiment pas pourquoi ils ne sont pas partis dans cette maudite direction. Au résultat, le film ressemble à un mauvais DC de Zack Snyder : sombre et ennuyeux. Suicide Squad aurait pu être tellement de choses mais il s’est contenté du minimum syndical. En un mot : passable… ou déprimant, je ne sais pas encore.
   

Suicide Squad, affiche. Avec : Adewale Akinnuoye-Agbaje, Jai Courtney, Jay Hernandez, Joel Kinnaman, Karen Fukuhara, Margot Robbie et Will Smith.

Page Facebook Fr de Suicide Squad

Avec : Will Smith, Jared Leto, Margot Robbie, Joel Kinnaman, Viola Davis,
Cara Delevingne, Jai Courtney, Adewale Akinnuoye-Agbaje, Jay Hernández,
Karen Fukuhara, Ben Affleck et Ezra Miller…

Ça devrait te plaire !

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête : les différences entre le film et le dessin-animé

La Belle et la Bête a beau être l’adaptation du dessin-aimé il y a finalement pas mal de choses qui ont changées. Alors je me suis amusée à essayer de les retrouver !

Un p'tit mot doux

  1. Waouh, je suis tellement dégoutée je l’attendais avec tellement d’impatience, je crois que le réalisateur c’est bien fait cloué le bec par warner qui avait peur de la censure si le film était trop trash … Je me rappellle les premières bande-annonce étaient top et puis d’un coup, la promo à tourner vers quelque chose de beaucoup plus (trop lisse)…:(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *