Home » Télévision » Le Girl Power envahit le petit écran

Le Girl Power envahit le petit écran

Il y a une chose que nous savions déjà depuis des millénaires : sans les femmes le Monde s’écroulerait. Et cela, les télévisions s’en sont bien rendu compte. Pour preuve, les grilles des séries Tv sur les chaînes américaines pour la rentrée 11-12. Le girl power est là et il compte bien y rester !

Nous avions déjà Nikita, Pretty little liars, Desperate housewives, Sex and the City et bien d’autres. Cette année nous avons : Charlie’s Angels, The playboy Club et Pan Am (toutes trois annulées), Ringer (avec deux Sarah Michelle Gellar pour le prix d’une), Revenge, Hart of Dixie, Once upon a time, Unforgettable, … La femme est l’ (anti) héroïne de nombreuses nouveautés outre Atlantique. Mais je vous l’avoue mon cœur balance déjà pour deux programmes courts.

New girl

Avec la pétillante Zooey Deschanel sur la FOX.

New GirlJe développerai cette série dans un prochain article (après avoir vu encore quelques épisodes) car le programme me laisse pour le moment un sentiment en demi teinte. A suivre donc …

2 broke girls

Cette série diffusée sur CBS est l’énorme coup de cœur de Céline Online !

2 Broke Girls

Comme son titre l’indique, le programme nous raconte l’histoire de deux filles fauchées en plein New-York. Caroline (interprétée par Beth Behrs) une ancienne petite bourgeoise de l’Upper East Side se retrouve à devoir travailler dans un Diner de bas quartier avec Max (jouée par Kat Dennings). Toutes les deux vont se retrouver à vivre ensemble et évidemment se lier d’amitié. Mais le fil conducteur de 2 broke girls c’est le projet commun qui va naître de cette relation : ouvrir une pâtisserie et sortir de cette misère. Alors développons un peu tout cela. Pour moi 2 broke girls possède deux gros points forts :

Les dialogues :
La série est merveilleusement bien écrite, et nous devons cela à Michael Patrick King et Whitney Cummings. Comment trouvent-ils de telles répliques ? Aucune idée, mais je les remercie mille fois de me faire autant rire. Les dialogues sont désopilants et s’enchainent à une vitesse impressionnante : jeux de mots, blagues, critiques et réparties acerbes … J’y prends tellement de plaisir que je préfère ne pas trop penser à une possible version française avec une traduction faite d’à peu près et de censure.

Les personnes :
Pour moi, c’est le plus important. Sans cet aspect, une série n’a pas grand intérêt. Tout d’abord les deux principaux : Max et Caroline ou la petite brune pulpeuse et la grande blonde toute fine. Deux caractères qui confirment que les opposés s’attirent. Viennent s’y rajouter tous les personnages secondaires qui sont un feu d’artifice de délire. Oleg le cuisinier : mi mafioso / mi mac venu directement de Russie, Earl le black afro américain, complice des deux filles au métier flou (entre comptable et animateur), et enfin, Han Lee le propriétaire coréen du restaurant qui cherche à échappé à l’émigration en voulant à tout prix qu’on le prenne pour un américain pur souche. Bref autant de nationalités qui ont valu à la série de nombreuses critiques raciales. Mais qu’importe, ce melting pot est une force ainsi qu’une véritable représentation du quotidien de la ville américaine. L’interprétation est pleine de crédibilité et surtout cet ensemble de personnages est touchant, on en arrive même à se retrouver en eux.

Découvrez en un peu plus avec la bande annonce de 2 broke girls.

 

Concrètement pour moi, ce qui fait la différence de cette sitcom est définitivement sa légèreté et sa simplicité (deux décors quasi uniques : l’appartement et le restaurant). C’est une série classique à la limite du rétro, avec des rires enregistrés bien old school comme je l’aime. 2 broke girls joue clairement sur les clichés des deux milieux et de ses codes sociaux, et n’en a pas honte, l’ensemble étant bourré d’humour. Alors quand je lis Télérama qui dit, je cite : « On ne parie pas un kopeck sur cette série aux gags indigents », je suis heureuse de leur répondre que la série a été confirmée pour une saison entière après seulement 3 épisodes.

Ça devrait te plaire !

The Handmaid’s Tale / La servante écarlate - Bandeau

The Handmaid’s Tale : série intemporelle et glaçante

Lire La servante écarlate de Margaret Atwood a été un véritable choc. Ce livre m’a hanté jours et nuits et son adaptation ravive cette obsession : et si cela arrivait demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *