Home » Cinéma » The Beast d’Hans Herbots, un thriller sombre et angoissant

The Beast d’Hans Herbots, un thriller sombre et angoissant

The Beast est l’adaptation cinématographique du livre L’homme du soir de Mo Hayder. Oui je sais, encore une adaptation ! #PlaisirCoupable

Céline Online_The Beast, l'adaptation du livre L'homme du soir de Mo Hayder.

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, je dois absolument vous parler de l’amour que je porte à Mo Hayder. Étrangement, je n’ai jamais fait d’article sur elle ou sur un de ses livres alors que je n’ai jamais lu d’auteur avec un style d’écriture scénaristique aussi prononcé. Tous ses romans sont très noirs… pour ne pas dire dérangeants et sont tous des films en devenir. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, The Beast (L’homme du soir) est le premier livre de Mo Hayder à être transposer au cinéma. Et avec une richesse de récit pareil, pas étonnant qu’Hans Herbots est réussi un film aussi captivant.
   

Nick Cafmeyer est un inspecteur expérimenté qui suit une carrière sans histoire. Jusqu’au jour où on lui confie une enquête sur un couple séquestré pendant plusieurs jours et dont l’enfant a disparu. Cette histoire réveille chez Nick un souvenir traumatisant, remontant à ses huit ans. Celui de la disparition, non élucidée, de son frère, et dont le principal suspect, semblant rôder à nouveau. Commence dès lors, une traque sans répit pour le retrouver.

Dans L’homme du soir, l’intrigue se déroule à Londres mais pour des raisons économiques, The Beast a été filmé à Anvers en Belgique. Il n’en faut pas beaucoup plus pour que mon inconscient fasse un petit rapprochement avec la tristement célèbre affaire Dutroux. Evidemment aucun lien avec le film mais ce drame y restera ancré en toile de fond. Car The Beast parle bien de pédophilie… doublé d’inceste. Ce n’est pas pour rien qu’il est interdit au moins de 16 ans. Car The Beast nous fait sombrer dans un cauchemar éveillé. Le croque-mitaine qui nous effrayait enfant se transforme ici en troll. Un mythe qui prend vie et se fait appeler « le mordeur » et « la bête » (The beast en anglais). Des surnoms qui parlent d’eux même, fauchant notre innocence sur leur passage.

L’enquête va vite révéler toute l’horreur de la situation. Plus Nick apporte des réponses à son passé et plus nous avançons, pas à pas, vers une cruelle conclusion : il n’y a pas d’espoir à avoir et ça nous met en colère.
The Beast est très violent comme film. Pas visuellement. C’est l’ambiance oppressante qui y règne et ce quelle nous fait ressentir qui nous frappe et nous fait mal. Une sensation extrêmement désagréable mais qui est nécessaire pour comprendre. Car filmé au plus près du réel, The Beast est un polar sombre, choc, à la limite du film d’horreur humain. Sans jamais franchir la frontière, Hans Herbots nous rappelle qui si le sujet nous dérange autant, c’est qu’il est malheureusement toujours d’actualité.

Céline Online_The Beast (Hans Herbots), l'adaptation du livre L'homme du soir de Mo Hayders_Geert Van Rampelberg est Nick

Les personnages rencontrés renforcent ce mal-être. Traumatisés, désespérés, pervers, malades ou dérangés, ils rythment les rebondissements de l’enquête, tellement foutus, que nous les voyons tous coupables d’avance. Comme Nick, nous sommes hantés par ce monstre et nous ne pouvons décrocher tant qu’une réponse n’est pas trouvée : Qui (ou quoi) peut bien être capable de ça ?


The Beast 
est un thriller de qualité qui fonctionne grâce à son paradoxe : pénible mais brillant. Le genre de film qui malgré son scénario et sa réalisation exceptionnelle, vous laisse un arrière-goût désagréable car il nous rappelle que cet enfer est réel et qu’il est impossible de l’oublier.

        

Céline Online_The Beast (Hans Herbots), l'adaptation du livre L'homme du soir de Mo Hayders_afficheTitre original : The treatment

D’après l’oeuvre originale de Mo Hayder  » L’homme du Soir « 

Réalisateur : Hans Herbots

Date de sortie : 30 décembre 2015

Durée : 2 h 10

Avec : Geert Van Rampelberg, Ina Geerts, Johan Van Assche, Laura Verlinden, Roel Swanenberg, Kyan Steverlynck…

Retrouvez la page officielle de The Beast sur Facebook

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *