Home » Lecture » The Memory Book de Lara Avery

The Memory Book de Lara Avery

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, laissez-moi vous présenter la premier livre ayant réussi à me faire pleurer à chaudes larmes : The Memory Book de Lara Avery, le petit dernier de chez Lumen. Et croyez-moi, celui-là, je ne l’avais pas vu venir. En 30 ans de lecture, je ne pensais d’ailleurs plus que le phénomène pourrait se produire chez moi. Comme quoi, il faut toujours avoir un peu d’espoir…

       

Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l’en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu’il lui faut, c’est un nouveau plan.
C’est ainsi que naît son journal : ce sont les notes qu’elle s’envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu’elle vit. C’est là qu’elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute attente, contre vents et marées : ne rien oublier.

         

Vous allez me dire : une histoire avec une fille très malade, nous avons déjà vu ça des millions de fois entre Nos étoiles contraires de John Green et Me, Earl and the dying girl de Jesse Andrews. SI la thématique principale et évidemment proche, le caractère de l’héroïne et la forme du livre font vraiment toute la différence. The Memory Book porte bien son titre puisqu’il s’agit d’un livre mémoire. Sam est atteint de la maladie de Niemann-Pick (type C) et elle décide d’écrire son présent afin que son futur elle n’oublie rien.

*******

Petit aparté. La maladie de Niemann-Pick comprend beaucoup de symptômes, dont le principal étant la perte de mémoire jusqu’à sombrer dans la démence. N’ayant jamais entendu parler de cette maladie rare, je me suis décidée à faire quelques recherches. Si aujourd’hui la maladie de Niemann-Pick reste incurable, de nombreux essais cliniques sont actuellement menés. Ayant été très touchée par The Memory Book, j’ai fait un don à l’association Vaincre les maladies Lysosomales. Alors si cette histoire vous touche autant que moi, n’hésitez pas à les aider.

*******

Reprenons. Sam est donc la propriétaire de ce livre de mémoire, mélange de notes personnelles, de journal intime et de messages de son entourage. Même si le principe est original, j’ai trouvé dommage que dans l’histoire, il ne soit pas plus utilisé pour son utilité première : que Sam le feuillette pour se souvenir.
Avec ce livre, Sam pensait écrire pour elle mais au résultat, elle écrira pour les autres, laissant grâce à ses mots, une trace indélébile de son courage. En parlant à son futur elle, Sam choisie de ne raconter que ce qu’elle veut. C’est en quelque sorte sa façon de contrôler sa vie. Je pense d’ailleurs que c’est pour cette raison que la maladie de Niemann-Pick n’est pas trop développée dans The Memory Book. Je n’aimerai pas qu’on se souvienne de moi en train de vomir ou toute faible sur un lit d’hôpital. Non, j’aimerai qu’on ne garde que les bons moments, ceux qui me caractérisent comme le vrai moi et non le moi malade.

           

Un livre et une héroïne remplis de force

J’ai donc beaucoup aimé la forme du livre qui nous permet d’être au plus près de Sam. Au fil de ses notes, nous sourions, nous rigolons et nous pleurons. Attention, rien de dramatique. Lara Avery ne pousse jamais son roman dans la direction du pathos. A l’opposé, The Memory Book est plein de force et d’espoir… Tout comme son héroïne.

Je me suis tellement attachée à Sam, ce bout de femme drôle, détermine et courageux ayant l’avenir devant elle. Du moins, jusqu’au jour où elle apprend pour sa maladie. Tout pourrait s’écrouler mais non. Peu importe ce que les médecins diront, Sam veut vivre sa vie et réaliser tous ses projets (être major de sa promotion, gagner le concours de débat, être acceptée à la fac de NYC et faire des études de droit), mais aussi faire des choses qu’elle n’aurait probablement jamais fait sans ce compte à rebours lancé contre elle.

           

The Memory Book m’a littéralement chamboulé. J’ai tourné les pages une boule au ventre, attendant de découvrir le dénouement. Je me suis accrochée. Alors évidemment les derniers chapitres sont incroyables, pleins d’émotions, et viennent conclure une histoire magnifique. J’ai alors refermé The Memory Book pleine d’optimisme. Un état d’esprit qui ne devrait jamais disparaître. Bordel, la vie, il faut en profiter tous les jours et The Memory Book est l’incarnation parfaite de cette phrase de Gandhi : « Vis comme si tu devais mourir demain ». Alors tout le monde, au boulot ! Courons dévorer notre vie.

     

The Memory Book de Lara Avery (Lumen éditions) _couverture

 

The Memory Book
de Lara Avery
224 pages – 15 €
Lumen éditions

******

Twitter / Tumblr de Lara Avery

******
Facebook / Twitter de Lumen
Tumblr de The Memory Book

 

Ça devrait te plaire !

Aussi libres qu’un rêve de Manon Fargetton (Castelmore)

Aussi libres qu’un rêve de Manon Fargetton

Imaginez un monde où votre date de naissance déterminerait votre métier et donc votre avenir... Adieu liberté et personnalité. Un concept hyper accrocheur pour ce premier roman.

3 p'tits mots doux

  1. Wouaa ce livre a l’air dingue !!

  2. Je suis complètement d’accord avec vous! J’ai dévoré ce livre comme je dévore la vie maintenant ! ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *