Home » Lecture » The November Criminals de Sam Munson : livre coup de poing !

The November Criminals de Sam Munson : livre coup de poing !

The November Criminals. En voilà un livre bien étrange. J’ai pris quelques semaines de recul avant de vous en parler et je ne peux toujours pas vous dire si j’ai aimé le livre de Sam Munson ou si je l’ai détesté. La seule chose dont je suis sûre, c’est que je suis vraiment curieuse de voir le résultat de son adaptation sur grand écran.
        

The November criminals de Sam Munson - bandeau

Addison Snatch est fan de latin, un peu amoureux de sa meilleure amie, pas franchement populaire, et… dealer officiel de son lycée. Quand un de ses camarades de classe, Kevin Broadus, se fait tuer, Addison et son amie Pelle, décident de mener l’enquête.


The November Criminals
m’a donc laissé quelque peu perplexe. Enfin, la bonne nouvelle, c’est qu’au moins, je ne suis pas restée de marbre, surtout face au talent de son auteur, Sam Munson, qui avouons-le, possède une plume qui ne laissera personne indifférent. Un vrai roman coup de poing loin, très loin, de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent dans le Young Adult.

L’auteur a pris une grosse prise de risque avec Addison, son héros narrateur. Comment vous le décrire ? 100 % anticonformiste et antipathique, il n’inspire pas beaucoup d’amour. Dès la première page, il se présente à nous comme un dealer de drogue, glandeur, cerveau sur patte mégalo et prétentieux. Et la suite ne fera que nous confirmer que le coup de foudre, ça ne sera pas ici. Rien d’étonnant donc à ne pas s’attacher à Addison mais le problème (pour moi) c’est que ça été pareil avec tous les personnages. The November Criminals est une lecture très froide, très détachée.

Je n’ai même pas compris l’intérêt d’Addison à vouloir enquêter sur le meurtre de Kevin Broadus et ça m’embête parce que je pense que la clé du livre se trouve dans cette réponse. J’aurai aimé comprendre pour apprécier pleinement The November Criminals. Mais il m’a définitivement manqué le mode d’emploi.

Peut-être aussi qu’il n’y a aucune raison et que l’enquête n’est pas un sujet en soi, mais plutôt tout ce qui l’entoure. Et là, il y a de quoi faire niveau sujets : passage à la vie adulte, critique de nos sociétés de surconsommations, superficielles, racistes, où tous contacts humain disparaissent… Bref, une description de l’Homme très, très, pessimiste.

Je vous ai sélectionné quelques phrases très représentatives :

  • « Est-ce que vous savez ce que c’est d’avoir un pistolet entre les mains ? C’est incroyable ! Pas dans le sens « ma bite est plus grosse que la tienne », mais dans le sens que ça vous donne accès à l’absolu. »
  • « J’ai transporté suffisamment de beu pour être sûr d’aller en prison si je me faisais arrêter ou fouiller, mais à Washington, les Blancs sont invisibles pour les policiers ».
  • « Je ne vous cacherai pas que l’idée de regarder un porno avec Pelle à mes côtés m’avait terriblement fait bander. Suis-je un pervers ? ».
  • « Oui, on riait du meurtre tragique d’un camarade d’école. La race humaine est dégueulasse ».
  • « On s’assoit tous en public pour corriger nos manuscrits imparfaits en espérant que Dieu nous regarde comme un spectateur, faisant de nous des artistes ».
  • « Est-ce que vous pouvez croire qu’un être humain puisse écrire des conneries pareilles ? Notre espèce est vraiment à gerber. Mais bon, ça, vous vous en doutiez rien qu’en me lisant.»

Bon, je pense que vous avez compris !

 

The November criminals de Sam Munson - cinema

Alors je me pose quand même une question concernant The November Criminals. Pourquoi ?

Pourquoi avoir attendu 7 ans pour publier ce livre en France, alors que son accueil n’a pas été des plus chaleureux outre-Atlantique ? A vrai dire, je pense avoir trouvé un semblant de réponse avec la prochaine actualité de The November Criminals. En effet, comme je vous le disais tout au début, le livre va être adapté au cinéma. Je crois d’ailleurs que le tournage est terminé. Et son gros point fort réside dans le fait d’avoir un casting 5 étoiles pour les adolescents : Chloë Grace Moretz et Ansel Elgort (aka, deux valeurs sûres pour faire venir les spectateurs dans les salles). Enfin, je vous dis cela sans aucune critique car c’est de toute façon cet argument qui m’a fait acheter The November Criminals. Merci le bandeau « Le roman déjà culte, bientôt au cinéma » (par contre culte… pas sûre…). Un vrai attrape Céline dès que ça parle adaptation !

 

Vous l’aurez compris, The November Criminals n’est pas un thriller. C’est un roman ovni, qui interpelle, bourré d’humour noir. En fait, j’en suis même arrivée à me demander si le but de The November Criminals n’est pas tout simplement de le détester ? Je pense que beaucoup seront déroutés par la fin du livre parce qu’elle a tendance à nous amener à nous dire : « Merde, tout ça pour ça. Vraiment ? ». En espérant que le film nous offre les réponses manquantes.

 

 The November criminals de Sam Munson - Couverture

The November criminals
De Sam Munson (traduit par : Noam Cochin)
Editions : Hachette Romans
Sortie le 2 novembre 2016
300 pages – 18 €
********
Site Lecture academy (Hachette)

 

 

Et donc, le film !

The November criminals de Sam Munson -Chloë Grace Moretz (Phoebe) et Ansel Elgort (Addison)

Pas grand chose à nous mettre sous la dent, si ce n’est des photos prises pendant le tournage de Chloë Grace Moretz (Phoebe) et Ansel Elgort (Addison). Pas de date de sortie, pas de bande-annonce… à croire que ce film n’existe pas. The November criminals est réalisé par Sacha Gervasi (Hitchcock).

[Retrouvez tous les livres adaptés au cinéma en 2017 dans un dossier spécial sur le blog]

Ça devrait te plaire !

Moi, Cali, Faucheuse de Sophie Cole (éditions Nouvelles Plumes)

Moi, Cali, Faucheuse de Sophie Cole : rebondissements et humour !

Dead like me, vous connaissez ? Cette série, c’est l’idée que faucheur est un métier. Du coup, lire Moi, Cali, Faucheuse de Sophie Cole était une évidence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *