Home » Cinéma » Two Hundred Thousand Dirty, ou quand l’Amérique vomit son American dream

Two Hundred Thousand Dirty, ou quand l’Amérique vomit son American dream

Avec la saison des blockbusters qui commence, il est très dur de se faire une petite place en haut de la programmation des cinémas… encore plus lorsque nous parlons de films indépendants sans tête d’affiche. Autant dire que Two Hundred Thousand Dirty ne part pas en pole position cette semaine pour faire exploser le box-office. Et c’est bien dommage, car sous ses airs de déjà vu, Two Hundred Thousand Dirty de Timothy L. Anderson s’avère être une agréable surprise.

Rob et Manny vendent des matelas dans un Centre commercial paumé, à quelques kilomètres de Las Vegas. Ils passent leurs journées à glander devant le magasin et à imaginer des arnaques qui n’aboutissent jamais.
Exaspéré par la nullité de ses vendeurs, leur patron embauche Isabelle, une superbe jeune femme d’origine argentine. Isabelle brise alors la routine des deux losers en leur proposant un marché inattendu : tuer son ex-mari en échange de 200 000 dollars.

   
Il était une fois l’Amérique…

Two Hundred Thousand Dirty est une comédie noire 100% barrée qui vous fera sans aucun doute penser au récent No Pain No Gain de Michael Bay. L’Amérique y est dépeinte de façon satirique et ça, Céline Online adore ! Ici, pas de bling-bling. C’est glauque et remplit de loosers pitoyables aux rêves inaccessibles. Autant dire, un American dream noyé sous un tas d’ordures impossibles à recycler, très loin du magnifique paysage de carte postale.

Céline Online_Two Hundred Thousand Dirty de Timothy L. Anderson _ Tous au cafe Céline Online_Two Hundred Thousand Dirty de Timothy L. Anderson _ Dans le magasin

Ce film, c’est aussi de grands moments « N’importe quoi ». Cette scène, où les quatre personnages principaux sont autour d’une table et discute du film Le fugitif est complètement hilarante, tout comme la scène d’ouverture qui devrait rester dans les annales (et sans mauvais jeu de mots). Nous sourions face à l’absurdité des situations. Les loosers resteront des loosers, dans leur trou paumé avec leurs matelas et leurs clients, tous plus déprimants les uns que les autres. L’espoir ne fait pas partie du film. Et comme le diront Martin et Rob en conclusion :

Martin : C’est comme une fable de La Fontaine mais un La Fontaine cramé.
Rob : Ouais ? Je n’en ai retiré aucune morale. Ce n’est pas l’idée d’une fable ?
Martin : Parce que c’était une fable pourrie

En plus d’avoir une distribution remarquable et surprenante – coucou Coolio – Two Hundred Thousand Dirty offre une réalisation impeccable. La capacité d’Anderson (pour son premier film rappelons-le) à filmer l’immobile et à le rendre parlant fait de lui un réalisateur à l’avenir prometteur. Le film alterne silences et longueurs, avec rebondissements et dialogues piquants… Quelques 394 « Fuck » viennent relever le film, c’est-à-dire, une moyenne de 4,43 prononciations par minutes, sur une durée de 89 minutes. Pas mal, pas mal.

Two Hundred Thousand Dirty est un film à la fois très divertissant et artistiquement maîtrisé. Alors pourquoi s’en priver : foncez dans vos cinémas, soutenez un distributeur courageux et appréciez l’une des comédies indé les plus sympas de l’été !

Céline Online_Two Hundred Thousand Dirty de Timothy L. Anderson _ affiche du filmTitre original : Two Hundred Thousand Dirty

Sortie cinéma : 16 juillet 2014

Réalisé par : Thimoty L Anderson

Durée : 1 h 29

Avec: Mark Greenfield, Coolio, Rocío Verdejo, C. Clayton Blackwell…

En savoir plus :

    

L’air de rien, Two Hundred Thousand Dirty se promène de festivals en festivals et gagne bonne publicité grâce notamment aux prix qu’il remporte sur son passage… Toujours pas convaincu ?!

Céline Online_Two Hundred Thousand Dirty de Timothy L. Anderson _ Liste des festivals

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

4 p'tits mots doux

  1. Thanks for the critique of our film! However, there are two mistakes: the director is Timothy L. Anderson, not Doug Liman; and, the duration is 1 hr 29 min. not 1 hr 50 min.

    • Omg i’m so sorry… copy/paste it’s evil !

      • No problem!! Haha – copy / paste is very evil sometimes we agree ;0)

        Also, we would love to post this critique for the film’s website, facebook, (facebook.com/200kdirty), etc.!! Could you tell us the author of the critique so we can include that information?

        THANK YOU SO MUCH for your support of our film!!!! It means a lot to us; we are a true « little » indie!

        Best,
        Timothy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *