Home » Cinéma » Unfriended : l’horreur 2.0

Unfriended : l’horreur 2.0

Attention, l’abus d’internet peut tuer ! Si, si, j’vous jure c’est vrai. Même que je l’ai vu dans Unfriended. D’ailleurs, depuis que je suis sortie de ce film, autant vous dire que je fais super gaffe quand je me connecte à Skype ou que je reçois une notification sur Facebook. Non parce que les fantômes qui surfent sur le web, très peu pour moi…

Une jeune lycéenne se suicide après qu’une vidéo compromettante sur elle ait été publiée sur Internet. Un an plus tard, six de ses amis se connectent, un soir, sur Skype, pour « tchater » entre eux. Mais une septième personne, inconnue des autres, se connecte également. Cet intrus se montre très vite sous un visage inquiétant et menace les six amis de tuer le premier qui se déconnectera. Peu à peu, les événements tragiques qui ont marqué la bande, un an plus tôt, refont surface et se montrent sous un nouveau jour.

Unfriended aurait pu être « juste » un film de fantôme. Un de plus. Mais il est beaucoup plus. Et croyez-moi, j’en ai été la première surprise. Pendant 1 h 20, nous nous retrouvons derrière l’écran de Blaire. Nous vivons au rythme des multifenêtres qui s’ouvrent et de ses notifications : messagerie, Facebook, Gmail, Instagram, YouTube, Skype… Un vrai tour de force car nous sommes happés par toute cette technologie et ne décollons plus jusqu’au générique de fin.

Au début, le film fait rire. Beaucoup. La nouveauté nous surprend et le bon feeling entre les protagonistes nous permet de nous intégrer rapidement à leur bande. Alors quand la tension monte petit à petit (oui, ces maudites notifications Skype m’ont faites sursauter) et que le potentiel hacker se trouve être réellement un fantôme et bien, nous rigolons tout de suite beaucoup moins… sans toutefois atteindre une véritable horreur.

Unfriended de Levan Gabriadze_film horreur_Céline Online

   

Pourtant, à bien y réfléchir, il y a quelque chose de sacrément flippant dans Unfriended : la réalité. Ou plutôt ces jeunes, d’une rare cruauté entre eux, qui se retrouvent perdus dans des rapports virtuels. Haaa, parlez-moi de MSN et de Caramail. Moi à cet âge-là, je n’avait de toute façon pas assez de débit pour pouvoir faire tout ça en même temps.
Tous les évènements qui se déroulent dans Unfriended semblent bien réels. Il suffit de se référer à l’actualité pour en avoir la preuve. En découle d’ailleurs l’un des plus grandes qualités du film, parler ouvertement du cyber-harcèlement et des conclusions parfois dramatique qu’il peut avoir.

Les acteurs (Shelley Hennig, Moses Jacob Storm, Renee Olstead, Will Peltz, Jacob Wysocki, Courtney Halverson) sont convaincants dans leur plan séquence de 85 minutes. Le réalisateur a donné quelques informations quant à leur direction. Tous ont improvisé leurs dialogues afin d’être le plus naturel possible et de pouvoir offrir une émotion intense. Il faut aussi souligner le travail en post production qui est extraordinaire. Pour la traduction française mais surtout, pour l’incrustation des 6 vidéos de Skype et de toutes les interactions de Blaire derrière son ordinateur. Le film est en réalité un trucage entier. C’est vraiment surprenant. Unfriended est une véritable expérience. Le scénario n’est certes pas des plus remarquable mais je lui ai pardonné ce petit défaut tellement j’ai été captivée et sous tension durant tout le film.

Unfriended de Levan Gabriadze, avec Shelley Hennig, Moses Jacob Storm, Renee Olstead, Will Peltz, Jacob Wysocki, Courtney Halverson, Heather Sossaman.

 

Finalement, j’aurai plutôt tendance à mettre Unfriended dans la catégorie « Comédie noire » plutôt que « Film d’horreur ». Le concept est original et la durée du film adaptée. Un poil plus long et nous serions tombés dans l’e-overdose. Si j’ai aimé, j’espère que l’idée ne sera pas trop reprise dans les prochaines productions horrifiques. Unfriended a l’avantage de pouvoir être considéré comme un film de société. Les suivants, ce sera une autre histoire…

     

Unfriended de Levan Gabriadze, l'affiche_Céline OnlineTitre original : Unfriended

Réalisateur : Levan Gabriadze

Date de sortie : 24 juillet 2015 – Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Durée : 1 h 23

Acteurs :   Shelley Hennig, Moses Jacob Storm, Renee Olstead, Will Peltz, Jacob Wysocki, Courtney Halverson, Heather Sossaman.

En savoir plus sur Unfriended sur la page officielle Facebook de Universal

Ça devrait te plaire !

Wonder Woman - Film féministe ? (bandeau Céline Online)

Wonder Woman : Pourquoi tant de haine ?

DE-CEP-TION. Voilà le premier mot que j’ai prononcé en sortant de Wonder Woman. Je savais pertinemment que je n’allais pas voir un film féministe... Même si j'avoue, je l'espérais...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *