1539341211.8dd5717.247114eaa62f499299a6dec0645cd0cb
Autre-Monde de Maxime Chattam - Bandeau

Pourquoi je suis déçue de ma lecture d’Autre-Monde de Maxime Chattam

Ça y est, je viens de terminer de lire la saga Autre-Monde de Maxime Chattam. Sept tomes et des heures de lecture plus tard, je peux enfin dire : BON DEBARRAS ! Oui, j’ai décidé de ne pas y aller par quatre chemins et de vous l’annoncer de but en blanc : je ne suis que déception et énervement. J’erre en marmonnant dans mon duvet (la moustache, pas la couverture) : « Mais ce n’est pas possible, j’ai dû passer à côté de quelque chose. What the fuck just happened ? ».

Autre-Monde de Maxime Chattam - What the fuck just happened

Tout avait pourtant si bien commencé…

Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler d’Autre-Monde. Rien de bien alarmant, c’était mon cas il y a à peine une année. Autre-Monde, c’est une saga de sept livres, écrite par Maxime Chattam, entre 2008 et 2016, dont voici le point de départ scénaristique :

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment… Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre-Monde.

Une première trilogie captivante

Mon voyage avec Autre-Monde commença remarquablement bien. Le premier cycle, composé des tomes : L’Alliance des Trois, Malronce et Le Cœur de la Terre fut une lecture incroyable. Encore aujourd’hui, et malgré la suite, je ne lui trouve pas de gros points négatifs.

Les premiers tomes tout aussi sont captivants qu’originaux. Chattam propose une histoire qui sort vraiment des clichés des sagas Young Adult post-apocalyptiques. L’univers d’Autre-Monde est riche, très riche. Au fil des pages, je me voyais explorer ces terres nouvelles en compagnie des protagonistes. Mon imagination était en émoi en imaginant les splendides descriptions de la flore : la forêt interdite, Eden ou encore la Cité des Kloropanphylles. Sans parler de la faune qui regorgeait de créations plus surprenantes les unes que les autres. L’immersion était totale.

Et puis ces personnages ! Que ce soit l’Alliance des Trois ou les personnages secondaires qui gravitent autour d’eux, ils étaient tous remarquablement bien construits : leurs personnalités, leurs passés mais surtout leurs évolutions. Ensemble, ils vont construire une société nouvelle tout en essayant de ne pas reproduire les erreurs du passé. Et cette volonté, elle met en avant un message écologique que j’ai vraiment apprécié. Une thématique inhérente au premier cycle qui rejoint celle, fil rouge de la saga, du passage de l’enfance à l’âge adulte.

Et puis soudain, le drame

Pourquoi ce changement, ce désamour soudain pour la saga de Maxime Chattam ? Je ne sais pas. Peut-être est-ce parce que j’ai fait une pause de plusieurs mois entre le premier et second cycle, me faisant sortir de l’ambiance Autre-Monde et me permettant d’avoir le recul pour voir le schéma répétitif mis en place par Chattam et les erreurs qu’il contient.

C’est bizarre, en écrivant ces lignes je me rends compte que j’essaie de me convaincre que le problème vient de moi. Comme si tous les bons retours que j’ai pu entendre sur la saga décrédibilisaient mon avis. C’est vrai, j’ai cherché et je n’ai rien trouvé. Est-ce l’effet de masse ? Quoi qu’il en soit, et après réflexion et discutions, je n’ai plus aucun doute. Malgré toutes ces louanges, les derniers tomes : Entropia, Oz, Neverland et Genèse sont vraiment problématiques.

Vous m’excuserez mais afin de pouvoir aborder ce qui me gêne, je vais dévoiler des éléments importants de l’intrigue. Vous êtes prévenus.

Sincèrement, je ne sais pas comment aborder tout ça. Je suis, malgré les jours qui ont passés, encore tellement en colère que ma pensée part un peu dans tous les sens. Je vais donc essayer de regrouper les problématiques par sujets : internet, religion, validisme, sexualité, féminité… Et je crois que c’est tout. C’est déjà pas mal me direz-vous !

Internet le plus grand danger de l’univers

Je vais commencer par ce qui m’a le plus mis en rogne.

Comment est-il possible d’insulter à ce point ses lecteurs en toute impunité ? A quel moment ça semble une bonne idée d’écrire dans une saga Young Adult que toutes les personnes qui utilisent internet et les réseaux sociaux méritent de mourir ? Comparant tout simplement les adolescents à des zombies. Qu’internet va les conduire à leur fin parce qu’ils sont incapables de faire autre chose que de regarder un écran. Je ne caricature même pas. C’est mot pour mot ce qui est écrit et ce qui est défendu par Matt et Ambre. Si vous n’êtes pas un marginal et que vous avez un profil Facebook ou Twitter, vous méritez de mourir… VOUS MERITEZ DE MOURIR !!

Autre-Monde de Maxime Chattam - The end is near

On ne peut pas dire ça à des adolescents. Ce n’est pas de la prévention, ni même de la réflexion, c’est un jugement pur et simple. C’est une insulte.

Alors merci Maxime Chattam de m’insulter de la sorte, moi qui travaille tous les jours sur les réseaux sociaux. Moi qui aime les réseaux sociaux. Moi qui dois beaucoup à internet : un copain, des amies fabuleuses, un métier que j’aime… Mais même encore plus : une culture sans limite, un refuge…
Je ne dis pas qu’internet et sans danger mais come on, ce sont ses utilisateurs pas l’outil lui-même qui posent problèmes. C’est fou, me voilà en 2018 à devoir défendre internet.

Peut-on aussi parler de l’hypocrisie de l’auteur qui utilise lui-même internet pour communiquer et qui est bien content de pouvoir profiter des influenceurs qui parlent de ses livres sur les réseaux sociaux ? * Et je pense, qu’il est tout simplement impossible qu’en 2008, date de la sortie du premier tome (donc écrit bien avant) que Chattam ai pu penser que ses oiseaux espions seraient des Kwitters, pour Twitter, le réseau social s’étant installé en France fin 2009. Mais aller, au bénéfice du doute comme le premier tweet date de 2006, je vais dire : pourquoi pas…

Ce qui m’amène au prochain point : la cohérence de l’histoire entre le premier et dernier tome.

C’est l’histoire d’un auteur qui n’arrive plus à finir son histoire

Une histoire ça se construit au fur et à mesure de son écriture. Evidemment certaines choses vont bouger, particulièrement quand l’écriture s’étend sur une période aussi longue (rappel : 8 ans entre le premier et dernier tome). L’évolution de la société nous inspire, on a de nouvelles influences et bien d’autres choses qui font que le plan d’origine peut prendre certains détours. Mais voyez l’importance du mot que je viens d’utiliser : des détours. Pas des changements de routes.

Autre-Monde de Maxime Chattam - La forêt

Autre-monde – tome 1 à 3 – édition illustrée

Quand j’ai découvert la véritable nature de la tempête, en plus d’être énervée, je me suis juste sentie perdue. Je veux bien faire face à de gros retournements de situation mais celui-ci n’est pas construit. L’erreur de l’homme n’a pas été de violenter sa planète, non, juste d’utiliser internet. Il ne suffit pas de placer des références pour construire une crédibilité scénaristique. Ggl, Anonymous, Kwitters et Repbouck compris.

Et je me suis demandé : mais est-ce que Maxime Chattam savait vraiment ce qu’il voulait faire de l’Alliance des trois en commençant l’écriture de sa saga ? Pour moi c’est un gros non.

  • Non parce qu’Autre-Monde ne devait être qu’une trilogie au départ et que finalement Chattam a écrit quatre tomes supplémentaires. Quatre tomes de trop.
  • Non parce que l’on sent à travers son écriture que l’auteur est perdu : trop régulièrement il insère un paragraphe de rappel sur de évènements passés. Pour lui ou pour le lecteur ?
  • Non parce qu’il y a de nombreuse incohérence entre le début et la fin du roman. Par exemple, dans le premier tome on nous dit que se sont les SDF qui disparaissent les premiers. C’est vrai qu’ils sont tout le temps sur les réseaux sociaux ceux-là. Et après ça chouine parce que ça ne trouve pas de travail, j’vous jure… Ah ba non, en fait c’est juste un bug de Ggl. Il s’est trompé, il a supprimé des gens qui n’étaient pas connectés. Pas bravo Ggl. Et l’excuse du bug sera utilisée à plusieurs reprises. Ah les mystères de l’informatique, c’est quand même bien pratique.
  • Non parce que j’y ai juste vu un auteur qui ne savait pas quoi faire de sa saga et qui souhaitait juste y mettre un terme, qui plus est, perdu entre un lectorat appartenant à la génération Y (coucou la génération Peter Pan) et la Z (ultra-connectée). A qui devait-il faire plaisir ?

Leave Ambre alone

Cette année, Maxime Chattam a sorti un roman hors-cycle sur son personnage féminin principal : Ambre Caldero. J’ai beaucoup apprécié Ambre mais face au traitement qui lui est réservé au fil des pages (toujours dans le deuxième cycle) je ne sais pas si je vais me laisser tenter.

Je me revois pourtant sur les premiers tomes jeter des tonnes de fleurs à Maxime Chattam : le traitement de ce personnage est génial, wouaou ! A tel point que je pardonnais même à l’auteur de ne pas aborder le sujet des menstruations. Oui, en tant que lectrice j’aurai aimé savoir comment les survivantes gèrent avec leurs règles, vu qu’on a la preuve que la reproduction est toujours d’actualité et que les femmes enfantent. Peut-être que la tempête a supprimé les saignements… Bref, au résultat, je me suis juste dis : c’est un roman écrit par un homme qui pense que les règles sont un sujet tabou. Mais je ne lui en ai pas tenir rigueur.

Et puis on avance dans les aventures d’Autre-Monde et inexorablement, nos personnages vieillissent. Il revient donc de plus en plus fréquemment la notion d’innocence. Les pans ont peur de perdre leur innocence et de devenir des Cyniks/maturs. Alors chacun doit avoir sa propre définition de l’innocence mais visiblement pour Chattam, elle est liée à la sexualité.
Attention, voici venir le deuxième message qui me fait sortir de mes gons : Coucher avec quelqu’un – sans amour – est dangereux car vous allez perdre votre innocence et vous allez devenir des vieux cons d’adultes. Rajoutez à cela une bonne dose de bibles et d’églises et vous aurez une belle propagande religieuse… Oh wait… Franchement, si vous avez un compte Instagram et qu’en plus vous aimez vous faire une bonne baise de temps en temps, vous avez du souci à vous faire… Non sinon sérieusement, il me semble qu’être adulte ne veut pas forcément dire que l’on ne peut plus être un enfant. Mais ça, c’est ma façon de voir les choses.

Autre-Monde de Maxime Chattam - AmbreDu coup cette pauvre Ambre, elle va se taper tous ces lourdingues d’adultes qui ne pensent qu’avec leur bite. Enfin Ambre et toutes les jeunes filles des romans. Plus les chapitres défilent plus elles ne sont vu que comme des potentiels sacs de viande près à être violés. C’est malsain et extrêmement désagréable. Est-ce qu’il est possible pour un auteur d’écrire qu’une jeune fille est sublime sans pour autant vouloir que tous les hommes qu’elle croise se la tape… Et directement sans son consentement ? Sans parler des réflexions sexistes de leurs camarades (Lol on est dans un centre commercial mais y’a des monstres alors on ne fait pas de shoping les filles). Quelle belle vision.

Mais il y a également quelque chose que je ne peux accepter : le validisme sur le personnage d’Ambre. Elle devient paraplégique. Mais NON il ne faut surtout pas montrer un handicapé. Voilà ni une, ni deux, pas même le temps de prononcer les mots « Fauteuil roulant » que la voilà déjà à pouvoir se déplacer seule. Elle peut même écarter les cuisses comme une grande. Trop forte cette Ambre.

Quel gâchis quand on a un personnage aussi brillant : son indépendance, son intelligence, sa force… Tous ses points positifs disparaissent pour la transformer en un trou flottant, cliché d’une figure féminine qui devra devenir mère protectrice / mère porteuse de la vie /  mère Gaïa.

Mais encore…

Je ne vous parle même pas du Buveur d’innocence avec son acolyte Colin qui est probablement le pire méchant qui puisse exister. Dans les premiers tomes, il ne se contente que d’être en arrière-plan et apparaître quand il le faut. Il sort de sa cachette en hurlant : c’est moi le méchant, et je suis méchant parce que je suis un adulte, que j’ai perdu mon innocence et que je n’aime pas les enfants, c’est tout. Voilà, je suis méchant… Et je suis méchant. Vite, je repas me cacher.
C’est ce que j’appelle avoir le charisme d’un flamby. Et il est particulièrement insupportable qu’au bout du troisième tome, l’Alliance des trois arrive encore à se poser des questions sur les traîtres.

Bon, je pense que je vais m’arrêter là. Je regarde mon document Word et je vois déjà « 5 pages ». Ma déception s’est suffisamment exprimée et argumentée pour aujourd’hui, et j’ai peur d’y mettre un peu trop de colère.

Vous l’aurez compris, pour moi Autre-Monde est et devrait être une saga de trois tomes. Pourtant quand j’y réfléchi cinq minutes, je me dis que finalement, cette histoire, elle m’a vraiment marquée. Oui, elle est teintée de déception mais malgré tout ce qu’elle a pu provoquer chez moi, je ne peux m’empêcher d’aimer l’Alliance des trois. Et pour tout vous dire, ça va vous sembler peut-être contradictoire, mais je ne serai pas contre l’idée de lire une suite, peut-être plus adulte, qui se passerait des centaines d’années après. Comment le monde laissé par notre trio a t’il évolué ? Quelles erreurs, quelles concessions, quelles alliances, quelles guerres et paix, quelles sociétés… Bref, quel futur pour ce nouveau monde ?

 

**********

* Je vous laisse regarder cette vidéo où l’auteur dira que les réseaux sociaux sont « pratiques, magiques et jouissifs » pour lui. Il donne même des conseils aux autres écrivains pour se lancer sur Twitter car « c’est quelque chose de très avantageux ».
-> https://www.youtube.com/watch?v=cn_LRjfww3w

Comments (2):

  1. lily

    17 novembre 2018 at 21 h 26 min

    je n’ai pas lu cette saga même si j’en ai entendu parler mais je comprends ton ressenti surtout pour les réseaux sociaux et c’est vrai que c’est hypocrite de les utiliser et dire aux jeunes que c’est mauvais et qu’ils méritent de mourir et encore plus WTF l’incohérence que des sdf qui ne peuvent pas utiliser ça ou ont pas de quoi manger soient les 1er tués à cause de ça xd! Comme tu dis c’est plus l’utilisation qu’en font certains qui est mauvais mais Internet et les réseaux sociaux ne sont pas mauvais, j’utilise aussi! C’est comme ceux qui crachent sur la tv réalité mais en regardent ou comme ceux qui vont voir des vidéos youtube, films qu’ils aiment pas juste pour cracher dessus et descendre la personne, le film etc! Je ne comprends jamais ces gens! Il y a des auteurs en effet qui écrivent une petit saga puis rajoutent des tomes puis ne savent plus où ils en sont et comment finir et c’est aussi pour ça que je ne suis pas très saga: trilogie au max mais je ne suis pas longue saga! j’écris aussi même si je n’ai pas encore publié mes écrits et j’écris plus des one-shot! sinon je comprends ton énervement sur le sexisme, ça m’énerverait étant féministe et je ne laisse plus passer non plus! Sinon concernant cette saga, j’étais déjà pas très intéressée mais ça me dissuade encore plus, par contre ça ne veut pas dire que je ne tenterai pas d’autres de ses livres n’ayant jamais de livres de Maxime Chattam mais moi les livres de lui qui me font le plus envie c’est ses thrillers notamment la trilogie du mal!

    Répondre
  2. Emma

    19 novembre 2018 at 20 h 29 min

    MERCI MERCI!!!!! Je me sens tellement moins seule !!! J’avais tellement ragé en apprenant l’oringine de la tempête… j’avais déjà grincé les dents sur Le principe de Ggl et d’entropia, mais Alors a l’arrivée de la révélation j’étais dégoûtée et j’ai laissé tomber le truc durant de nombreux mois.
    Et j’avoue que Ambre qui perds sa mobilité mais ZUT c’est trop compliqué, Alors boom altération ! Quelle facilité…
    BRef, Ca m’a fait un bien fou de lire ta chronique, merci :)))

    Répondre

Laisser un commentaire