1539341211.8dd5717.247114eaa62f499299a6dec0645cd0cb
Insatiable_ une série Netflix_bandeau_ Céline Online

Insatiable, une série controversée… Oui, mais pourquoi ?

Netflix vient tout juste d’annoncer que sa série Insatiable venait d’être renouvelée pour une deuxième saison. Nouvelle qui me met en joie mais je me rends compte que peut de gens ont eu ce même enthousiasme.

Tout commença par la diffusion de la bande-annonce d’Insatiable. Un véritable bad buzz pour cette dernière qui s’est fait descendre de toute part et qui aura même suscité une pétition contre sa diffusion à plus de 230 000 signatures. Je ne dirais pas « on ne juge pas un livre à sa couverture » puisque le but d’une bande annonce est justement de juger le programme et de voir si on souhaite s’engage pour une relation à plus ou moins longue durée.

Moi, cette bande annonce, je l’ai trouvé intrigante. Différente. Bref, le rendez-vous avec le premier épisode d’Insatiable était noté.

Pour faire simple, Insatiable c’est l’histoire de Patty (Debby Ryan), une ado obèse qui après une agression et une mâchoire cassée, se retrouve à devoir manger liquide tout l’été, et par conséquence, à perdre tout son surpoids. Lors du procès concernant cette fameuse attaque, elle y rencontre son avocat, Bob (Dallas Roberts), qui s’occupe également en parallèle de miss pour concours de beauté.

Bon ce premier épisode n’était pas des plus exceptionnel, je l’avoue. Mais voilà, vous connaissez Netflix, vous attendez quelques secondes et hop, la suite se lance. C’est avec ce deuxième épisode que je me suis dit : « humm ok, il y a quelque chose à creuser avec Insatiable ». Oui, le tout début est un condensé de clichés problématiques mais la suite nous apporte la preuve que nous sommes bien dans une dénonciation.

De quoi ça parle Insatiable ?

Déjà, et je pense que ça a bloqué pas mal de personne, Insatiable ne peut pas parler de tout et montrer toutes les possibilités d’une situation. La série a décidé de prendre des raccourcis pour expliquer, entre autres, l’obésité de Patty. Ok. Mais de toute façon, est-ce là le sujet de cette série ?

J’ai souvent lu les médias parler d’Insatiable comme une série grossophobe ou prônant le Fat-shaming. Je ne l’ai pas ressenti comme tel. Cependant, suis-je vraiment la mieux placée pour me positionner sur ce ressentit avec mes 10 kilos en trop et les deux bourrelets qui me tiennent compagnie ? Clairement, non ! Est-ce pour cette raison que j’ai vu en Insatiable un autre angle d’attaque ? Probablement. Pour moi, la série, par son aspect satirique, dénonce fortement la société américaine. Et quelle société ! Accrochez-vous, je vous en fais le portrait. Homophobie, racisme, viol, dominance de l’homme, argent, sexe, toute la société y passe avec ses plus beaux moches défauts.

Insatiable_ une série Netflix_Debby Ryan est Patty_ Céline Online

Insatiable nous parle du mal être d’une société qui ne vit que par le prisme des apparences. Une société narcissique et égoïste où nous apportons plus d’importance au nombre de like sur Instagram, la beauté étant plus importante que la valeur humaine. Car oui, cela ne vous déplaise, les apparences influencent les interactions. Bref un système dangereux et pourtant, c’est bien dans ce dernier que nous vivons.

La série nous montre également une galerie de personnages, tous en recherche d’eux-mêmes dans une société qui ne les laisse jamais être qui ils sont. Patty se cherche et les derniers épisodes de la saison sont prenants et criant de vérité. Je pense aussi à l’épisode de l’anniversaire, et plus particulièrement aux dernières minutes qui montrent une Patty perdue et sombrant dans son gâteau. Incroyablement juste.

La revanche d’une grosse

Je n’ai aucun problème avec le fait qu’Insatiable ne plaise pas. Échangez sur nos points de vue est enrichissant mais il y a un phénomène que j’ai découvert avec cette série qui m’a assez gêné et que j’ai beaucoup de mal à comprendre : le Hate watching. Cela consiste à vite regarder une série pour mieux la détester. Si les gens n’aiment pas, pourquoi s’infliger toute la saison ? Et surtout, pourquoi prendre du plaisir à critiquer ? Parce qu’il est là le but du Hate watching : critiquer pour le plaisir. Le plaisir de descendre. Pas le plaisir d’échanger avec des points de vue différents.
Ce qui est assez ironique finalement puisque c’est l’un des aspects que dénonce Insatiable.

De façon générale, il y a quelque chose que j’ai beaucoup retrouvé dans les avis sur Insatiable : la série en dotant ses personnages et son scénario de côtés sombres encouragerait la société à les reproduire. Et je trouve cela assez effrayant. Le monde déconne à plein tube. Mais vouloir se censurer, vouloir prôner le positif à en faire de la propagande, pour ne voir que des séries faites de jolies histoires et où tout va bien ? Non, ce n’est pas ce que je veux. Je ne veux pas vivre dans un monde aseptisé, protégée par une bulle correctrice de conneries. NON ! Je veux voir la vraie vie. Tout ce qui se passe dans Insatiable est le juste reflet de ce que n’importe qui peut vivre au quotidien. Ça vous gêne ? Ce n’est pas sur la série qu’il faut cracher alors.

Insatiable_ une série Netflix_Patty est une bitch_ Céline Online

Un aspect sur le lequel Alyssa Milano, actrice et productrice de la série, a d’ailleurs pris la parole : « Je pense que nous sommes vraiment en danger de censure si nous décidons que nous devons tous raconter des histoires d’une certaine manière pour que tout le monde se sente en sécurité. ».

Je l’avoue, j’ai aimé voir un personnage principal sombre qui n’était pas tout lisse. Patty n’est pas gentille. Grosse ou mince. Elle est égoïste et ne vit que pour la vengeance. Mais elle a également un petit côté touchant car elle se cherche. Elle cherche à se trouver dans une société qui la pousse à penser ses actes par le prisme du physique. Et qu’est-ce que c’est dur ! Mais cela n’excuse rien. Patty est tout simplement la grande méchante de cette première saison d’Insatiable, et ça, j’aime.
 

Je ne dirais pas que cette série est la plus grande réussite de l’année mais quand on voit son esthétique, ses choix de réalisation, on comprend bien vite que c’est une satire et qu’il est impossible de prendre la série au premier degré. Insatiable provoque pour voir le seuil de tolérance mais surtout, elle ne présente aucune prétention.

Insatiable_ une série Netflix_Miss Magic Jésus_ Céline Online

Est-ce que le nom du concours de Miss, but ultime de cette saison, Miss Magic Jésus, n’est pas un indice qu’il ne faut pas prendre cette série trop au sérieux ? (On en parle de cette exceptionnelle chanson de groupe pendant l’élection ?) Plus les épisodes défilent et plus la folie prend le dessus. L’histoire d’Insatiable est WTF. Le dernier épisode un feu d’artifice. Meurtres, exorcisme, kidnapping… Cette série est tout simplement insatiable ! Pourtant, je ne peux m’empêcher de me dire que ce scénario est incroyablement bien pensé, avec des personnages intelligents, des scènes et des dialogues percutants.

Je pense que le problème de cette d’Insatiable est qu’elle n’est pas assez subtile et complexe, qu’elle ne propose pas assez de cohérence pour être considérée comme intelligente et par conséquence, cela décrédibilise totalement son intention. Oui vous trouverez mieux sur Netflix mais n’enterrez pas trop vite Insatiable et prenez le temps d’essayer de la comprendre. Sortez de votre bulle aseptisée. Il y a vraiment quelque chose à creuser et cette saison deux me réjouit.

Retour de Patty et Bob pour 2019.

 

Insatiable_ une série Netflix_Affiche_ Céline Online

Insastiable
Une série créée par Lauren Gussis
Disponible sur Netflix
Saison 1 composée de 12 épisodes
Avec : Debby Ryan, Dallas Roberts, Christopher Gorham,
Sarah Colonna, Kimmy Shields, Alyssa Milano, Erinn Westbrook…

Comments (2):

  1. Vitamin B

    27 septembre 2018 at 18 h 27 min

    Merci pour cet article qui donne une analyse que je n’ai vu nul part ailleurs et…. eh bien tiens tout à fait la route. Je fais partie de ceux qui, au premier épisode on été écœurés et révoltés, puis, comme tu le soulignes assez. vite, on voit la dénonciation. Par contre (et là tu m as fait réaliser que c’était vraiment ça qui avait aussi “posé problème”) on y va avec les gros sabots sans clins d œil un peu pointus ni coup de coude subtil au téléspectateur. Non, on t’envoie la sauce dans un espece de degeulement de couleurs sur fond de ” Je serai la reine et ma. vengeance me rendra heureuse.”. Par
    tty est infernale. Egocentree, pernicieuse. C’est une véritable saleté… mais gravement paumée comme en témoigne son rapport avec sa mère.au début. Et comme tu le dis, Party ne vis pas dans un monde mais notre monde. Celui où, par son physique, on lui interdit ou laisse accès à des choses mais aussi des rapports humains. Un monde où de pauvres types et femmes tout aussi largués qu’elle sont incapable de lui montrer l exemple, tout préoccupés qu’ils sont aussi de se déchirer et de venger par le biais du sacro Saint paraître ! Je ne trouve pas que la série soit. excellente, je pense qu elle aurait gagné à être plus subtile car parfois la provocation tombait vraiment dans un mauvais goût évitable et qui m’a quand même fait me dire “Ça, c’est vraiment plus que limite” . Mais par contre, le délire avancée du synopsis ne laisse pas le doute planer sur le message qu on veut faire passer vis à vis de la course effrénée à la perfection physique : elle est vaine, futile, egocentree et pousse à des extrémités aussi nuisibles pour soi même que les autres.

    Répondre

Laisser un commentaire