1539341211.8dd5717.247114eaa62f499299a6dec0645cd0cb
On lit quoi quand on immigre au Canada ?

On lit quoi quand on immigre au Canada ?

Même si je n’en parle plus que ça, je n’en fais pas non plus un secret d’état. Alors je vais le dire une bonne fois pour toute : je déménage… J’immigre au Canada, et plus précisément à Moncton, dans la province du Nouveau-Brunswick. Nous avons obtenu une résidence permanente ce qui signifie que je suis accompagnée de toute ma petite famille. D’ailleurs, à l’heure où ces quelques lignes sont publiées dans la toile sans fin de l’internet, je suis en train de grimper dans mon avion, direction une nouvelle vie.

J’ai eu envie de faire cet article à la seconde où une amie m’a offert un livre de poche tellement parfait, que ça en devenait une évidence. Le roman en question étant Mon petit bled au Canada de Zarqa Nawaz. Peut-on faire mieux ?

Bref, que ça soit pour s’occuper dans l’avion ou pour nous faire patienter jusqu’à l’obtention des fameuses brunes *, petite sélection de romans qui sentent bon le sirop d’érable. (J’ai volontairement supprimé tout ce qui était guides pratiques et officiels de l’immigration mais je vous ferai une sélection dans un autre article car c’est quand même bien pratique.)

 

On commence avec des petits romans légers, parfaits pour nous détendre entre deux dossiers de l’immigration. Enfin léger oui… mais pas sans engagement de la part de leur autrices.

Mon petit bled au Canada de Zarqa NawazOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Mon petit bled au Canada de Zarqa Nawaz

(Pocket – 288 pages – 6 € 95)

Quand sa famille quitte le Pakistan pour le Canada afin d’assurer aux enfants un avenir meilleur, Zarqa n’a pas encore 6 ans. Le choc culturel est rude pour la fillette, qui doit affronter les préjugés de ses camarades autant que le conservatisme religieux de ses pairs…
Mais Zarqa est aussi impertinente que lucide et va s’avérer championne pour contourner les traditions et s’intégrer malgré ses différences culturelle et religieuse.
De ses mésaventures scolaires à l’amour vache qui la lie à son flegmatique mari, en passant par l’éducation de ses enfants, Zarqa va vite devenir une véritable sultane de la dérision !

L’homme idéal existe. Il est québécois de Diane DucretOn lit quoi quand on immigre au Canada ? L'homme idéal existe. Il est québécois de Diane Ducret

(J’ai lu Poche – 157 pages – 6 € 90)

Une jeune femme quitte Paris pour rejoindre son nouveau compagnon qui vit au Canada. Surmontant sa peur de l’engagement et sa phobie des avions, elle fait le voyage mais se retrouve rapidement confrontée à une série d’épreuves : l’arrivée du fils de 5 ans, une promenade avec des chiens de traîneau qui vire au cauchemar, une ancienne compagne trop présente…

 

Ce changement, les choix et les convictions derrière ce dernier m’ont évidemment donné envie de me replonger dans des romands de la Beat Generation. J’ai été très tentée de relire Kerouac avec Sur la route mais une amie m’a conseillé des titres que je vous partage à mon tour. Et pour la petite anecdote, c’est Burroughs qui m’accompagne pendant mon vol, alors que finalement Kérouac est d’origine franco-canadienne.

Le festin nu de William BurroughsOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Le festin nu de William Burroughs

(Folio Poche – 336 pages – 8 € 30)

Ce livre, longtemps interdit, est devenu culte. Le festin nu est une descente aux enfers – morphine, héroïne, cocaïne, opium … Sujétion, délivrance et rechute ; tel est le cycle qui constitue l’un des problèmes du monde moderne. Suite d’épisodes enchevêtrés et disparates où se mêlent hallucinations et métamorphoses, clowneries surréalistes et scènes d’horreur à l’état pur, cauchemars et délires poético-scientifiques, érotisme et perversions, le chef-d’œuvre de William Burroughs est à la fois terrifiant, macabre, comique, et presque insoutenable.

Les Clochards célestes de Jack KerouacOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Les Clochards célestes de Jack Kerouac

(Folio Poche – 384 pages – 8 € 30)

«Sans bourse délier, je quittai Los Angeles sur le coup de midi, caché dans un train de marchandises, par une belle journée de la fin septembre 1955. Etendu sur une plate-forme roulante, mon sac sous la nuque, les genoux croisés haut, je me laissai absorber par la contemplation des nuages tandis que le convoi roulait vers le nord. L’omnibus qui m’emportait me permettrait d’arriver avant la nuit à Santa Barbara où je me proposais de dormir sur la plage. Le lendemain matin, un autre omnibus m’emmènerait jusqu’à San Luis Obispo, ou bien le rapide de marchandises me déposerait à San Francisco à sept heures du soir.»

 

Et puis finalement, pourquoi ne pas « s’ambiancer » avec des auteurs et des autrices Canadiennes ? Je suis donc partie à la recherche de romans incontournables de la littérature Canadienne. J’en ai découvert un qui est ressorti dans tous les classement que j’ai trouvé.  D’ailleurs, si vous avez envie d’assouvir votre curiosité sur la littérature Canadienne, Radio-Canada a publié une sélection de 100 livres à ne pas manquer.

Anne La Maison aux pignons verts, tome 1
de Lucy Maud MontgomeryOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Anne La Maison aux pignons verts, tome 1 de Lucy Maud Montgomery

(Québec Amérique – 374 pages – 12 € 30)

Sur le quai de la gare de Bright River, Matthew attend l’orphelin que sa sœur Marilla et lui ont décidé d’adopter afin de les aider à la ferme. Mais c’est Anne, une petite rouquine aux yeux pétillants qui se présente… Extrêmement attachante, elle va rapidement séduire son entourage par son courage, sa détermination et sa débrouillardise.

[!!] Lucy Maud Montgomery est probablement l’autrice canadienne la plus lue. Son premier roman, Anne la maison aux pignons verts, succès instantané dès sa parution en 1908, n’a jamais cessé d’être en circulation depuis plus qu’un siècle, faisant du personnage d’Anne Shirley une icône mythique de la culture canadienne. Lucy Maud Montgomery a également été déclarée Personne d’importance historique nationale par le Canada. Le livre vient d’être adapté en série par Netflix sous le titre d’Anne With An E. [!!]

 

Il y a aussi les romans qui vous font voyager avant l’heure. Si vous trépignez d’impatience de faire vos sacs et de partir à l’aventure, désolée mais je n’ai pas trouvé mieux que ces trois livres. Je sais, ce sont surement les plus connus de cette thématique mais il n’empêche qu’ils ont été de véritables coups de cœur pour moi. Ils sont donc parfaits pour vous transporter loin de vos démarches administratives liées à l’immigration.

Wild de Cheryl StrayedOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Wild de Cheryl Strayed

(10/18 – 504 pages – 8 € 80)

Lorsque sur un coup de tête, Cheryl Strayed enfile son sac à dos, elle n’a aucune idée de ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune Cheryl n’a aucune réponse, mais un point de fuite : tout quitter pour une randonnée sur le ” Chemin des crêtes du Pacifique “. Lancée au cœur d’une nature immense et sauvage, seule sous un sac à dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d’épuisement et d’effort, et réussir à atteindre le bout d’elle-même. Une histoire poignante et humaine, où la marche se fait rédemption.

Into the wild de Jon KrakauerOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Into the wild de Jon Krakauer

(10/18 – 288 pages – 7 € 50)

Toujours plus loin. Toujours plus seul. Inspiré par ses lectures de Tolstoï et de Thoreau, Christopher McCandless a tout sacrifié à son idéal de pureté et de nature. Après deux années d’errance sur les routes du Sud et de l’Ouest américain, il rencontre son destin (à vingt-quatre ans) au cœur des forêts de l’Alaska. Un parcours telle une étoile filante dans la nuit froide du Grand Nord.

L’appel de la forêt de Jack LondonOn lit quoi quand on immigre au Canada ? L’appel de la forêt de Jack London

(Livre de poche jeunesse – 195 pages – 4 € 95)

1897, dans les glaces du Grand Nord. Depuis quelque temps, Buck, le chien de traîneau, capte un étrange appel. Il hésite, puis cède et s’enfonce dans la forêt. Quand il revient au camp, il ne trouve qu’un corps mutilé : celui de son maître. Buck va le venger, avec une violence impitoyable ! Après avoir hurlé son chagrin, il s’enfonce de nouveau dans la forêt où l’attendent les loups.

 

On termine avec un livre dédié à l’histoire de l’Acadie parce que je trouve qu’il est très important de connaitre la région où l’on compte vivre, en l’occurrence ici le Nouveau-Brunswick et son peuple Acadien.

Histoire de l’Acadie de Nicolas Landry et Nicole LangOn lit quoi quand on immigre au Canada ? Histoire de l'Acadie - Deuxième Édition de Nicolas Landry et Nicole Lang

(Septentrion – 293 pages – 32 €)

Cette nouvelle édition de l’Histoire de l’Acadie confirme son statut de synthèse incontournable sur le sujet. Nicolas Landry et Nicole Lang jettent un nouveau regard sur l’histoire de l’Acadie des Maritimes, de la première tentative de colonisation à aujourd’hui. Ils revisitent les défis posés à ses habitants durant plus de quatre siècles d’histoire en intégrant les études à la fois nouvelles et traditionnelles. L’importance des expériences particulières, que ce soit celles des femmes, des Amérindiens, des gens ordinaires ou celle des élites, est enfin mise de l’avant.

 

A votre tour : quels sont les livres qui vous accompagnent pendant vos démarches d’immigration ? Laissez-moi vos titres en commentaires. Cet article se transformera alors en listing participatif, et ça, c’est plutôt cool non ?

 

* On appelle brunes l’enveloppe que l’on reçoit avec la confirmation de résidence permanente. Brune car la grande enveloppe est marronne. Tout simplement ^^

Photo par Michael Liao téléchargée sur Unsplash

 

Comments (3):

  1. Lisa

    11 août 2018 at 15 h 39 min

    Merci pour cette jolie sélection 🙂 Je connaissais tes vidéos mais découvre ton blog et en plus sur une selection spécial Canada, perfect timing, je pars en Septembre et j’ai pu ajouter quelques livres à ma PAL merci ! Je vais me jeter sur Histoire de l’Acadie.
    J’ajouterai surtout côté BD :
    – Paul à Québec (et toute la série des Paul) de Michel Rabagliati
    Et en romans moins portés sur les grands espaces mais aux thématiques plus sociétales j’avais noté :
    – Le gout du bonheur de Marie Laberge
    – Kill the Indian in the child d’Elise Fontenaille
    – Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo de Dany Laferrière

    Plein de bonheur dans cette nouvelle vie !

    Répondre
    • celineonline

      11 août 2018 at 21 h 43 min

      Coucou. C’est drôle parce que je suis allée en bibliothèque aujourd’hui et il y avait une sélection “Canada” avec justement Paul à Québec et Le gout du bonheur !
      Ou arrives tu au Canada ?

      Répondre
      • Lisa

        12 août 2018 at 23 h 36 min

        Ah ah comme quoi ! Autant Paul à Québec je savais qu’il était connu mais Le goût du bonheur c’est une surprise.
        Je vais commencer par faire classique avec Montréal, plus simple pour le travail mais à terme j’aimerai aller à l’ouest. Moncton est un choix original en tout cas ! La vie a l’air d’y être paisible et pas loin tu pourras retrouver l’univers des romans de Lucy M. Montgomery ^^

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *